http://www.fr-batterie-portable.com

QRコード
カテゴリ
アクセスカウンタ
Total:47197
Today:113
Yesterday:412
<<prev | 最新 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 最初 | next>>
Compaq Presario CQ70 Battery

Unter der Marke Swiss Travel Products bringt die WorldConnect AG ein Ladegerät für Handy-Akkus auf den Markt, das durch eine kompakte und flache Bauweise auffällt. Damit soll die mobile Stromzufuhr auf Reisen keinen unnötigen Platz beanspruchen. Mini Mobile Charger Der Hersteller hat bei dem "Mini Mobile Charger" darauf geachtet, dass sich das Gerät auch gut in flachen Laptop-Taschen verstauen lässt, ohne dass beispielsweise der Stecker die Notebook- oder Aktentasche ausbeult. Das Ladegerät soll sich mit Modellen der Marken LG, Motorola, Nokia, Palm, Siemens und Sony Ericsson vertragen.Das in Steckerform gehaltene Ladegerät ist mit einem auf- und abrollbaren Kabel versehen, so dass unterwegs kein Kabel-Wirrwarr stört. Jedem Ladegerät liegen bis zu fünf Adapter bei, um die Stromzufuhr auch mit Handy-Modellen anderer Hersteller einsetzen zu können.

Der Mini Mobile Charger soll ab sofort zum Preis von 29,95 Euro erhältlich sein. Über den Web-Shop www.swisstravelshop.de ist das Ladegerät für 24,95 Euro zu haben.Wer nach Noten musiziert, benötigt über kurz oder lang einen Notenständer. Eine digitale Variante davon hat nun Hammacher Schlemmer ins Programm aufgenommen. Das Gerät besteht aus einem 12-Zoll-Display, das auf einem Ständer montiert und wie sein analoges Gegenstück aufgestellt wird. Das lästige Umblättern entfällt beim TFT-Notenhalter. Mit einem Fußpedal wird der Seitenwechsel ausgelöst. Das Diplay bietet eine Auflösung von 1.024 x 768 Pixeln und soll bis zu zwei Notenseiten nebeneinander darstellen. Der Notenständer kann sowohl PDFs als auch JPEGs darstellen und lässt sich horizontal und vertikal betreiben.Auch ein Metronom sowie ein MP3-Player sind integriert. Bedient wird der Rechner per Stift oder über den Touchscreen mit den Fingern. So können auch Markierungen in den Notenblättern gemacht werden.

In den USA sind ebenfalls Preise zum Treo 680 entfleucht, wonach der Netzbetreiber Cingular das Gerät für 425,- US-Dollar ohne Vertrag abgeben will. Das untermauert die Preisangaben von Amazon.de. Offizielle Preise zum Treo 680 hat der Hersteller bislang nicht genannt. Auch ist weiterhin unklar, wann der Treo 680 auf den deutschen Markt kommen wird. Auf jeden Fall soll das neue PalmOS-Smartphone noch in diesem Jahr auch in Deutschland auf den Markt kommen.Treo 680 Im Treo 680 steckt ein TFT-Touchscreen mit einer Auflösung von 320 x 320 Pixeln und maximal 65.536 Farben sowie eine VGA-Kamera mit 2fachem Digitalzoom für Foto- und Videoaufnahmen. Unterhalb des Displays residiert eine QWERTZ-Tastatur, um etwa längere E-Mails oder Notizen zu schreiben. Der interne, nicht flüchtige Speicher beläuft sich auf 64 MByte und kann über den SD-Card-Steckplatz um bis zu 2 GByte erweitert werden.

Als Prozessor kommt ein mit 312 MHz getakteter XScale-Prozessor des Typs PXA270 von Intel in dem Smartphone zum Einsatz. Das Quad-Band-Gerät für die GSM-Netze 850, 900, 1.800 sowie 1.900 MHz unterstützt GPRS sowie EDGE jeweils in der Klasse 10. Zudem verfügt das Gerät über eine Infrarotschnittstelle und beherrscht Bluetooth 1.2. Wie üblich bei den Treo-Smartphones besitzt auch der Neuling einen 2,5-mm-Klinkenstecker, eine Freisprechfunktion und einen externen Schiebeschalter zum Wechsel zwischen dem Klingelton- und dem Vibrationsmodus.

Treo 680 Als Betriebssystem kommt im Treo 680 PalmOS 5.4.9 samt PIM-Programmen für die Termin-, Adress-, Aufgaben- sowie Notizverwaltung zum Einsatz. Die leicht verbesserten SMS- sowie MMS-Applikationen fassen wie gewohnt alle Nachrichten wie in einem Chat zusammen. Zudem befinden sich auf dem Smartphone der Webbrowser Blazer in einer verbesserten Version, ein E-Mail-Client mit Anbindung an Exchange Server 2003 sowie eine direkte Abfrage der WebMailer von Yahoo, AOL und Google.Die Musikberieselung übernimmt der Musik-Player PocketTunes, der die Formate MP3 und WMA abspielt. Zudem liegt Documents To Go 8 bei, worüber Word- und Excel-Dokumente direkt auf dem mobilen Begleiter bearbeitet werden können. Zudem kann die Office-Suite neben PowerPoint-Präsentationen nun auch PDF-Dokumente ohne Konvertierung anzeigen.Mit Maßen von 111,8 x 58,4 x 20,3 mm fällt der Treo 680 ein wenig dünner aus als seine Vorgänger. Der auswechselbare Lithium-Ionen-Akku verhilft dem 157 Gramm wiegenden Smartphone zu einer Sprechdauer von 4 Stunden und soll im Bereitschaftsmodus etwa 12 Tage durchhalten.

Mit einem in begrenzter Stückzahl angebotenen Komplettpaket aus Stifttablett plus Software will Wacom das digitale Zeichnen von japanischen Comics ("Manga") vereinfachen. Das bisher nur in Japan angebotene "Favo Comic Pack" bleibt zwar in der japanischen Originalpackung, kommt aber mit anderer Software-Ausstattung für MacOS X und Windows daher. Favo Comic Pack"Der europäische Manga-Markt wächst rasant und die Zahl der Manga-Fans, die selber kreativ werden, steigt beständig", so Wacom. Das Komplettpaket "Favo Comic Pack" soll Manga- und Comic-Fans das digitale Nachzeichnen von bekannten Manga-Charakteren und auch das Erstellen eigener Kreationen inkl. Einfärbung vereinfachen.Favo Comic Pack Enthalten sind ein weißes Graphire4-Stifttablett im A6-Format sowie die beiden Programme "Manga Studio 3.0 Debut" (auf Englisch) und "Corel Painter Essentials2" (Deutsch). Erstere Software dient dem Zeichnen in Schwarz-Weiß mit verschiedenen Hilfsmitteln wie Rasterfolien und Effekten, Letzteres dem Kolorieren der gezeichneten Mangas. Das weiße Graphire4-A6-Stifttablett verfügt über zwei frei programmierbare Funktionstasten, ein Scrollrad und die für die Tablett-Serie übliche Auflösung von 2.000 dpi. Der mit 512 unterschiedlichen Druckstufen aufwartende Stift benötigt weder Kabel noch Akku und bringt ebenfalls zwei programmierbare Tasten sowie eine Radierer-Funktion mit.

Die limitierte Ausgabe des europäischen "Favo Comic Pack" ist laut Wacom ab sofort für 99,90 Euro inkl. der oben erwähnten Mac- und Windows-Software im Handel erhältlich. Die japanische Verpackung behält Wacom auch in Europa bei, da sich das Paket vor allem an Fans japanischer Kultur richtet. Tipps, Informationen und einen Zeichenworkshop für Manga-Fans bietet Wacom unter www.wacom.eu/manga/ an.Sony hat eine Serie von digitalen Musikspielern vorgestellt, die mit einer eingebauten Umgebungslautstärke-Unterdrückung ausgestattet sind und so ungestörten Musikkonsum erlauben sollen. Der Kopfhörer des NW-S700 ist mit Mikros ausgestattet, die die Umgebungsgeräusche aufnehmen. Die Elektronik des Gerätes analysiert diese und schickt neben der Musik ein die Störgeräusche größtenteils aufhebendes Signal heraus. Die 47 Gramm leichten Geräte sollen eine Laufzeit von bis zu 50 Stunden erreichen. Die Akku-Schnellladefunktion soll es ermöglichen, nach drei Minuten Ladezeit genügend Energie für drei Stunden Spieldauer in den Akku zu pumpen.Sony NW S700 Das Gerät ist auch mit einer Aufnahmefunktion ausgerüstet, mit der es ohne PC Musik über seinen Toneingang encoden kann. Die Wiedergabe ist in den Formaten ATRAC, ATRAC Advanced Lossless, MP3, WMA (ohne DRM), AAC (ohne DRM) und Linear-PCM möglich. Außerdem ist ein 5-Band-Equalizer integriert. Ein USB-Kabel zum Anschluss an den PC wird mitgeliefert.

Ein dreizeiliges OLED-Farbdisplay kann die Infos zu den Musikstücken bzw. Alben anzeigen. Zusätzlich sind alle Modelle der NW-S700-Serie mit einem UKW-Radio ausgestattet. Die Geräte kommen mit 1, 2 und 4 GByte Speicherplatz und diversen Farbstellungen auf den Markt.Die Preise beginnen bei 150,- Euro für das kleinste Modell und enden bei 270,- Euro für das 4-GByte-Gerät. 2 GByte kosten 200,- Euro.Im Zuge seines weltweiten Austauschs von Notebook-Akkus will Sony auch manchen deutschen Kunden den Ersatz der Stromspeicher anbieten. Allerdings legte das Unternehmen bisher weder eine Liste der betroffenen Geräte noch die Seriennummern der Akkus vor. Bisher hatte Sony ausgeschlossen, dass die umstrittenen Akku-Zellen auch in den Notebooks aus eigener Produktion Probleme machen könnten, in Japan und China werden aber unbestätigten Meldungen zufolge bereits Vaio-Akkus zurückgerufen. Auch in Deutschland weist das Unternehmen jetzt in einer Mitteilung auf seiner Webseite darauf hin, man beteilige sich nur an einem "freiwilligen Batterieaustauschprogramm". Das Wort "Rückruf" nimmt Sony nicht in den Mund, ebenso wie dies Fujitsu-Siemens bisher getan hatte, das seinen Kunden ebenfalls einen Austausch anbietet.

Wie auch Fujitsu-Siemens hat Sony offenbar noch keinen Überblick, welche Akkus genau getauscht werden sollen. Es gibt bisher weder eine Liste der betroffenen Modelle noch der Akku-Bauformen. Wie von anderen Notebook-Herstellern zu hören ist, fällt es Sony schwer, die Chargen der Akku-Zellen auszumachen, die sich unter Umständen überhitzen können. Das Problem trete nicht bei ganzen Serien auf, so die Unternehmen gegenüber Golem.de, sondern sei zum Teil auf einzelne Produktionswochen einzugrenzen. Zudem werden teilweise erst beim Notebook-Hersteller aus den Zellen die Akku-Packs zusammengebaut, von außen kann der Kunde oft nicht feststellen, welche Zellen darin stecken.Auch wie Sony den Austausch vornehmen will und ob etwa die Versandkosten übernommen werden, ist noch nicht bekannt. Das Unternehmen will laut seiner ersten Mitteilung "in naher Zukunft" die Details des Programms bekannt geben.

Als Apple im September 2006 die neue Generation der iPods Video und iTunes 7 vorstellte, kam auch ein kaum beachtetes Software-Update für die Geräte der vorherigen Generation heraus. Dieses soll den Untersuchungen von playlistmag.com deutlich verlängerte Akku-Laufzeiten für die älteren 5G-iPods mit sich bringen. Zwar gehören die aktuellen iPods wie auch die vor September offiziell der 5. Generation an, doch werden die als zweite Ausgabe dieser Generation bezeichnet - beispielsweise haben sie hellere Displays.

 

Die neue Firmware für die iPods ist bei iTunes enthalten und bringt neben der Nachrüstung der Spielefähigkeit und einigen anderen Neuerungen auch die Möglichkeit der Helligkeitsverstellung und Software-Optimierungen auf die älteren iPods. Beide Funktionen - die Helligkeitsreduktion sowie die anderen Optimierungen sollen die Akkulaufzeit signifikant erhöhen.

 

In seinem Test konnte der Autor von playlistmag.com bei seinem iPod Video mit 60 GByte eine Verlängerung der Laufzeit bei der Video-Wiedergabe feststellen. Vor dem Update gab das Gerät nach ca. vier Stunden und 15 Minuten auf, nach dem Update waren es vier Stunden und 53 Minuten - ungefähr 18 Prozent mehr als zuvor. Dieser Wert wurde bei voller Displayhelligkeit erzielt. Bei einer Helligkeits-Reduktion um 50 Prozent lief das Video nach Angaben von playlistmag.com sogar neun Stunden und 10 Minuten.

Auf der Website von Samsung sind drei neue Mobiltelefone aufgetaucht. Bei dem SGH-Z230 handelt es sich um ein UMTS-Klapphandy mit 1,3-Megapixel-Kamera, Media-Player sowie Micro-SD-Card-Steckplatz und das SGH-X630 kommt mit VGA-Kamera, MP3-Player und UKW-Radio. Das auf Einsteiger zugeschnittene SGH-C130 beschränkt sich auf die reinen Telefoniefunktionen. Samsung SGH-Z230 Das 91 x 47 x 23 mm große und 95 Gramm schwere Samsung SGH-Z230 ist ausgestattet mit einem MP3-Player, einer 1,3-Megapixel-Kamera mit 2fach-Digitalzoom sowie einer zweiten VGA-Kamera für Videotelefonie. Noch im Handy können nicht nur Fotoeffekte eingestellt, sondern auch alle Aufnahmen mit einer Software nachbearbeitet werden.Samsung SGH-Z230 Das SGH-Z230 verfügt über ein 1,9-Zoll-Display, das bis zu 262.144 Farben bei einer Auflösung von 176 x 220 Pixeln darstellt. Das Front-Display in der Klappe zeigt bis zu 65.536 Farbe bei einer Auflösung von 96 x 96 Pixeln.

Batería DELL Alienware M15x

Si esta información no es suficiente y te gustaría tener una visión más detallada con la cuenta atrás concreta, haz clic en la tecla de inicio, dirígete a la Configuración, selecciona el apartado Sistema y luego haz clic en la opción Ahorro de energía. En el epígrafe Información general verás el porcentaje que que se ha completado y también las horas y los minutos exactos que faltan para que la carga finalice. Si tu ordenador portátil tiene Mac OS X como sistema operativo, para comprobar el tiempo que va a tardar en completarse la carga haz clic en el icono de la batería de esquina superior derecha y selecciona la opción Abrir panel de preferencias Economizador. Si lo prefieres, también puedes acceder a esta ventana a través del menú Preferencias del sistema, Economizador. En la parte inferior de la ventana que se se abre podrás ver las horas y los minutos exactos que quedan para que la carga termine. La vuelta al cole es una pesadilla para muchos padres, que cada año tienen que gastar cientos de euros en equipamiento para los pequeños y los que ya no lo son tanto. La tecnología se hace un hueco en estas compras, especialmente los ordenadores portátiles.Disponer de un ordenador para estudiar facilita mucho las cosas. Hoy en día, ya sea en secundaria, universidad e incluso primaria, un PC es casi imprescindible. Permite aumentar la productividad y ahorrar dinero en otros productos, como bolígrafos, folios y gomas de borrar.

La tecnología ha jubilado a los elementos clásicos de las escuelas, por lo que quizás te interese un portátil bueno, bonito y barato para la vuelta al cole. Al fin y al cabo tarde o temprano va a ser necesario, así que no hay motivo para retrasar el aprendizaje de informática.Hay ordenadores para varios segmentos. Los más pequeños tienen quizás necesidades más básicas, enfocadas a la navegación por Internet y suites de ofimática. Para ellos hay portátiles por menos de 200€, que probablemente también sirvan a universitarios no demasiado exigentes.¿Es mejor un Chromebook, dependiente de Internet? ¿Cómo de bueno puede ser un ordenador con Windows 10 tan económico? Aquí van varias propuestas para que consigas el mejor precio.El fabricante chino Chuwi ha anunciado el lanzamiento del Chuwi LapBook 14.1, su nuevo ordenador portátil de 14.1 pulgadas con Windows 10 como sistema operativo, el hermano menor del Chuwi LapBook 15.6.

El nuevo Chuwi LapBook destaca por su diseño sencillo súper compacto. Se trata de un dispositivo ultra delgado con un grosor que varía de los 9 a los 20 mm gracias al borde decreciente, por lo que cabe sin problema en los maletines y mochilas más estrechas. Su peso de 1.316 gramos lo convierte en un equipo muy ligero y manejable que se puede transportar con comodidad en el día a día. La pantalla de 14.1 pulgadas está equipada con tecnología IPS y tiene una resolución Full HD de 1.920 x 1.080 píxeles. Los marcos se han reducido a su mínima expresión hasta alcanzar los 8 mm, de forma que se aprovecha mejor el espacio para el panel. En su interior late un procesador de séptima generación Intel Apollo Lake N3450 con gráficos de novena generación Intel Gen9 HD, acompañado de 4 GB de memoria RAM DDR3 y 64 GB de ROM eMMC. El sistema operativo es Windows 10 Redstone.

En cuanto a la conectividad, ofrece soporte para WiFi de doble banda 2.4/5 GHz y dispone de dos puertos USB. Para poder trabajar durante horas de manera ininterrumpida, el nuevo portátil del fabricante chino integra una batería de 9.000 mAh que proporciona una autonomía más que interesante. Por sus dimensiones, peso y prestaciones, el nuevo portátil con Windows 10 de la marca asiática es perfecto para aquellos usuarios que necesitan llevar el ordenador a todos lados y trabajar en cualquier parte. Si tú eres uno de ellos, permanece atento porque el Chuwi LapBook 14.1 llega al mercado a finales de diciembre y estará disponible a un precio inferior a los 300 dólares. Hace apenas un par de meses, Pine A64 dio la campanada anunciando el lanzamiento de un ordenador portátil sorprendentemente barato, el Pinebook. Este dispositivo se anunció con un precio de partida de 83€. Es una compañía especializada en componentes de informática, que ahora da el paso y emsambla su primer equipo.Ahora, según se ha filtrado, el Pinebook está preparado para salir al mercado. Lo hará en febrero, un poco más tarde de lo previsto debido a las celebraciones del año nuevo chino. El precio del ordenador se mantiene con los mencionados 83€ para el modelo de 11,6 pulgadas y de 94€ para el de 14,1”.

Sus características técnicas y especificaciones lo hacen un portátil básico, pero suficiente para ofimática, navegar por Internet y utilizar todo tipo de aplicaciones. Incluso podrás permitirte ejecutar algunos juegos de los más básicos, eso sí, compatibles con Linux. Aquí resumimos sus prestaciones.La buena o mala noticia -depende del tipo de usuario de informática que seas- es que vendrá con una distro de Linux instalada. De momento, según señalan las fuentes, es Ubuntu la elegida. Podría ser sustituida por Debian antes de su lanzamiento, aunque siempre podrás instalar tú mismo otra distribución con un Pendrive.¿Buscas un portátil que no te cueste un riñón? Estos son todos los que puedes comprar por menos de 200€ en Amazon España El precio no incluye los gastos de envío desde China, donde se fabrican estos aparatos. Tampoco posibles impuestos a afrontar en aduanas. Al menos sí que cuenta con garantía, de 30 días si no abres el chasis y de 90 si lo devuelves intacto.Hoy por hoy, en cuanto a ordenadores portátiles de gama alta hay claros dominadores: los MacBook. No tiene por qué ser el mejor ni el más potente, pero las cifras de venta hablan solas. Sin embargo, hay alternativas, y con Linux, como por ejemplo el nuevo Galago Pro. Es un portátil con Ubuntu, pantalla 4K y 32GB de RAM a un precio muy competitivo.

System76 es la compañía fabricante. Especializada en ordenadores con sistema operativo Linux, esta es su creación más importante. Se trata de un portátil potente para trabajar y jugar, aunque no es el gaming su principal punto fuerte. Las características del Galago Pro apuntan más a estación de trabajo que a otra cosa. El precio elegido es de 899$, aunque aún no está a la venta. Ya aparece listado en su página web junto a los otros ordenadores de la marca. En relación calidad - precio hablamos de uno de los portátiles más competitivos del mercado, aunque primero habrá que ver qué tal funciona una vez que llegue al mercado.Además de la mencionada cantidad de RAM, equipa un procesador Intel Core Kaby Lake de 7ª generación, a elegir entre el i5 y el i7, dos puertos USB 3.0 y uno USB Tipo C. No es la gráfica uno de sus mejores componentes, ya que se queda en una Intel Graphics 620 integrada, aunque se puede ampliar con una tarjeta gráfica gaming dedicada.Compara las prestaciones del Galago Pro con otros ordenadores de su mismo precio La pantalla 4K de 13 es algo que no solemos ver aún en muchos portátiles, ni tampoco en monitores. Eso sí, de la calidad del panel dependerá la calidad de la imagen, más allá de la resolución. Estas son todas las características que conocemos:

Lo que está claro es que el precio el System76 Galago Pro, para las prestaciones que ofrece, es a priori barato. No se encuentran muchos equipos parecidos por ese mismo coste. Se estás interesado en hacerte con él cuando esté disponible, puede darte de alta para recibir una notificación a través de este enlace.Exprime cada euro: estos son los portátiles con mejor relación calidad - precio disponibles a día de hoy Recomendamos prudencia, pues sólo unos módulos de RAM DDR3 de 32GB cuestan unos 200€ tirando por lo bajo, unidos a otros 400€ por un Intel Core i7-700K. No se sabe cómo lo hará el fabricante para obtener margen de beneficio si mantiene el coste anunciado. La cuota de mercado de Linux sigue siendo reducida, además de fragmentada. Ubuntu, el SO de este dispositivo, es el más popular dentro del mundo Open Source, aunque hay otras alternativas. Entre las distros a vigilar en 2017 están varias de las creadas por esta empresa, Canonical, aunque también otras que se pueden considerar como independientes.Para que Linux pueda ganarse un hueco en el corazón de los usuarios de informática, son necesarios más ordenadores -portátiles o no- buenos y baratos. No es suficiente con ser gratis: la competencia es encarnizada, y los Chromebook vienen pisando fuerte.

Por todo el mundo es bien sabido que la autonomía oficial de cualquier aparato electrónico rara vez se corresponde con la realidad. Los fabricantes llevan a cabo pruebas en laboratorios para alcanzar cifras de autonomía que en un entorno real son muy difíciles de alcanzar, y un reciente estudio acaba de revelar la diferencia que existe entre la autonomía oficial y la autonomía real de los ordenadores portátiles. Porque, ¿cómo podemos saber que nuestro portátil durará encendido lo que dice el fabricante?Para tratar de arrojar algo de luz sobre el asunto, un medio inglés llamado Which? ha decidido rescatar los resultados de autonomía de nada menos que 67 de todos los ordenadores portátiles que pasaron por la mesa de pruebas de sus editores durante el último año. El estudio ha sido muy simple: lo que han hecho ha sido comparar las cifras de autonomía oficiales de las que cualquier fabricante presume en su web con los resultados de autonomía que han obtenido esos mismos equipos en una prueba real.

El estudio revela una verdad incómoda: la autonomía oficial que los fabricantes anuncian en sus ordenadores se diferencia respecto a la autonomía real no solamente en minutos, sino incluso en algunos casos la diferencia se puede llegar a medir en horas. La conclusión a la que llegan en el estudio es que los fabricantes exageran la autonomía de sus ordenadores, y de esta acusación no se libra ninguna marca. Fabricantes como HP, Lenovo o Toshiba (entre otros) reciben un importante tirón de orejas por parte de este medio inglés. Los fabricantes [de ordenadores portátiles] más optimistas, señala el artículo, sobrestiman la autonomía de sus baterías en un 50% o incluso más. El estudio menciona diferentes ejemplos: tenemos por ejemplo los portátiles de Dell, que de las nueve horas y 15 minutos de autonomía que se mencionan en su ficha técnica oficial resulta que en las pruebas de Which? han venido ofreciendo algo más de cinco horas de batería.

  1. http://blogs.montevideo.com.uy/retrouve3
  2. http://retrouve3.kinja.com/
  3. http://retrouve3.jimdo.com/
Batterie Dell 451-10476

Même si tout ce que nous voyons est les nouveaux smartphones Pixel, cela devrait se révéler un événement très intéressant. Évidemment, je vous tiendrais informé de l’événement qui aura lieu à 18 heures en France.Après que Google a lancé la première version de son framework JavaScript libre et open source Angular en 2010, il est rapidement devenu l’une des technologies les plus populaires du Web. Cependant, le Web a évolué, et lorsque Google a annoncé Angular 2 en 2014, il a créé tout un émoi dans la communauté du développement Web, car cette nouvelle version était non seulement une mise à jour, mais offrait une réécriture complète qui n’a pas été compatible avec l’ancienne version.Aujourd’hui, après de nombreuses versions en preview et bêta, la société lance officiellement la version finale de Angular 2.0. « Angular 1 a résolu le problème de la façon de développer un Web émergent », écrit la société dans l’annonce de la semaine dernière. « Six ans plus tard, les difficultés rencontrées par les développeurs d’applications d’aujourd’hui, et la sophistication des dispositifs que les applications doivent supporter ont toutes deux énormément changé », poursuit-elle.Cependant, les développeurs d’applications aujourd’hui ont aussi un choix beaucoup plus large de frameworks JavaScript. Le framework React de Facebook a en particulier beaucoup d’élan derrière elle, bien que, pour être justes, les deux projets aient des styles légèrement différents. En effet, si Angular est un framework aux idées arrêtées, les grandes forces de React Native sont qu’il est facile de construire des applications natives, par exemple. Mais si Google ne fournit pas aux développeurs qui ont construit des applications avec Angular 1.x des outils pour passer à la nouvelle version, beaucoup d’entre eux sont maintenant à la recherche de la nouvelle technologie à utiliser.

Angular 2.0 introduit un certain nombre de nouvelles fonctionnalités, parmi lesquelles on peut citer un meilleur support pour les navigateurs modernes et le développement mobile. L’équipe a également déplacé une grande partie des fonctionnalités de base en modules qui facilite l’utilisation de bibliothèques tierces en plus de celles intégrées. L’équipe recommande maintenant que les développeurs utilisent TypeScript pour écrire leurs applications. TypeScript est un sur ensemble de JavaScript libre et open source développé par Microsoft qui ajoute des fonctionnalités telles que le typage statique et la programmation orientée objet.À l’avenir, l’équipe de Angular prévoit de fournir aux développeurs plusieurs guides et des exemples pour les aider à apprendre plus rapidement Angular 2.0. En outre, l’équipe prévoit de mettre l’accent sur les animations pour Angular 2.0 et déplacer son support de WebWorker de sa branche expérimentale. Angular Universal va également remonter en tête de liste de l’équipe d’Angular.À l’avenir, l’équipe va libérer des mises à jour de Angular à travers trois canaux (majeurs, mineurs et patch). Autrement dit, il y en aura pour tout le monde. Et vous, quelle est votre préférence ?

Le stabilisateur est placé à l’avant, de sorte que lorsque l’appareil enregistre, il n’est pas gêné par les hélices.Pour contrôler le Karma lui-même, il y a une télécommande semblable à un gamepad, avec un écran qui vous permet de voir ce que le drone voit, sans avoir besoin d’appairer un téléphone. Vous pouvez manuellement actionner le drone, ou le mettre en vol automatique. Il y a également un « mode passager » qui permet à une deuxième personne de contrôler la caméra depuis un smartphone ou une tablette.GoPro qualifie la Hero5 Black comme sa « GoPro la plus puissante, et la plus facile à utiliser ». La désignation Black est utilisée pour les caméras phares, bien que GoPro n’ait pas annoncé un modèle plus abordable — Silver. Mais, il semble que GoPro a pris les meilleures choses de la Hero4 Silver, et mis en œuvre celles-ci dans la Hero5 Black.Comme la Hero4 Black, la Hero5 Black filme jusqu’en 4K à 30 images par seconde (fps), et est capable de capturer des images fixes jusqu’à 12 mégapixels. Néanmoins, la nouvelle caméra peut maintenant capturer le contenu aux formats RAW et WDR, ou avec une large gamme dynamique (GoPro met l’accent sur la qualité professionnelle). GoPro précise que la Hero5 peut enregistrer de la vidéo grand-angle sans distorsion, et peut prendre des photos sans distorsion avec un nouveau réglage Vue linéaire. De plus, l’audio a été amélioré, grâce à trois micros qui captent la meilleure qualité audio, avec une réduction du bruit du vent. Comme mentionné, la caméra a maintenant une stabilisation d’image électronique.

Et maintenant, nos regards vont se tourner vers une nouvelle addition à la gamme annoncée à l’IFA 2016, la Withings Steel HR.La Withings HR Steel, comme les autres de la marque, est une montre analogique. Autrement dit, les amateurs de smartwatches devront jeter leur dévolu ailleurs, comme la toute récente ASUS ZenWatch 3 ou la Gear S3 Classic de Samsung. Pour tous les autres, restez-la !La Withings HR Steel va surveiller votre fréquence cardiaqueLa Withings HR Steel va surveiller votre fréquence cardiaque Mais cela ne signifie pas que vous ne trouverez pas des fonctionnalités intelligentes cachées sous le châssis en acier. En fait, Withings affirme que la HR Steel est la première montre analogique du monde à offrir une surveillance de la fréquence cardiaque.En effet, la montre est capable de surveiller en continue la fréquence cardiaque, et ainsi garder une trace de la fréquence cardiaque au repos pendant le sommeil. Vous serez en mesure de la visualiser sur un cadran nouvellement ajouté, qui peut également pousser les notifications de votre smartphone.

Recevez tous les relevés de la Withings HR Steel sur votre montreRecevez tous les relevés de la Withings HR Steel sur votre montre En effet, une fois connectée à votre smartphone, la Steel HR vous réveille le matin, vous alerte de vos appels et SMS et de votre prochaine réunion grâce à une notification sur l’écran et à une légère vibration. C’est plutôt appréciable qu’elle telle caractéristique soit ajoutée, et non au détriment de la parte analogique.La Withings HR Steel peut également récupérer les notifications du smartphoneLa Withings HR Steel peut également récupérer les notifications du smartphone Et, bien sûr, en raison de l’absence d’un rafraîchissement permanent, d’un écran couleur, la HR Steel a une impressionnante autonomie. 25 jours, pour être précis. Withings indique que, après 25 jours de surveillance en continue de la fréquence cardiaque, la fonctionnalité peut être désactivée et la montre va durer 20 jours supplémentaire avant de devoir être rechargée.La Withings Steel HR sera disponible en deux tailles : 36mm (avec un bracelet de 18 mm) et 40 mm (avec un bracelet de 20 mm). La version de 36 mm coûtera 189,95 euros, tandis que la version de 40 mm sera vendue 199,95 euros. Les montres seront disponibles à partir du 1er octobre.

Le projet Ara, ou Project Ara si l’on veut parler la langue de Shakespeare, est l’ambitieux concept d’un téléphone modulaire mené par la division de recherche de Google. Alors qu’il a été dévoilé en grande pompe, et qu’il s’est fait une belle place dans les divers salons technologiques, nous venons d’apprendre que le Project Ara est définitivement abandonné. En effet, Reuters rapporte que la société californienne de Mountain View a suspendu le projet après de longues années d’effort pour « rationaliser » sa division de matériel.Évidemment, cette décision un peu brutale arrive comme une surprise. Jusqu’en mai de cette année, Google devait publiquement lancer un modèle dédié au grand public dans la première moitié de 2017. Et, lors de la dernière conférence I/O de l’entreprise, Rafa Camargo, un ingénieur chez Google, a montré une version fonctionnelle de la version développeur d’un téléphone Ara.La société a décidé de poursuivre une stratégie alternative, rapporte Reuters. Plutôt que de produire et de libérer un smartphone Ara elle-même, elle va « travailler avec des partenaires » pour apporter la technologie du projet sur le marché — éventuellement par des accords de licence.Pour ceux qui l’ignorent, le projet Ara a été initialement conçu comme une plate-forme simple d’utilisation avec un moyen intuitif de permutation de composants d’un téléphone. Un téléphone Ara, comme la firme l’envisageait, serait entièrement modulaire dans la construction : du processeur à l’écran, tout serait évolutif, remplaçable et modifiable. L’idée est de changer un seul composant et pas entièrement le smartphone, lorsque l’écran ou encore la caméra ou la batterie se brisent, ou lorsqu’ils deviennent obsolètes.

La vision de Google était ambitieuse, pour ne pas dire complètement folle, et c’est peut-être la raison de son échec. La société a déclaré que le dispositif a été conçu pour les quelque « six milliards de personnes » dans le monde qui ne disposent pas d’un smartphone : les cinq milliards qui possèdent un « simple » téléphone, et le reste qui ne dispose pas d’un téléphone. Pour ce faire, il devait être abordable. Et, il serait « ouvert » : Google espérait stimuler « des centaines de milliers de développeurs » pour produire des modules Ara.La disparition annoncée du projet Ara intervient après que des constructeurs tiers, comme LG et son G5, ou encore Motorola et son Moto Z, lancent des smartphones « modulaires ». Néanmoins, ces derniers peinent à convaincre, et c’est peut-être pourquoi Google a décidé de se retirer de ce marché.L’annonce de l’Apple Watch 2 devrait avoir lieu la semaine prochaine, mais cela n’empêche pas les rumeurs de s’intensifier sur la toile. La dernière fuite donne un aperçu détaillé des différents composants internes de la future smartwatch d’Apple.Le magasin d’électronique Byte a publié une vidéo avec des composants qui seraient pour l’Apple Watch 2. Les 11 minutes de la vidéo nous guident à travers tous les changements matériels de la nouvelle montre, et elles corroborent les précédentes fuites.Il a déjà été rapporté que la batterie serait d’une plus grande capacité, et la vidéo de Byte confirme cette déclaration. La vidéo montre une batterie physiquement plus épaisse dans l’Apple Watch 2, et Byte prétend qu’elle fournit 1,28 Wh, contre 0,98 Wh pour la batterie de l’actuelle Apple Watch. Si vous faites le calcul, c’est une augmentation de 23,4 %.

Alors que la capacité de la batterie accrue pourrait signifier une meilleure autonomie, cela pourrait également signifier plus de puissance disponible pour les composants, comme une puce GPS, qui pourrait drainer du jus et ainsi ne pas augmenter l’autonomie de la montre.Byte indique également que l’écran de l’Apple Watch 2 sera nettement plus mince, par rapport à celui du modèle original. Cela pourrait signifier une montre plus mince, ou tout simplement que cet espace sera utilisé pour une batterie plus épaisse.Plus intéressant, Byte note l’inclusion de « chipset supplémentaire » sur le joint du Force Touch de l’Apple Watch 2. On ne sait pas à quoi va servir ce chipset, mais il pourrait être un composant pour la technologie 3D Touch, qui dispose d’une sensibilité à pression variable versus une sensibilité à pression unique pour le Force Touch. Autrement dit, cela permettrait à la montre d’avoir la même technologie que l’iPhone.Un nouveau chipset se trouve sur le présumé écran de l’Apple Watch 2.Un nouveau chipset se trouve sur le présumé écran de l’Apple Watch 2. Il apparaît également qu’Apple va opter pour une conception semblable à l’Apple Watch, anéantissant les espoirs de ceux qui attendaient une montre circulaire. Byte montre des modèles de 38 et 42 mm, comme les modèles actuels.Évidemment, il faudra attendre une confirmation de la part d’Apple qui devrait intervenir le 7 septembre, aux côtés de l’iPhone 7.

Akku HP HSTNN-Q64C

MG_9081Auf dem entsprechenden Launch-Event im Rahmen der Gamescom zeigte Nvidia die Fähigkeiten der neuen Grafikkarten: Auf einer GTX 1060 in einem Notebook lief etwa Resident Evil VR, und das komplett flüssig. Weitere Rechner mit einer 1080 präsentierten 8 Stunden durchgängig (!) Raw Data. Und per Nvidia GameStream wurde auf einer Nvidia Shield von einem Notebook The Witcher in 4K wireless an einen externen Fernseher gestreamt. All dies zeigt, wie weit mobile Grafiklösungen inzwischen gekommen sind. Laptops der neuen Generation müssen sich keineswegs mehr vor Gaming-Boliden verstecken.Bestes Beispiel dafür ist ein neues Modell von XMG: Zwei GTX 1080 rechnen zusammen mit einem i7-Prozessor alle Spiele auf Qualitätsstufe Ultra – und das auf Ultra HD-Auflösung. Dies wäre ohne extra großes Kühlsystem bisher schlicht nicht möglich gewesen. Okay, das Notebook wiegt zwar auch mehr als 5 Kilo – aber es ist eindeutig noch als Notebook zu erkennen und ist auch nicht unverschämt laut.Aber auch am anderen Ende gibt es Vorteile – im Idle. Wenn die Grafikkarte vom Treiber nicht ganz abgestellt wird, sinkt zumindest der Verbrauch unter einfachen Desktop-Aufgaben. Die Akkulaufzeit freut das sicherlich.

Laptops direkt zum Launch gibt es von allen möglichen Herstellern – etwa Acer, XMG, MSI, Medion, Asus, Lenovo und die anderen „üblichen Verdächtigen“. Wirklich günstig sind die meisten neuen Laptops nicht, der Startpreis liegt bei deutlich über 1000 Euro. Aber zum Sparpreis gab es Laptops mit neuer, guter Technik bisher ja nie.Für Gamer und Personen, die den Laptop als vollwertigen Desktop-Ersatz nutzen möchten, ist ein Pascal-Rechner auf jeden Fall eine Überlegung wert. Wahrscheinlich tut es der alte Rechner mit einer 970M aber auch noch. Und wie viel Leistungsunterschied nun wirklich zwischen GTX 1080 am Desktop und am Laptop liegt, werden wir wohl erst nach objektiven Leistungsvergleichen haben – nicht nach einer offiziellen Pressemitteilung von Nvidia.Dell hat neue XPS Modelle mit der 6. Intel Core-Generation in den USA veroeffentlicht (hier unser Beitrag zum Dell XPS 12) und diese Skylake Plattformen kuendigen Akkulaufzeiten an, die die komplette Konkurrenz wie blutige Amateure aussehen laesst. Und genau hier ist das Problem, denn die Angaben von Dell sind so ziemlich der groesste Marketingbullshit, den ich in meiner gesamten Karriere erfahren musste.

In Sachen Performance gibt es übrigens wie oben erwähnt keinerlei Probleme. Alles flutscht problemlos und es hakt praktisch nichts. Natürlich muss man sich bei all dem erst einmal ein wenig an die optische Gestaltung der Oberfläche von Samsung gewöhnen, denn diese ist weiterhin sehr bunt gehalten, wobei man eine Schwäche für Blau-, Lila- und Türkistöne haben sollte, denn diese dominieren weiterhin. Man würde sich wünschen, dass Samsung mehr Anpassungsmöglichkeiten optischer Art bieten würde – doch dies ist auch bei den meisten anderen Smartphone-Herstellern nicht der Fall. Aber irgendeinen Grund muss es ja geben, weiterhin auf Custom-ROMs zu setzen, wenn es schon nur noch wenig an TouchWiz zu meckern gibt, nicht wahr?!

t Die Akkulaufzeit des Samsung Galaxy Note 4 weiß aufgrund der Größe und des hier verbauten 3220mAh fassenden Akkus natürlich zu beeindrucken. Mit gut sieben Stunden Laufzeit im Test mit dem LaptopMag Battery Tester Script, bei dem eine Sammlung bekannten Websites im Abstand von 30 Sekunden immer wieder neu geladen wird, ist das neue Samsung-Topmodell vorn mit dabei. Zum Vergleich sei hier einmal mehr das mit einem genauso hochauflösenden Display und einem mit 3000mAh nur wenig kleineren Akku ausgerüstete LG G3 herangezogen, das beim gleichen Test bereits nach knapp fünf Stunden schlapp machte. Offenbar funktioniert bei Samsung das Power-Management also etwas besser, auch wenn das Display bei beiden Tests auf volle Helligkeit geknallt wurde und beim Note deutlich heller ist.

Im Alltag hat das Note 4 ebenfalls einen beeindruckend langen Atem, denn ich kann das Gerät bei meiner Nutzungsweise mit wenigen Telefonaten, rund zwei Stunden surfen und anderen Aktivitäten von weiteren vier Stunden Länge und dauernder Synchronisation mit diversen Webdiensten und zwei E-Mail-Konten im 15-Minuten-Takt locker zwei Tage lang einsetzen, ohne eine Steckdose suchen zu müssen. Gefühlt hält der Riese von Samsung doppelt so lange durch wie das G3, das bekanntermaßen so seine Probleme in Sachen Laufzeit hat. Auch im Vergleich zu anderen Geräten steht das Note 4 gut da, auch wenn der große, helle und vor allem sehr hoch aufgelöste Bildschirm seinen Tribut fordert. Im Vergleich zum Galaxy S5 fiel die Laufzeit etwas kürzer aus, wobei die Geräte sich ungefähr auf dem gleichen hohen Niveau bewegen.

Praktisch ist auch beim Note 4 wieder der sehr sinnvolle Ultra-Powersaving-Modus, bei dem die Funktionalität des Telefons auf das Nötigste reduziert und die Farbdarstellung des Displays eingeschränkt wird. Die Umschaltung auf Graustufen, die strikte Absenkung der maximalen Taktrate der Plattform und die Abschaltung aller nicht wirklich essentiellen Funktionen und Features sorgen dafür, dass man mit dem Gerät in diesem Modus eine maximale Laufzeit von bis zu 14 Tagen erreichen kann. Auch dies hängt natürlich von der tatsächlichen Nutzung ab, also auch davon, wie lange das Display eingeschaltet wird und welche Aufgaben man erledigt.

Das Laden des 3220mAh-Akkus beim Note 4 geht dank eines speziellen Ladegeräts mit Fast-Charging-Feature sehr schnell. Weil das Netzteil bis zu neun statt der üblichen fünf Volt bei zwei Ampere liefern und das Telefon auch damit umgehen kann, lässt sich eine theoretische Ladeleistung von bis zu 18 statt nur 10 Watt erzielen. Dementsprechend schnell pumpt das Netzteil den „Saft“ dann auch in den Akku, so dass man tatsächlich wie von Samsung versprochen innerhalb von 30 Minuten auf 50 Prozent Akkuladestand kommen kann. In der Folge wird die Leistung dann intelligent reduziert, um den Stromspeicher nicht zu schädigen, so dass man innerhalb von gut 1,5 Stunden auf 100 Prozent laden kann. Immer noch ein stattlicher Wert, der aber wie erwähnt nur in Verbindung mit einem stärkeren Netzteil erreicht wird. Natürlich kann auch jedes andere USB-Netzteil mit dem Note 4 verwendet werden, wobei es bei mir mit einem normalen 5V/2A-Lader gut 2,5 Stunden dauerte, bis der Akku gefüllt war.

Samsung überfrachtet seine Geräte gerne mit Funktionen, doch daran ist ja nun nicht unbedingt etwas Falsches. Auf der Suche nach Neuerungen, mit denen man Kunden für sich gewinnen kann, hat man mittlerweile einen Fingerabdruckleser und natürlich den Herzfrequenzmesser in das Note 4 eingebaut, die man bereits vom Galaxy S5 kennt. Der Nutzen dieser beiden Eigenschaften ist natürlich weiterhin etwas begrenzt, denn sie dürften nun nicht unbedingt jedermanns Sache sein. Der Herzfrequenzmesser funktioniert einigermaßen zuverlässig, aber er liefert nicht unbedingt konstante Werte. Für Sportler mag der Sensor nützlich sein, für mich ist er hingegen mangels großartiger Aktivitäten dieser Art dann eher hinfällig.

Der Stylus ist natürlich das absolute Alleinstellungsmerkmal von Samsungs Phablet und wurde in der neusten Ausgabe noch einmal deutlich verbessert. Er besitzt nun die doppelte Zahl von Druckstufen und kann so noch weichere Linien zeichnen. In Verbindung mit dem Digitizer und der ebenfalls weiter verbesserten Software kann der Stylus in vielen Lebenslagen seine Vorteile als nützliches Werkzeug ausspielen. Das Cover-Glass ist dick genug, um zu verhindern, dass der Stift selbst bei starkem Druck auf das Display durchdrückt. Egal, wie stark man drückt, es zeigen sich keinerlei „Blasen“ um die Stiftspitze. Das Schreiben mit dem Stift geht sehr gut von der Hand, auch wenn es sich wohl noch nicht vermeiden lässt, dass die virtuelle Tinte noch nicht ganz mit der Spitze des Stifts Schritt halten kann. Die Resultate sind allemal beeindruckend und man muss tatsächlich den Hut davor ziehen, dass es den Entwicklern des S Pen in den letzten Jahren gelungen ist, das Erlebnis weiter zur optimieren und nicht nur nützlich sondern auch äußerst angenehm zu gestalten.

Ein Feature, das inzwischen viele andere Hersteller übernommen haben und bei Nokia seinen Anfang nahm, vermisse ich beim Galaxy Note 4 aufgrund der Verwendung eines LG G3 im normalen Alltag allerdings sehr – Double-Tap To Wake Up! Also das zweifache Antippen des Bildschirms, um das Smartphone aufzuwecken oder schlafen zu schicken. Bitte Nachrüsten Samsung!Darf es ein bisschen mehr sein? Den Sprung auf vier Gigabyte werden wir vermutlich zumindest beim Samsung Galaxy Note erst im nächsten Jahr erleben, wenn der Nachfolger des Note 4 mit einem 64-Bit-SoC aufwartet, der diese Menge Arbeitsspeicher dann auch effektiv nutzen kann. Mit seinen drei Gigabyte Arbeitsspeicher ist das Note 4 allerdings bereits jetzt sehr üppig und nach meinem Empfinden mehr als üppig ausgestattet. Etwas anderes wäre aber auch irgendwo peinlich gewesen, oder? Das Phablet wird grundsätzlich mit 32 Gigabyte internem Flash-Speicher vertrieben, was ja mittlerweile sozusagen dem Gold-Standard unter den Android-Flaggschiffen entspricht.

Dell Latitude E6400 Battery

Emboîtant le pas de la concurrence, Samsung a dévoilé sa tablette orientée vers les professionnels. La Galaxy TabPro S dispose de quelques atouts pour séduire.Au-delà des montres connectées, des partenariats dans le domaine des jeux vidéo et du contrôle des équipements connectés du foyer avec le téléviseur voire avec le réfrigérateur, on repère, dans l’offre déballée par Samsung à l’occasion du CES 2016, quelques produits susceptibles de trouver leur place dans le monde de l’entreprise. Et notamment la Galaxy TabPro SCette tablette sous Windows 10 vient clairement évoluer sur les plates-bandes de la Surface Pro 4 et de l’iPad Pro. On est effectivement sur un format comparable (12 pouces, contre 12,3 pour la tablette de Microsoft et 12,9 pour celle d’Apple), mais avec un écran à technologie OLED, censé offrir un meilleur rendu que les dalles IPS, ainsi qu’une plus faible consommation d’énergie, car il est possible d’éteindre individuellement des pixels pour produire la couleur noire.La Galaxy TabPro S ne se distingue pas tant de ses concurrentes sur la définition d’écran (2 160 x 1 440 pixels) que sur son gabarit : 6,3 mm en son point le plus fin, pour 693 g sur la balance (696 g avec connectivité cellulaire). L’iPad Pro en est à 6,9 mm et 713 g ; la Surface Pro 4, à 766 g dans sa version la plus légère.

Sous le capot de la Galaxy TabPro S, on trouve une puce Intel Core m3-6Y30 (deux coeurs à 900 MHz ; 2,2 GHz en mode Turbo). A priori, Samsung ne proposera pas de modèles en Core i, contrairement à Microsoft.Autre différence, aussi bien vis-à-vis de la Surface Pro 4 que de l’iPad Pro : le clavier est fourni, avec son pavé tactile. La 4G LTE reste quant à elle en option, au même titre que le stylet Bluetooth et l’adaptateur qui permet la sortie vidéo sur interface HDMI via le connecteur USB Type-C.Dotée de 4 Go de RAM, de deux caméras de 5 mégapixels, d’une batterie de 5 200 mAh (autonomie annoncée : 10 heures et demie) et d’un SSD de 128 ou 256 Go (au choix), la Galaxy TabPro S devrait être commercialisée à partir du mois de juillet.Son prix n’a pas été communiqué. Pour référence, la Surface Pro en Core m3, avec 4 Go de RAM et 128 Go de SSD est à 999 euros TTC, sans le clavier (149,99 euros pour le Type Cover de dernière génération). Le ticket d’entrée pour l’iPad Pro se situe à 919 euros, mais pour seulement 32 Go de stockage, précise ITespresso.L’EliteBook Folio 12,5 pouces de HP est un ultraportable moderne, compact et léger. Une alternative sous Windows 10 du nouveau MacBook d’Apple.Sortez la balance et le pied à coulisse. HP présente ses nouvelles gammes de produits dans le cadre du CES 2016 de Las Vegas, dont l’EliteBook Folio, l’ultraportable le plus fin et le plus léger jamais produit par la firme de Palo Alto.

Avec 1,24 cm d’épaisseur et un poids de moins de 1 kg, cette machine se veut une réponse au MacBook d’Apple. En témoignent cet écran de 12,5 pouces (UHD en option) et cette robe en aluminium. Ce produit se veut également moderne, avec la présence de processeurs basse consommation Intel de dernière génération (Core M), 8 Go de mémoire vive et des SSD sur port PCI Express.Le tout peut fonctionner – en silence (design fanless) – pendant une dizaine d’heures sur batterie. HP annonce une disponibilité outre-Atlantique en mars, au prix de base de 999 dollars.Deux ports USB Type-CLa connectique se veut limitée, mais meilleure que sur la machine d’Apple, avec une prise casque/micro et deux connecteurs USB Type-C. À noter, l’écran pourra être ouvert à 180°. Un plus par rapport aux machines hybrides qui se multiplient aujourd’hui et proposent en général un angle d’ouverture très limité.HP met enfin en avant la conformité avec la norme MIL-STD 810G, garantissant ainsi une solidité avancée pour sa machine. Un argument qui se multiplie chez les constructeurs de PC. Lenovo évoque en effet lui aussi ce paramètre avec sa gamme Think X1, que nous vous avons présentée hier (voir l’article « CES 2016 : Lenovo joue la carte du haut de gamme pro, avec les Think X1 (vidéos) »).Carton plein pour Lenovo dans le cadre du CES 2016. Le constructeur chinois dévoile une gamme d’ordinateurs professionnels de haut de gamme, les Think X1.

Depuis des années déjà, le ThinkPad X1 se veut le fer de lance des notebooks professionnels de Lenovo. Avec le CES 2016 de Las Vegas, il convient maintenant de parler de famille X1 et non plus du seul ultraportable.Le constructeur chinois capitalise en effet sur l’image de haut de gamme du ThinkPad X1 pour créer une gamme complète de nouveaux produits, les Think X1.Certains éléments sont communs à l’ensemble de la gamme : adoption de SSD M.2 NVMe signés Samsung, pour une vitesse jusqu’à cinq fois supérieure à celle des SSD classiques ; présence de puces Intel de dernière génération (Core m7 pour la tablette) ; possibilité d’opter pour un modem Qualcomm LTE à 300 Mo/s ; fonctionnalités avancées de sécurité et protection contre les environnements difficiles (poussière, chaleur, froid, etc.).La ThinkPad X1 Tablet (à partir de 899 $) est une tablette Windows 10 particulièrement flexible. Il est ainsi possible de lui ajouter une batterie complémentaire (149 $), qui boostera son autonomie à 15 heures, un module intégrant un picoprojecteur (279 $), pour les présentations en entreprise, et même une caméra 3D (149 $). Stylet et clavier (de type ThinkPad) sont bien entendu accessibles en option. La ThinkPad X1 Tablet affiche un poids de 790 g, hors clavier et accessoires.Autre produit, le ThinkPad X1 Yoga (à partir de 1449 $), un ultraportable (1,27 kg, 1,68 cm d’épaisseur) dont l’écran peut être retourné sur le clavier afin de transformer l’ensemble en tablette Windows 10 ou en dispositif d’affichage. En mode tablette, les touches du clavier se rétractent. Astucieux. Autre avancée, la possibilité d’opter – en option – pour une dalle OLED signée Samsung. Notez que, là encore, un stylet est proposé en standard.

Le ThinkPad X1 Carbon (à partir de 1299 $) poursuit sa carrière. Cet ultraportable 14 pouces, bien connu des cadres exécutifs, voit ses caractéristiques rehaussées, avec plus de choix d’écrans et une capacité maximale – disque comme mémoire – revue à la hausse. Il se veut à la fois plus léger (1,18 kg) et plus fin (1,65 cm) que le ThinkPad X1 Yoga. Notez qu’il est conçu pour fonctionner entre -15° et +60°.Dernier PC de la gamme Think X1, le ThinkCentre X1 (à partir de 1029 $), un PC tout-en-un 23,8 pouces proposant une coque en aluminium d’une épaisseur de seulement 1,1 cm (dans sa partie la plus fine). Le tout est conçu pour résister aux environnements difficiles (poussière, etc.). Une webcam est intégrée. Bon point, elle peut être verrouillée via un petit volet. Un iPhone 6C et un iPhone 7 avec plus de capacité et de stockage. Les rumeurs en ce début d’année vont bon train sur les prochains smartphones d’Apple. La première concerne la commercialisation en mars ou en avril d’un iPhone 6C. La firme de Cupertino ne semble pas échaudée par l’expérience de l’iPhone 5C qui avait connu un succès mitigé à ses débuts. Le 6C devrait réembarquer un écran Retina qui était absent du 5C, mais sans être compatible avec 3D Touch. Par ailleurs, on devrait retrouver 16 Go de stockage, un processeur Apple A9, 2 Go de RAM, une puce NFC (pour Apple Pay) et un capteur d’empreintes digitales Touch ID. Pour les iPhone 7, il faudra attendre la fin de l’année, mais les premières fuites font état d’un design similaire à ses prédécesseurs. Les nouveautés seront focalisées sur l’iPhone 7 Plus qui devrait gagner en stockage avec une capacité maximale de 256 Go.

L’autonomie devrait être également renforcée avec une batterie qui passerait de 2750 mAh à 3100 mAh. Il serait également plus résistant à l’humidité. Orange en route vers la banque mobile. Orange vient de faire un pas de plus vers la construction d’une offre de services bancaires. L’opérateur vient d’annoncer être entré en négociations exclusives avec Groupama pour créer Orange Banque, une nouvelle banque 100% mobile. Cette offre permettra à l’assureur de renforcer ses activités de banque en ligne tandis qu’Orange, qui détiendra 65% de Groupama Banque, poursuivra sa diversification dans les services bancaires. Alors qu’il propose des services de transaction monétaire avec Orange Money dans plusieurs pays d’Afrique-Moyen Orient, l’opérateur propose déjà une banque numérique en Pologne, Orange Finanse. En octobre dernier, lors du lancement de l’application mobile de paiement Orange Cash, le PDG Stéphane Richard réitérait ses ambitions en matière de diversification dans les services bancaires vus comme une nouvelle source de revenus avec l’ambition de générer 400 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018. Orange Banque, qui offrira des services traditionnels, d’épargne, de crédit et d’assurance, est attendue pour début 2017 en France puis sur d’autres marchés européens comme l’Espagne ou la Belgique. Rachat de Perot : Atos, Cognizant et TCS sur les rangs. Selon la presse indienne, Tata Consultancy Services (TCS) est revenu à la table des négociations pour étudier le rachat de Perot, une activité de service que Dell envisage de céder afin de financer en partie le rachat d’EMC.

The Economic Times, citant trois sources anonymes, explique que la première SSII indienne serait, sur ce dossier, au coude à coude l’Américain Cognizant. Le Français Atos aurait également soumis une offre de rachat à Dell. TCS avait, une première fois, abandonné les discussions avec Dell, jugeant le prix demandé trop élevé. Rappelons que le Texan avait estimé à 5 milliards de dollars la valeur de Perot, racheté en 2009 pour 3,9 Md$. Selon The Economic Times, les trois prétendants ont déposé des offres autour des 4 Md$ (4,3 Md$ pour Atos). BlackBerry reste au Pakistan. Après un petit suspens, la firme canadienne a finalement décidé de ne pas quitter le Pakistan, après son refus, en décembre dernier, de laisser les autorités pakistanaises accéder aux données des applications qui transitent par ses serveurs sécurisés. Initialement, BlackBerry avait prévu de se retirer du pays le 30 décembre dernier. « La confidentialité de nos clients est primordiale pour BlackBerry, et nous ne transigerons pas sur ce principe », avait alors déclaré Marty Beard, directeur général de BlackBerry. Un compromis a finalement été trouvé, explique ITespresso.fr, sans que l’on en connaisse la teneur, à part le fait que BlackBerry continuera d’officier au Pakistan. Les documents récemment déposés auprès de la FCC laissent à penser que les nouvelles Google Glass pourraient connaître une commercialisation prochaine.

En janvier 2015, Google annonçait l’arrêt de son projet Google Glass. Ou, plus précisément, du développement du modèle Explorer Edition destiné à tout un chacun. Mais c’était pour mieux rebondir avec une solution qui s’oriente plus vers les besoins professionnels et baptisé Enterprise Edition dont l’entreprise de Mountain View commençait à distribuer quelques paires à des partenaires à des fins de tests et d’amélioration du produit.Il semble que ce premier cycle d’affinage arrive à terme et que la commercialisation de ce nouveau modèle pourrait être lancée prochainement. Le site 9to5Google a ainsi mis la main sur les documents déposés par Google auprès de la FCC (Federal Communications Commission), le gendarme des télécoms américain. Sous le numéro de référence « A4R-GG1 », elles apparaissent au grand jour grâce à des photos publiées sur le site de l’agence américaine, accompagnées d’un manuel, rapporte ITespresso.fr.D’emblée, on constate que le look est différent, avec un design plus fin que celui du modèle Explorer Edition. La recharge se fera visiblement via un connecteur magnétique, système qui devrait aussi être utilisé pour greffer le pack de batterie supplémentaire à la monture. Autre point de différence, une charnière permet de plier cette nouvelle génération de lunette connectée. Elle se veut également plus ergonomique avec le bouton marche (auparavant disposé à l’intérieur) désormais placé à l’arrière.

Autre changement notable : une petite LED verte s’allume désormais quand la caméra fonctionne. Le Wi-Fi sur la bande des 5 GHz (Wi-Fi ac) est désormais de la partie, tandis que le Bluetooth 4.1 est, lui, escompté. Dans cette même optique d’amélioration des performances, Google aurait opté pour une puce Intel Atom, alors que les Google Glass « Explorer Edition » étaient équipées d’une puce à technologie ARM (un SoC OMAP 4430 signé Texas Instruments plus précisément). Enfin, un prisme plus grand permet d’augmenter le champ de vision.Les Google Glass « Enterprise Edition » auraient d’ores et déjà été distribuées à des centaines d’exemplaires à des partenaires via le programme « Glass for Work », si l’on en croit 9to5google. Pour l’heure, aucune données tarifaire ne circule. A l’époque, les Google Glass Explorer Edition étaient proposées autour de 1 500 dollars, ce qui n’a pas aidé à leur succès auprès des consommateurs.Si cette fois Google semble viser le marché professionnel, notamment avec le développement d’applications dédiées aux secteurs de la santé, de la formation et de la fabrication, Mountain View ne se couperait néanmoins pas totalement du marché grand public. Tony Fadell, en charge du projet Enterprise Edition, déclarait en novembre à Bloomberg que les futures Google Glass seraient également destinées au grand public.

Batería DELL Vostro V13

Los convertibles se están perfeccionando y el Acer Aspire R11 es un buen ejemplo de ello. Se trata de un ordenador compacto y ligero, su diseño con bisagra 360º permite varias posiciones para adaptarse a cualquier situación, mientras que la completa gama de procesadores Intel ofrece un rendimiento que nada tiene que envidiar al de un ordenador tradicional. Tiene una pantalla de 11,6 pulgadas que ofrece un buen equilibrio entre experiencia visual y portabilidad. Además, el panel se ha cubierto con una lámina de cristal resistente Corning Gorilla Glass para que aguante el trote diario, tanto en casa como en la oficina, sin que aparezca ni un sólo arañazo. La pantalla del Acer Aspire R11 está unida al teclado por una bisagra que gira 360 grados, de forma que podemos colocarlo en distintas posiciones. El más indicado para el trabajo es el modo portátil ya que permite manejar el teclado y el trackpad. En esta posición se puede crear un documento con Microsoft Office, gestionar el correo electrónico, editar una imagen, descargar un programa… Exactamente las mismas tareas que haríamos con un ordenador al uso.

Si vamos a navegar por Internet o jugar a un juego, el modo bloc es perfecto. La bisagra se dobla completamente, de forma que se puede coger como si fuera una tableta y manejarlo a través de la pantalla táctil. Los modos pantalla y tienda están pensados para los vídeos, aunque también pueden resultar prácticos para mostrar una presentación en una reunión. Una prueba más de que la versatilidad es la clave de los convertibles. Hablando de vídeos, el consumo de contenidos multimedia es uno de los pilares del entretenimiento, por lo que la calidad de imagen y sonido son muy importantes. La pantalla del Acer Aspire R11 desarrolla 1.366 x 768 píxeles de resolución y cuenta con tecnología Zero Air Gap. Al reducir el “aire” entre el panel y el LCD, se reducen los reflejos para una buena visibilidad incluso a pleno sol. Los altavoces del Aspire R11 cuentan con Acer TrueHarmony, una combinación de hardware y software que ofrece un sonido nítido y realista. Además, son reversibles automáticamente, optimizando el sonido en cada posición.El Acer Aspire R 11 es un portátil tremendamente versátil con una pantalla de 11,6 pulgadas, un tamaño superior al de la mayoría de tabletas -que suelen estar en torno a las 10 pulgadas. Sin embargo, si nos centramos en el ámbito profesional puede que se quede algo pequeña. Un estudio de IDC revela que la mayoría de empresas europeas siguen apostando por ordenadores de sobremesa, y es que no hay nada como un escritorio para trabajar ¿verdad?

Esto no supone ningún problema para el Acer Aspire R11, ya que cuenta con una buena variedad de puertos físicos. Al llegar a la oficina, sólo hay que conectar la pantalla a través de HDMI, el teclado y el ratón en los USB y el cable Ethernet para obtener una “experiencia escritorio” en toda regla. Si más tarde hay que salir a una reunión o enseñar un documento a un colega de trabajo, basta con desconectarlo todo y se vuelve a hacer portátil. Aquí, la autonomía juega un papel crucial. En el caso del Acer Aspire R11, puede estar hasta 8 horas sin visitar el enchufe. O lo que es lo mismo, una jornada de trabajo completa.El software también es clave de cara a la productividad. Las tabletas funcionan con sistemas móviles que tienen una funcionalidad bastante más limitada que la de un ordenador, pero convertibles como el Acer Aspire R11 funcionan con sistemas de escritorio. Windows 10 es un sistema sólido, estable y que ofrece un sinfín de posibilidades. Incluye la suite ofimática Microsoft Office, formada por Word, Excel, Powerpoint y OneNote- y ofrece acceso a OneDrive para guardar archivos en la nube.

La variedad de configuraciones y precios es otra de las ventajas de los convertibles frente a las tabletas. En el caso del Acer Aspire R11, está disponible con procesadores Intel Pentium de cuatro núcleos e Intel Celeron de doble núcleo, con posibilidad de ampliar la memoria RAM hasta 8 GB. En cuanto al almacenamiento, se puede elegir entre disco duro (HHD) de 500 GB o disco sólido (SSD) de 32 GB. Tú decides la potencia y capacidad dependiendo de tus necesidades. Los microordenadores Raspberry Pi y similares están revolucionando la informática DIY. Estas placas computacionales, del tamaño de una tarjeta de crédito, incluyen las principales funciones y conectores de un ordenador, por poco más de 30€.En Internet existen cientos de proyectos DIY llevados a cabo con una Raspberry Pi, desde robots controlados por control remoto a cámaras de vigilancia o instrumentos musicales. Hoy hemos encontrado uno que nos ha llamado la atención: un ordenador Linux de bolsillo, del tamaño de un monedero. Equipado con pantalla y teclado, sirve para navegar por Internet, jugar a juegos tipo Doom o ver vídeos, entre otras muchas cosas. Y lo mejor de todo: apenas te costará 100€.

El proyecto ha sido desarrollado por Chris Robinson, que publica las instrucciones completas así como los enlaces a los componentes que utiliza, en la web N O D E. Esto es lo que necesitas:Este proyecto DIY de ordenador Linux de bolsillo con una Raspberry Pi 2 requiere algunos conocimientos de soldadura, pues es necesario limar la placa y liberar algunas componentes, pero tal como puedes ver en el vídeo no es un proceso excesivamente complicado, y a cambio tendrás un miniordenador completo con pantalla y teclado que podrás llevar a cualquier lugar, y te habrá costado poco más de 100€. ¡Qué más se puede pedir!Xiaomi se lanza a por el mercado de los ordenadores portátiles, uno de los pocos que faltaba por explorar al fabricante chino. Lo hace a lo grande, con el Mi Notebook Air, un portátil económico y estéticamente muy atractivo con Windows 10. Su diseño recuerda mucho al Macbook Air, aunque sus especificaciones lo sitúan un poco lejos de la gama alta más selecta.

Para Xiaomi, el ordenador portátil Mi Notebook Air resulta una apuesta arriesgada. Justo en este momento se encuentran en una situación complicada en China, país en el que mantienen un dominio del mercado móvil cada vez más ajustado. La expansión internacional de la compañía también está pendiente de llevarse a cabo.Sin embargo, con el nuevo lanzamiento, Xiaomi demuestra poseer la ambición para competir en un mercado donde ya hay marcas asentadas desde hace muchos años. Veremos qué tal le sale la apuesta, aunque si el entusiasmo por este producto es igual al de los otros anunciados hasta ahora, será todo un éxito. A estas alturas de la historia de la informática, es muy difícil fabricar un producto genuino. Cualquier nuevo invento choca contra otro ya existente, al menos en el aspecto estético. Es lo que ocurre con el Mi Notebook Air, que se parece y mucho a los Macbook Air de Apple.Con acabado metálico y 13,3 pulgadas de grosor más 1,28 kg de peso, el mayor de los dos modelos presentados se sitúa como clara competencia para algunos de los portátiles más bonitos. Sus 14,8 milímetros de grosor son el orgullo de Xiaomi, que buscaba hacer un ordenador muy versátil, y parece que lo han conseguido.

En su esfuerzo por hacerlo lo más fino posible, no se les ha pasado incluir una webcam o puertos HDMI y USB Tipo C. Lo que no han incluido, y no por dejadez, es el logo de Xiaomi, ausente completamente del armazón.Su pantalla, con resolución Full HD 1080p, incorpora una tecnología de laminación especial antirreflejos que según Xiaomi es lo más moderno en este campo.Pese a tratarse de un portátil bonito y sobre todo discreto, el Mi Notebook Air cuenta con algunos añadidos que gustarán a los usuarios más exigentes. Por ejemplo, la retroiluminación individual de todas sus teclas.Además de la versión de 13,3”, también saldrá a la venta un Mi Notebook Air de 12,5 pulgadas, mucho más cómodo si piensas desplazarte con él. Es una estrategia similar a la de otros fabricantes.Las características internas del Xiaomi Mi Notebook Air de 13,3” no desmerecen a las externas. Los componentes seleccionados por la compañía china para sacar todo el partido al sistema operativo Windows 10 no llegan a ser el tope de gama, pero siguen siendo de lo mejor que hay en el mercado.Por ejemplo, este portátil contará con 4 u 8 GB de RAM DDR4, en función de la versión del mismo que elijas. Cierto es que hay otros ordenadores con el doble de su capacidad a muy buen precio, algo que no convierte al de Xiaomi en una mala opción.Además, hay que ir más allá de la memoria RAM. Junto a este componente, los otros dos que más influirán en el rendimiento del primer portátil de Xiaomi son el procesador y la tarjeta gráfica. El chip que equipa la versión "Pro" del Mi Notebook Air es un Intel Core i5-6200U de doble núcleo y 2,7 GHz.

Por su parte, la gráfica es una Nvidia GeForce 940MX GPU, lo suficientemente potente para hacerse cargo de algunos de los últimos lanzamientos en videojuegos, aunque lejos de las más recientes sacadas al mercado por Nvidia.Se puede criticar que Xiaomi no haya apostado por unas mejores especificaciones para su portátil, aunque no hay que olvidar que han logrado comprimirlas en sólo 14,8 milímetros y sin perjudicar a la autonomía de la batería.En este aspecto, el Mi Notebook Air se va a 9,5 horas de batería, aunque cuenta con carga rápida de 0 al 50% en media hora. El almacenamiento interno alcanza los 256 GB gracias a su SSD, aunque se puede ampliar.Review del Xiaomi Mi 5, el mejor móvil chino del mercado La versión de 12,5” se viene un poco abajo en cuanto a especificaciones. El grosor se reduce hasta los 12,9mm y 1,07 kg de peso. En lugar de 8 GB de RAM DDR4, tendrá 4 y un procesador Intel Core M3. El almacenamiento interno corre a cargo de una SSD inferior al de su hermano mayor, de sólo 128 GB.La limitación de la versión Lite se ve en la gráfica, una Intel HD Graphics 515 integrada, bastante lejos de la que utiliza la versión pro.

El Xiaomi Mi Notebook Air se podrá comprar China el próximo 2 de agosto. Ambas versiones estarán disponibles desde ese mismo día a un precio de 477€ en su versión de 12,5 pulgadas y de 681€ en la de 13,3”; se pueden adquirir en la web oficial de Xiaomi.Se venderá en dos colores: oro y plata. No ha querido la compañía arriesgar con el color blanco o rosa, tan habitual en sus móviles.Al igual que el resto de dispositivos de Xiaomi, como por ejemplo sus tablets, no estará a la venta en España, al menos no a través de distribuidores oficiales.Lenovo acaba de presentar su nueva gama de ordenadores portátiles táctiles equipados con Windows 8. Además, la empresa pekinesa ha aprovechado la ocasión para lanzar también el Lenovo Miix, un convertible totalmente híbrido de 10,1 pulgadas que podrá realizar las funciones de portátil o tablet dependiendo de las necesidades del usuario.Concretamente, estos nuevos portátiles táctiles renovarán las Series S y U de la marca que ahora destacarán por un diseño moderno centrado en la finura y ligereza de sus equipos. El cuanto al Lenovo Miix se refiere, Vincent Fauquenot, Vicepresidente de Productos de Lenovo EMEA declaraba que se trata de un dispositivo que permitirá a los usuarios a no verse obligados a elegir entre un pórtatil o una tablet ya que ofrece ambas funciones. Este presentación se produce tan solo unos pocos días después del anuncio de los nuevos portátiles con Haswell de Lenovo.

  1. http://dovendosi.cafeblog.hu/
  2. http://dovendosi.blogghy.com/
  3. http://www.nichtraucher-blogs.de/blogs/dovendosi/
Batterie Dell rd857

En effet, en utilisant une nouvelle technologie qu’elle vient d’acquérir, Samsung pourrait commercialiser un jour des téléphones qui repoussent activement le liquide.La société a une licence exclusive d’un revêtement de verre super hydrophobe développé par le Oak Ridge National Laboratory (ORNL), qui présente un angle de contact des gouttelettes d’eau comprise entre 155 et 165 degrés. Concrètement, cela signifie que l’eau va littéralement rebondir sur cette surface.Samsung prévoit de se pencher sur l’application du revêtement pour ses smartphones, ses tablettes et ses autres app areils électroniques. Nul doute que cela pourrait être bénéfique à l’avenir. En effet, quiconque a déjà essayé d’utiliser un smartphone sous la pluie sait que les gouttelettes d’eau peuvent interférer avec l’écran tactile. Ainsi, les repousser devrait faciliter l’utilisation de votre téléphone sous la pluie ou peu de temps après qu’il ait été mouillé. Et, les gouttelettes vont également emporter la saleté et la poussière avec elles, nettoyant par la même occasion votre écran.

ORNL affirme également qui son revêtement super hydrophobe réduira la réflexion de la lumière, et résistera aux empreintes digitales ainsi qu’aux tâches. Il semblerait donc que ce dernier puisse résoudre bon nombre des problèmes les plus importants auxquels sont confrontés les écrans de smartphones.En ayant obtenu une licence exclusive sur l’utilisation de la technologie, il est fort probable que Samsung fasse usage de celui-ci, et il pourrait donner à l’entreprise un avantage sur ses rivaux. À contrario, pas sûr que celle-ci soit appliquée dans le Galaxy S8 attendu en début d’année prochaine, mais plutôt sur le futur Galaxy S9 ou S10. En attendant, protégez bien votre smartphone.iPhone 7 n’est peut-être pas le plus aimé, et encore moins arrivé chez vous, mais déjà des murmures commencent à faire surface à propos de l’iPhone de l’année prochaine, qui marquera son 10e anniversaire. Autrement dit, il est fort probable qu’Apple aille plus loin que de « simples » retouches esthétiques.

Un employé dans un bureau de développement d’Apple en Israël a fourni de juteux secrets à Business Insider. Ce dernier nous donne une image plus claire de ce que le géant technologique prévoit pour l’iPhone 8.L’employé, qui a souhaité rester anonyme et l’on peut le comprendre, indique que les ingénieurs ont bricolé avec ce qui est qualifié comme le « next » pour Apple, et visant plus particulièrement l’iPhone 8. Ceci est un détail clé puisque la convention de nommage d’Apple nous faisait penser que la firme de Cupertino allait présenter l’iPhone 7S en 2017, après l’iPhone 7 de cette année.Cependant, le prochain iPhone pourrait être un grand bond en avant dans la conception et l’innovation, plus qu’une simple mise à niveau incrémentale que l’on retrouve sur la gamme « S ». Autrement dit, il est logique pour Apple de sauter à la série suivante.En plus de son nom, le nouvel iPhone sera officieusement « différent » des deux smartphones d’Apple. Cela ne signifie pas grand-chose, et pourrait laisser cours à notre imagination. Mais, c’est une indication qu’Apple souhaite prendre plus de risques avec le prochain iPhone, tels que l’adoption d’un verre à l’arrière et un écran AMOLED, comme certaines rumeurs l’ont précédemment évoqué.

Le service a présenté les bons et les mauvais côtés des salles de chat – d’autant plus que vous n’aviez pas besoin de vous inscrire avec votre vrai nom, tout en restant une application autonome, ce dont les gens ne voulaient pas. Inclure cette fonctionnalité dans l’application Messenger permettra de la rendre accessible à plus de 900 millions d’utilisateurs.Facebook Messenger : paramètres des salles de chatFacebook Messenger : paramètres des salles de chat Bien que le test soit réel, cela ne veut pas dire que Facebook va lancer cette caractéristique au grand public. Ce test pourrait être un échec. Il faudra attendre ou non une annonce officielle de la part du géant bleu.iPhone 7 est l’un des smartphones les plus puissants à ce jour, mais saviez-vous qu’il peut être plus puissant qu’un ordinateur portable ? En fait, il est plus puissant que le MacBook Air et le MacBook Pro (2013).Cette évaluation émane de John Gruber, qui note que l’iPhone 7 relègue à peu près tout autre smartphone quand on évoque le sujet de la performance, atteignant un score en simple cœur de 3 450 points sur Geekbench, soit environ le double du score du deuxième meilleur appareil, le Galaxy S7 de Samsung.

Il est tellement puissant, que l’iPhone 7 a même été comparé aux ordinateurs. Si auparavant il n’y avait pas de comparaison directe entre les scores de Geekbench pour le bureau et les appareils mobiles, la plate-forme de benchmarks a récemment fait un effort pour rapprocher les deux systèmes de notation en ligne afin de faciliter la comparaison. Autrement dit, il est désormais possible de comparer votre smartphone, et voir que celui-ci dépasse très largement ou non votre PC de tous les jours.La puce Apple A10 fait des merveilles dans l'iPhone 7La puce Apple A10 fait des merveilles dans l’iPhone 7 Bien qu’alléchant, il convient de prendre tous les résultats des benchmarks avec des pincettes. Ces derniers sont un indicateur de la performance d’un smartphone, mais ils ne correspondent pas toujours aux résultats du monde réel. En fait, les fabricants peuvent parfois optimiser la façon dont un smartphone fonctionne pour atteindre des scores plus élevés, tout en délaissant la performance réelle. L’autre chose à retenir est que Geekbench mesure des choses comme la vitesse du processeur, mais la quantité de mémoire vive (RAM) et la vitesse du SSD contribueront à rendre le MacBook beaucoup plus rapide.

Pourtant, cela ne change rien au fait que l’iPhone 7 est vraiment le smartphone le plus puissant, et peut-être même plus puissant que certains MacBook. D’autres fabricants de smartphones vont probablement tenter de rattraper le smartphone d’Apple dans les prochains mois. La guerre est une nouvelle fois en marché, et ce pour 365 jours.Et voilà, SFR lance le programme « Smartphone Forever », une offre de location de mobiles permettant d’en changer chaque année. La star du programme ? L’iPhone 7.Comme un concurrent a pu le faire par le passé, pour ne pas le citer Free Mobile, SFR tente de redynamiser un marché, en apportant quelque chose de nouveau et de plus frais qui pourrait séduire de nombreux consommateurs. À l’instar des offres de location de voitures, SFR veut surfer sur cette vague en proposant à ses clients actuels (tout en souhaitant en attirer des nouveaux) de pouvoir mettre la main sur un smartphone haut de gamme.Vous l’aurez compris, afin de répondre aux usages de ses clients désireux de changer régulièrement de mobile sans trop dépenser, SFR apporte cette nouvelle offre de location de mobiles, qui permet après la sélection d’un smartphone, d’en changer chaque année pour bénéficier des dernières technologies.

SFR Smartphone Forever : les smartphones disponibles en 2016SFR Smartphone Forever : les smartphones disponibles en 2016 Pour le lancement de son programme, les clients SFR pourront dès demain louer l’iPhone 7 ou l’iPhone 7 Plus, à partir de 25 euros par mois — sans avoir besoin de dépenser le moindre centime en amont. Outre le très attendu flagship d’Apple, les clients pourront se tourner vers le Galaxy S7 et le S7 Edge. Le premier cité est proposé à 30 euros par mois avec un engagement de 24 mois — ainsi, le Galaxy S7 revient à 720 euros. Pour le second, le Galaxy S7 Edge, ce dernier est loué à 35 euros par mois, et revient à 840 euros après 24 mois.Vous l’aurez compris avec les flagships de Samsung, l’offre de location est proposée pour une durée d’engagement de 24 mois, et accessible avec un forfait Power de 20 Go — qui coûte 31 euros par mois.

Alors bon plan ou non ? Il faut savoir que les offres de location permettent d’acquérir un dispositif haut de gamme, tout en étant très abordable. Effectivement, si l’on additionne à la fin des 24 mois, la note est légèrement plus élevée que l’achat d’un modèle nu. Mais, vous n’avez pas à sortir les 700 euros d’un coup. De plus, au bout de 12 mois, le client peut changer de mobile sans frais supplémentaire et profiter des terminaux les plus récents sur le marché. Pour cela, il lui suffit de restituer son mobile en bon état et de souscrire un nouveau contrat de location.Enfin, grâce à l’assurance Smartphone Forever proposée en option, le client bénéficie d’une garantie contre la casse accidentelle, le vol, l’oxydation.Les amateurs de la NES et du Raspberry Pi pourraient être intéressés par une nouvelle petite console portable SNES qui a été créée à l’aide d’un Raspberry Pi Zero, ce mini-PC qui vient se loger dans quelques centimètres carrés, et de l’argile pour créer la coque de la console.Outre les clichés photo, vous pouvez regarder la vidéo ci-dessus pour voir le processus complet de construction, et la façon dont la coque a été sculptée pour représenter la console NES. Vous allez également voir comme le concepteur a équipé sa console du Raspberry Pi Zero. De plus, la console dispose également d’un concentrateur USB à l’intérieur pour connecter divers périphériques.

Pour vous prouvez la prouesse de ce dispositif, sachez qu’il est plus petit que les manettes de la console originale.Créé par le YouTuber lyberty5, aussi connu comme Hugo Doris, ce dernier a équipé son invention d’un logiciel d’émulation, vous permettant d’exécuter les jeux traditionnels de Nintendo. En effet, tout comme la véritable console de Nintendo, le clone miniature de la NES est capable d’exécuter des classiques, comme Super Mario et Duke Nukem.De quoi fournir une alternative au lancement de la prochaine Nintendo NES Classic Edition, qui elle sera officiellement vendue par Nintendo. Pour plus de détails, n’hésitez pas à vous rendre sur la page officielle Facebook du créateur.Selon DigitalTrends, LG a bien fait de nommer son produit Quick Wireless Charging Pad, car c’est un puissant chargeur, meilleur que les options existantes, qui peut recharger les batteries à plat à 50 % de leur capacité en seulement 30 minutes. Il s’agit d’un exploit très intéressant sachant que la plupart des chargeurs sans fil sont si lents, et exigent une nuit de charge pour recharger entièrement des batteries vides.

Le dispositif est équipé d’un capteur de température dédié qui régule le flux de puissance pour empêcher la surchauffe. En empêchant le socle de chauffer, le dispositif permet également de réduire les chances que la batterie du smartphone soit endommagée.Huawei a lancé sa première smartwatch, la Watch, au MWC 2015. Autrement dit, cela fait un bail. Depuis lors, la société a été très calme à propos de sa R&D sur le marché des objets connectés, mais une publication en provenance de Chine suggère que Huawei planifierait de lancer une nouvelle smartwatch alimentée non pas par Android Wear, mais par Tizen.Il est mentionné que Huawei a collaboré avec Samsung qui gère Tizen, afin de pousser le système d’exploitation basé sur Linux pour la prochaine smartwatch de l’entreprise. Une telle collaboration serait une première pour Tizen, qui a jusqu’à présent été limité à la propre gamme de produits de Samsung, parmi lesquels on retrouve la gamme Gear, et d’autres appareils destinés à l’Internet des Objets (IdO).Apparemment, Huawei a été à la recherche d’un système d’exploitation alternatif à Android Wear, après que Google n’ait pas souhaité collaborer avec la société. Les constructeurs ont déjà critiqué le manque de matériel et de flexibilité sur la conception de l’OS avec Android Wear, et cela a été la principale raison pour Samsung de passer à Tizen pour la Gear S2.

Batterie Fujitsu FPCBP219AP

« À l’avenir, plus de 90 % du trafic de données seront des images et des vidéos », a déclaré Ren Zhengfei, fondateur de Huawei, dans un communiqué. « Le Max Berek Innovation Lab fournit la capacité d’établir un partenariat encore plus étroit avec Leica, conduisant à des améliorations continues dans la qualité de l’image et la vidéo. En conséquence, nous allons livrer les innovations les plus avancées sur le marché de la caméra sur mobile, et apporter une plus grande valeur pour les consommateurs », poursuit-il.Huawei et Leica ont créé un nouveau centre de R&DHuawei et Leica ont créé un nouveau centre de recherche et de développement Un partenariat logique !Et, outre l’aspect « logique », ce partenariat a certainement un sens. Huawei est l’un des plus grands fabricants de smartphones, et Leica est l’un des fabricants les plus respectés sur le marché de la caméra. Le laboratoire va également être le foyer de projet qui implique les universités et d’autres établissements de recherche à proximité. Non seulement cela, mais il va également comprendre la création de nouveaux dispositifs de réalité augmentée et virtuelle.

Alors que l’annonce du nouveau laboratoire ne confirme pas spécifiquement que Leica fournira des caméras pour les futurs smartphones de Huawei, étant donné la nature de l’annonce, cela semble très probable.Pour la petite histoire, sachez que le centre de R et D a pris le nom de Max Berek (1886 – 1949), pionnier allemand en microscopie et créateur du premier objectif Leica, qui est également responsable de la conception optique de plus de 20 objectifs pour l’inconique appareil photo 35 mm inventé et fabriqué par Oskar Barnack. La performance d’imagerie exceptionnelle et l’harmonisation parfaite des objectifs, associées à la fabrication ingénieuse de Barnack ont permis à Leica de remporter un franc succès dans la photographie 35 mm et ce, dans le monde entier. Un joli clin d’oeil !Nous savions que la mise à jour anniversaire, « Anniversary Update », allait être progressivement déployée depuis juillet dernier. Mais, cela fait près de 8 semaines que celle-ci est poussée auprès des consommateurs, et selon un lot de statistiques, la mise à jour « Anniversary Update » est seulement arrivée sur 34,5 % des PC sous Windows 10.

Autrement dit, c’est à peine plus d’un ordinateur sur trois sous Windows 10 qui exécutent la mise à jour anniversaire (version 1607), selon les chiffres fraîchement libérés de AdDuplex, un réseau publicitaire. La grande majorité de PC sous Windows 10, 59,9 % d’entre eux pour être précis, sont toujours sur la « mise à jour de l’automne », une mise à jour majeure déployée en novembre dernier.Les statistiques ont également montré que le mois dernier, l’adoption de la mise à jour anniversaire est passée de 16,2 % au niveau actuel de 34,5 %. Il y a donc eu une légère augmentation de la vitesse de déploiement de la mise à jour. Cependant, le rythme de déploiement est quasiment plat, et Microsoft semble maintenir un flux régulier.Bien que ce soit triste, ce n’est pas surprenant étant donné les nouvelles que nous avons entendu plus tôt ce mois-ci, lorsque Microsoft a déclaré que le déploiement prendrait plus de trois mois — ce qui signifie que certaines personnes n’auraient pas l’Anniversary Update avant le mois de novembre.Windows 10 Anniversary Update est déployée très très lentementWindows 10 Anniversary Update est déployée très très lentement Mieux vaut prévenir que guérirPourtant, il vaut mieux prévenir que guérir. Et, comme je l’ai rapporté dans une précédente déclaration sur la vitesse de déploiement, Microsoft déploie progressivement sa mise à jour afin d’être en mesure de suivre attentivement les progrès et les bugs affectant les machines, de sorte que l’entreprise peut référencer les défauts, et prendre les mesures appropriées pour les éradiquer.

Et, Microsoft est apparemment particulièrement prudente avec le matériel plus ancien qui, sans surprise, pourrait entrainer des incompatibilités avec les pilotes obsolètes et autres.De plus, il est également probable que la mise à jour d’anniversaire soit lentement déployée par les entreprises, qui sont assez prudentes sur les nouveautés. Quoi qu’il en soit, il sera nécessaire que tout le monde y passe, que cela prenne un ou trois mois.Jawbone a du mal à payer les factures. Selon une récente déclaration dans Business Insider, Jawbone n’a presque aucun inventaire de ses trackers d’activité UP, et elle n’a pas encore payé un grand nombre de ses sous-traitants clés.La nouvelle fait suite à un rapport de The Information le mois dernier, qui a suggéré que l’entreprise a été poursuivie par Flextronics, un fabricant mondial, pour rupture de contrat. Selon ce dernier, Jawbone a brusquement coupé ses relations avec l’agence de service à la clientèle NexRep après que Jawbone a cessé de payer la société. Non seulement cela, mais la société a également vendu une partie de ses activités d’enceintes Bluetooth, un secteur où elle était connue avant son entrée sur le marché des bracelets connectés.

Bientôt vous pourriez être en mesure de discuter avec des étrangers au sein de vos applications Facebook Messenger, puisqu’il est évoqué que le service va ouvrir des salles de chat publiques dans un proche avenir.TechCrunch a trouvé la mention de conversations publiques dans le code source de Messenger, qui comprend un logo et une description du service. La description se lit : « les salons sont pour des conversations publiques sur des sujets et des intérêts. Chaque salon dispose d’un lien qui peut être partagé afin que toute personne sur Messenger puisse se joindre à la conversation ».Un certain nombre de lecteurs de TechCrunch ont constaté qu’ils étaient déjà en mesure de lancer les salles de chat avec des amis et des étrangers, et un certain nombre de caractéristiques qui ne sont pas disponibles dans la version « traditionnelle » de Messenger.Ce n’est pas la première fois que Facebook expérimente des salles de chat. En octobre 2014, Facebook a publié son application Rooms pour la messagerie de groupe. Rooms a été fermé en décembre dernier, puisque celle-ci ne fonctionnait pas bien.

Microsoft et Renault-Nissan main dans la main pour la voiture connectée de demainMicrosoft et Renault-Nissan main dans la main pour la voiture connectée de demain Une nouvelle ère dans la voiture connectéeIl convient de noter que Microsoft travaille avec les constructeurs automobiles pour étendre la portée d’Office, et de son logiciel de productivité à l’intérieur de la voiture. À court terme, c’est un processus logique de fournir aux conducteurs des suggestions sur les destinations et les appels téléphoniques pour faire en fonction de leur agenda — Microsoft a déjà des fonctionnalités comme celles-ci dans un partenariat similaire avec Mercedes. À long terme, cette alliance va ouvrir la voie à de futurs scénarios, où les conducteurs seront plus enclins à utiliser l’écosystème de la firme de Redmond.Un autre point clé est que Nissan-Renault exprime son intention de mettre à jour à l’avenir le logiciel embarqué dans la voiture par la technologie OTA (over the air), ce qui est semblable à la façon dont Tesla gère les mises à jour dans sa propre voiture connectée. Cela est susceptible de devenir la nouvelle norme sur le marché de l’automobile, surtout si Tesla arrive à devenir un constructeur automobile commercialisant des millions de véhicules par an.

L’alliance veut ainsi développer des technologies et des options de connectivité qui mèneront d’ici 2020 au lancement de plus de 10 véhicules équipés de fonctions de conduite autonome et de services permettant d’utiliser au mieux le temps libre passé à bord.Comme mentionné hier, Google travaille sur un nouveau système d’exploitation qui combine les caractéristiques d’Android et de Chrome OS. Il serait capable de fonctionner à travers une gamme d’appareils, tels que des tablettes et des ordinateurs portables. Et, selon Android Police, Google a peut-être l’intention de montrer une version preview à son événement le 4 octobre prochain. Malheureusement, on ne devrait pas voir le nouveau système d’exploitation avant 2017.La fusion de ces deux OS est connue sous le nom de code Andromeda. Maintenant, sur quel périphérique allons-nous voir ce dernier ? Android Police a une petite idée. Le site rapporte que Google va lancer un ordinateur portable Pixel 3 au cours du troisième trimestre de 2017, et qui fonctionnera sous Andromeda.Si Android Police est confiant sur sa source, le Pixel 3 (connu sous le nom de code « Bison ») ne verra pas le jour avant un an. Ainsi, les choses pourraient changer. Google pourrait modifier le périphérique, ou même abandonner le projet. Cet ordinateur serait un dispositif 2-en-1 qui peut être utilisé comme une tablette ou un ordinateur portable. Il aura un écran de 12,3 pouces, deux ports USB-C, une prise casque, une prise en charge pour un stylo Wacom (vendu séparément), un clavier rétroéclairé, un trackpad en verre, et 10 heures d’autonomie.

Il pourrait y avoir deux modèles, dont l’un avec un processeur Intel Core M3, 8 Go de RAM et 32 Go de stockage interne, et un autre avec un processeur Intel Core i5, 16 Go de RAM et 128 Go de stockage interne.Quelle forme va prendre le Pixel 3 sous Andromeda ?Quelle forme va prendre le Pixel 3 sous Andromeda ? Avec un prix de départ de 799 dollars, le Pixel 3 sera probablement coûteux par rapport aux traditionnels Chromebook, mais moins cher que d’autres ordinateurs portables haut de gamme.Android a été initialement développé comme un système d’exploitation pour les smartphones, bien que les versions de l’OS alimentent aujourd’hui une gamme de produits, comme des comprimés, des set-top-boxes, ou encore des smartwatches. Chrome OS, quant à lui, a été conçu comme un système d’exploitation pour les ordinateurs portables, bien qu’il puisse fonctionner sur les ordinateurs de bureau et des PC Sticks (comme le ASUS Chromebit).Récemment, Google a commencé à apporter des fonctionnalités Android à Chrome OS. En effet, vous pouvez déjà exécuter de nombreuses applications Android sur certains Chromebook, grâce à un nouveau sous-système Android dans les versions récentes de Chrome OS.

Mais les sources d’Android Police rapportent qu’Andromeda ne va pas seulement offrir un support aux applications Android sur Chrome OS. En fait, c’est presque le contraire : c’est une version d’Android qui dispose de certaines fonctionnalités de Chrome, permettant au système d’exploitation d’obtenir de meilleurs résultats sur les appareils de bureau et les ordinateurs portables.Alors que nous attendons que Google dévoile sa nouvelle série de smartphones la semaine prochaine, il semble qu’un Chromecast doté d’une caractéristique 4K pourrait aussi faire une apparition au cours de l’événement du 4 octobre.Outre la rumeur d’un Chromecast Ultra, une image montre une fuite de ce mini objet de streaming vidéo. Celle-ci émane du leakeur le plus prolifique sur la toile, à savoir Evan Blass, alias @evleaks.La conception semble avoir peu changé, sauf de l’échange du logo Chrome en façade par un « G » — peut-être dans une ambition de fusionner les marques de la société. Hormis le logo, c’est ce qui est à l’intérieur qui compte, puisque le Chromecast Ultra offrirait un support au streaming d’une résolution 4K, et au support du mode HDR sur les téléviseurs compatibles – il s’agira-là d’une mise à niveau considérable par rapport au Chromecast original d’une résolution 1080p.

Pour rappel, un Chromecast vous permet de projeter du contenu multimédia sur un téléviseur ou une enceinte. Les avantages de l’utilisation du dispositif de Google sont qu’il utilise une connexion Wi-Fi non Bluetooth, et s’avère être abordable et facile à mettre en place. Tout appareil connecté peut lancer du contenu, dès lors que vous êtes connecté. Vous pouvez projeter un onglet Chrome, ainsi qu’une pléthore d’applications comme Netflix.Cependant, les pixels supplémentaires réclamés par le Chromecast Ultra vont avoir un coût. Il est rapporté que le Chromecast Ultra sera commercialisé au prix de 69 dollars, soit le double des 35 dollars (39 euros) réclamés par l’actuel Chromecast.Cependant, le coût supplémentaire ne fait pas du tout peur par rapport à des solutions de streaming 4K plus coûteuses, comme la NVIDIA Shield à 199 dollars, ou encore aux 400 dollars réclamés pour la Xbox One S ou la PS4 Pro.Cela dit, des dispositifs comme le Amazon Fire TV, le Roku 4 et la nouvelle Mi Box offrent des caractéristiques 4K, le tout pour 100 dollars environ. Autrement dit, cela signifie que le Chromecast Ultra pourrait être plus abordable et intéressant que la concurrence. Rendez-vous le 4 octobre.

ASUS Eee PC T91 Battery

Pourtant, malgré les cris d’orfraie des experts en sécurité, force est constater que les attaques rendues publiques sur les Scada se comptent sur les doigts d’une main. La destruction d’une partie des centrifugeuses iraniennes de Natanz par le virus Stuxnet a certes mis en lumière le potentiel destructeur de ce type d’attaques. En 2012, une usine de retraitement d’eau aux Etats-Unis a aussi été victime d’une attaque passant par un système Scada. En juillet dernier encore, un groupe de hackers baptisé Dragonfly avait été mis au jour après avoir infecté un certain nombre de systèmes industriels (mais sans avoir, semble-t-il, utilisé ce potentiel pour affecter des chaînes de fabrication ou des processus industriels). Bref, le haut fourneau d’outre-Rhin, qui ne se serait pas arrêté à temps du fait d’une cyberattaque, ne serait que le quatrième cas avéré de piratage Scada.Dans une interview parue sur Atlantico, Michel Nesterenko, directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R), résume bien la situation actuelle : « pour les mafias, le coût pour faire une attaque de ce type est démesuré par rapport au son profit potentiel. Quant aux groupes terroristes, ils ne possèdent pas suffisamment de moyens de grande ampleur organisés et coordonnés sauf à enrôler et payer une mafia ». Toute l’angoisse des services de sécurité et des experts en sécurité réside précisément dans ce ‘sauf’.

Car, sur le terrain et malgré les avertissements qui se sont multipliés ces dernières années, le tableau reste inquiétant. D’abord, derrière le terme Scada, se cachent toute une batterie d’équipements industriels mis en service au cours des 20 dernières années. Sans que leur sécurité ait réellement été considérée comme une priorité, voire simplement comme un sujet. « C’est un héritage du passé qu’il va falloir gérer », résumait le directeur des activités cybersécurité d’Airbus Defence & Space, Jean-Michel Orozco, lors du FIC. « Il faut donc améliorer le système de patching de ces systèmes, sans provoquer d’arrêt dans les usines ou chaînes de production », remarque Arnaud Soullié, consultant senior chez Solucom.FIC scada solucom« On ne peut pas toucher aux systèmes mis en place il y a 5 ou 10 ans, complète Loïc Guézo, évangéliste sécurité chez l’éditeur Trend Micro. Or, au cours de cette période, des fabricants de Scada, par exemple dans la santé (machines à IRM), ont introduit des automates basés sur Windows mais vendus comme des boîtes noires. Ces systèmes ne sont donc pas mis à jour. Et des connexions à distance ont souvent été ouvertes sur ces machines, notamment pour assurer des opérations de maintenance. » En somme, un cocktail détonnant.

Mais résumer la question à un problème de mises à jour de systèmes anciens serait par trop réducteur. « Même les modèles récents d’automates comportent des vulnérabilités intrinsèques facilement exploitables », dit Arnaud Soullié. Sur son stand lors du FIC 2015, Solucom mettait en œuvre une démonstration (photo ci-dessus) basée sur deux automates largement répandus, de marques reconnues. Et montrait la capacité, via de simples scripts, à piloter à distance ces appareils, donc à avoir un réel impact sur le monde réel. Pour les besoins de la démonstration, Solucom prenait la main sur une mini-centrifugeuse (un rappel des effets de Stuxnet) et sur un feu de signalisation. « Sur un de ces automates, il est possible de récupérer le programme et de le modifier à distance. Cette modification à distance des programmes utiles des automates est présente sur un grand nombre de modèles de toutes marques », explique le consultant. La détection des systèmes connectés est par ailleurs facilitée par le moteur Shodan.io, moteur de recherche d’adresses IP de terminaux connectés, qui permet en quelques clics de retrouver des automates connectés (voir capture ci-dessous).

Pour faire face à cette situation, l’Anssi pousse à une classification des sites industriels, associée à la mise en œuvre de règles strictes de sécurité. Par exemple, au niveau le plus élevé, une interdiction totale de relier les automates à des systèmes connectés à Internet. Mais cette organisation, que décrit l’article 22 de la Loi de programmation militaire (votée en décembre 2013) pour les opérateurs dits d’importance vitale (OIV), tarde à voir le jour. Car le texte de loi doit être adapté, via des arrêtés, aux contraintes spécifiques de 12 secteurs d’activité. Arrêtés qui font nécessairement l’objet de longues discussions avec les organisations concernées. Selon Franck Gréverie, le responsable des activités cybersécurité chez Capgemini, la lenteur législative n’a toutefois pas empêché les sociétés concernées de renforcer leurs défenses : « les grandes entreprises sont aujourd’hui dans l’action, et non plus dans la réflexion ».

Autre difficulté : l’identification du ou des bons interlocuteurs au sein des organisations. « Les automaticiens et les DSI ne se comprennent souvent pas trop. Les premiers sont obsédés par la disponibilité et suivent en cela des normes de sûreté, tandis que les informaticiens pensent avant tout en termes de sécurité, reprend Franck Gréverie. Notre force, c’est d’arriver avec les compétences des deux mondes. » A la faveur du rachat d’Euriware (appartenant auparavant à Areva), la SSII s’est en effet doté de compétences spécialisées dans la sûreté de fonctionnement, pour le nucléaire évidemment mais aussi pour d’autres industries comme la chimie ou la production d’énergie. « Quand la sécurisation des systèmes industriels ne rentre pas dans les attributions du RSSI ou de ses équipes, on a souvent affaire à plusieurs interlocuteurs avec des niveaux de compétence en sécurité très hétérogènes », note de son côté Arnaud Soullié.

Enfin, les prestataires, rompus à la cybersécurité des SI, sont aussi confrontés à une offre encore embryonnaire et mal connue. « Au sein du partenariat que nous avons noué avec Siemens, nous étudions de futures solutions permettant de sécuriser les environnements du passé. Aujourd’hui, les solutions sur étagère n’existent pas encore », explique Christophe Moret, vice-président cybersécurité d’Atos, qui s’est également renforcé sur le sujet via le rachat de Bull. Capgemini dit, de son côté, avoir identifié un ensemble de solutions, mais se refuse à en donner les noms pour ne pas orienter ses concurrents ! « En matière de produits, l’offre est mature sur les firewall réseau et applicatifs, un peu moins sur les sondes », indique seulement Franck Gréverie, ancien de Bull qui a rejoint tout récemment Capgemini.

Une bonne partie de cette offre émane de petites sociétés spécialisées aujourd’hui peu connues du monde de la cybersécurité. Même si quelques éditeurs venus de l’IT s’essayent à lancer des produits orientés Scada. Trend Micro a ainsi mis sur le marché deux offres. « Le fruit d’un effort démarré voici environ deux ans », indique Loïc Guézo. La société propose notamment une clef USB embarquant un antivirus. En cas de détection d’un code infectieux, la diode de cette clef passe de vert à rouge. Un mode de fonctionnement adapté aux processus en usine, selon l’évangéliste. Trend Micro commercialise également une solution isolant un système industriel, laissant passer les communications normales mais bloquant tout accès à un nouveau service ou communication inusitée.

Par ailleurs, l’éditeur a mis en place un programme de recherche spécifique, basé sur un réseau de 12 faux sites industriels, simulant le fonctionnement de Scada. Réseau qui a permis d’isoler un grand nombre d’attaques, émanant souvent de Chine ou de Russie. « Dans ce dernier cas, il s’agit souvent de missions d’observation. Mais les assaillants apparemment issus de Chine sont plus décidés, certains ont été jusqu’à passer des ordres sur nos faux automates », précise Loïc Guézo. Certaines de ces attaques ont pu être attribuées à APT1 (groupe de hackers chinois identifié par la société américaine Mandiant). Preuve que si les attaques réussies ne barrent pas encore les unes des journaux, les hackers ont déjà beaucoup investi dans la connaissance des Scada.Le gouvernement chinois travaille à un règlement obligeant les fournisseurs de technologies de ses banques à livrer leurs codes source et à ménager des accès sur leurs équipements.

La Chine va obliger les fournisseurs vendant des technologies à son secteur financier à transmettre les codes source des logiciels employés (firmware compris), à accepter des audits et à mettre sur pied des centres de R&D dans le pays, selon un article paru dans le New York Times. Le quotidien se base sur un document officiel qui doit être remis aux entreprises dans les prochains mois. Ce texte prévoit que 75 % des technologies employées dans le secteur financier chinois en 2019 soient « sûres et contrôlables ». Selon le New York Times, ce document a été approuvé par les autorités chinoises en fin d’année dernière.En plus de centres de R&D bâtis dans le pays, de permis pour leurs employés, les entreprises vendant des équipements au secteur financier devront ménager des ports permettant aux autorités locales de monitorer et contrôler les équipements. Cette future législation a déclenché une réaction d’un groupe d’associations professionnelles, dont la chambre de commerce américaine, qui a écrit une lettre de protestation à un comité du parti communiste chinois spécialisé dans la cybersécurité et dirigé par le président Xi Jinping.

Cette mesure n’est que la dernière d’une série d’initiatives chinoises visant à contrôler les technologies utilisées sur son sol. En mai, la Chine annonçait des audits de sécurité sur les équipements et logiciels importés. Le gouvernement chinois a aussi écarté Windows 8, mettant officiellement en avant des problèmes de consommation électrique. Une nouvelle loi antiterroriste, actuellement en discussion, pourrait encore obliger les entreprises offrant des produits et services aux citoyens chinois à conserver les données dans le pays, sur des serveurs pouvant être contrôlés par les autorités. Nombre d’entreprises occidentales voient, dans cette batterie de décisions, prises officiellement en réaction aux révélations sur les écoutes de la NSA, des mesures protectionnistes.Depuis les révélations d’Edward Snowden, la Chine adopte un ton plus offensif vis-à-vis des technologies américaines. De leur côté, en mai dernier, les États-Unis ont, pour la première fois, accusé 5 militaires chinois de cyberespionnage industriel.Successeur désigné de la DRAM, la technologie MRAM séduit les investisseurs. Plusieurs d’entre eux ont investi 29 millions de dollars dans Everspin Technologies en pointe sur ce secteur.

Dans la course au remplacement de la DRAM (Dynamic Random Access Memory), Everspin Technologies, une spin-off de Freescale Semiconductors, veut pousser la technologie MRAM (Magnetic Random Access Memory). Cette dernière combine la DRAM et de la mémoire flash sur une seule puce. L’objectif est d’obtenir les mêmes fonctionnalités de mémoire non volatile de la flash avec la performance de la DRAM.Pour mener à bien son projet, Everspin a annoncé avoir réalisé un tour de table de 29 millions de dollars avec un couple d’investisseurs, Global Foundries et Western Digital Capital. Ils rejoignent ainsi les investisseurs existants qui sont New Venture Partners, Lux Capital, Sigma Partners, Epic Ventures et Draper Fiher Jurverston.En octobre dernier, Everspin avait travaillé avec Global Foundries pour développer des wafers CMOS en 300 millimètres pour la MRAM. Global Foundries va en profiter pour investir dans la R&D sur la technologie « Spin Torque » MRAM (ST-MRAM), utilisant le phasage directionnel d’un aimant pour accélérer le stockage des données.

Batería Asus 90-OA001B9000

El ThinkPad X270 incorpora una pantalla de 12,5 pulgadas con diferentes opciones de resolución, y se alimenta de la séptima generación de procesadores de Intel acompañada de hasta 16 GB de RAM y hasta 2 TB de disco duro HDD (o hasta 512 GB de SSD). Estará a la venta en marzo por un precio de 909 dólares.Pero la renovación del catálogo de Lenovo no termina ahí. La gama de los ThinkPad T470 se ha visto actualizada con los T470, T470S y T470P de 14 pulgadas con precios que van desde los 914 dólares, y se trata de una gama que ahora también incluye la nueva tecnología opcional de Optane, que ofrece mayores velocidades de transferencia en el SSD.Algo más barato es el Lenovo ThinkPad L470, que por un precio que parte de los 800 dólares ofrece una pantalla de 14 pulgadas con resolución Full HD/HD, hasta 32 GB de RAM, diferentes opciones de almacenamiento (con la opción de escoger un SSD de 16 GB con Optane) y un procesador gráfico AMD Radeon R5 M430.Para terminar, también tenemos los ThinkPad T570 y L570. Llegan con un precio de salida de 909 y 809 dólares, respectivamente, y se trata de portátiles que rondan las 15 pulgadas e incorporan características tales como los 32 GB de RAM, los 512 GB en el SSD y, en el caso del segundo modelo, una autonomía de hasta 11 horas.

Lenovo dará más detalles sobre esta familia de portátiles en el próximo evento del CES 2017, el cual arranca el día 5 de enero.Si te estabas planteando comprar un ordenador portátil, espera a ver la actualización que Lenovo acaba de dar a su familia de portátiles ThinkPad. Entre renovaciones y nuevos modelos, la compañía acaba de presentar un total de nueve portátiles dispuestos a cubrir las necesidades de cualquier usuario de cara al año 2017.En esta renovación de los Lenovo ThinkPad podemos encontrar de todo: desde el modelo más barato, el Lenovo ThinkPad 13 (costará menos de 700 dólares), hasta los modelos más completos, véase el convertible Lenovo ThinkPad Yoga 370 (desde 1.264 dólares) o el incansable ThinkPad X270, que asegura ofrecer hasta 21,5 horas de autonomía tras la carga completa.Dado lo variado de esta actualización del catálogo de ordenadores portátiles de Lenovo (todos ellos alimentados por Windows 10 en la edición de Signature Edition), lo mejor será que echemos un vistazo en detalle a cada uno de los nueve equipos que ha presentado la compañía. Empecemos por el más económico.

El portátil más económico de los nueve modelos que ha presentado Lenovo es el ThinkPad 13. Está encabezado por una pantalla de 13,3" con resolución Full HD (y opción de panel táctil), y se alimenta de la séptima generación de procesadores de Intel acompañada de hasta 32 GB de RAM (DDR4), hasta 512 GB de capacidad en el SSD y una tarjeta gráfica Intel HD Graphics 620.El Lenovo ThinkPad 13 tendrá un precio de salida establecido en los 674 dólares. Está previsto que salga a la venta en enero del próximo año 2017.El ThinkPad Yoga 370 es una de las pocas incorporaciones cien por cien nuevas de esta actualización, ya que no sucede a ningún modelo anterior que tuviera exactamente las mismas especificaciones. Es un equipo convertible de 13,3 pulgadas que incorpora un procesador Intel de 7ª generación, hasta 16 GB de RAM y un SSD de hasta 1 TB, y Lenovo asegura que su batería alcanza una autonomía de hasta diez horas.La bestia que protagoniza esta renovación es, sin lugar a dudas, el Lenovo ThinkPad X270. Es un equipo orientado al ámbito laboral, y la compañía asegura que las cuatro baterías que incorpora en su interior son capaces de dar vida a una autonomía que supera las 20 horas de uso.

El ThinkPad X270 incorpora una pantalla de 12,5 pulgadas con diferentes opciones de resolución, y se alimenta de la séptima generación de procesadores de Intel acompañada de hasta 16 GB de RAM y hasta 2 TB de disco duro HDD (o hasta 512 GB de SSD). Estará a la venta en marzo por un precio de 909 dólares.Pero la renovación del catálogo de Lenovo no termina ahí. La gama de los ThinkPad T470 se ha visto actualizada con los T470, T470S y T470P de 14 pulgadas con precios que van desde los 914 dólares, y se trata de una gama que ahora también incluye la nueva tecnología opcional de Optane, que ofrece mayores velocidades de transferencia en el SSD.Algo más barato es el Lenovo ThinkPad L470, que por un precio que parte de los 800 dólares ofrece una pantalla de 14 pulgadas con resolución Full HD/HD, hasta 32 GB de RAM, diferentes opciones de almacenamiento (con la opción de escoger un SSD de 16 GB con Optane) y un procesador gráfico AMD Radeon R5 M430.

Para terminar, también tenemos los ThinkPad T570 y L570. Llegan con un precio de salida de 909 y 809 dólares, respectivamente, y se trata de portátiles que rondan las 15 pulgadas e incorporan características tales como los 32 GB de RAM, los 512 GB en el SSD y, en el caso del segundo modelo, una autonomía de hasta 11 horas.Lenovo dará más detalles sobre esta familia de portátiles en el próximo evento del CES 2017, el cual arranca el día 5 de enero.Samsung ha elegido el escenario del CES 2017 para presentarnos Odyssey, la nueva marca con la que la compañía surcoreana aterriza en el mercado de los ordenadores portátiles gaming.El Samsung Notebook Odyssey es el primer modelo de la nueva firma dedicada a los equipos para jugones, y destaca principalmente por ofrecer una gran potencia y un rendimiento excepcional para proporcionar una experiencia de juego inigualable. El diseño del Samsung Notebook Odyssey respeta la clásica estética gaming, con teclado retroiluminado con colores personalizables, pero se diferencia de otros equipos desarrollados para videojuegos en que no se trata de un ordenador voluminoso. Así, en el nuevo portátil priman las líneas elegantes sin perder de vista la comodidad y la funcionalidad, como lo demuestran las curvas ergonómicas de las teclas o las opciones de personalización de las claves críticas.

El nuevo portátil gaming Odyssey de Samsung está disponible en dos versiones, una con pantalla de 15,6 pulgadas y otra de 17,3 pulgadas. En el corazón de ambos modelos late un procesador Intel Core i7 Quad Core 45W de séptima generación, acompañado de 32 GB de memoria RAM DDR 4 y un almacenamiento de 256 GB SSD PCIe + 1 TB HDD en la versión de 15,6 pulgadas, o de 64 GB de memoria RAM DDR4 y 512 GB SSD PCIe + 1 TB de HDD de almacenamiento interno en el caso del modelo de 17,3 pulgadas. Samsung no ha descuidado la calidad gráfica en el nuevo portátil gaming Notebook Odyssey. Proporciona una calidad de vídeo HDR y tanto el monitor de 15.6 pulgadas como el de 17.3 ofrecen una experiencia de juego excelente. El panel de mayor tamaño tiene una luz de fondo que alcanza hasta los 300 nits, 280 nits en el caso del más pequeño, y en ambos casos se incluye un tratamiento en la superficie de la pantalla que evita los reflejos. En los últimos meses, los portátiles están especialmente baratos. Sin embargo, nunca está de más ahorrarse unos preciados euros recurriendo a un viejo truco: comprar de segunda mano. Hablamos de las ofertas en ordenadores portátiles reacondicionados de Amazon.

Estos productos reacondicionados, tanto de informática como de otros segmentos, no son exactamente de segunda mano. Aquí explicamos qué son, cómo funcionan y cómo sacarles todo el partido. De todos los que puedes comprar en Amazon, los que ofrecen rebajas más jugosas son sin duda los ordenadores portátiles.Para ponerte fácil lo de encontrar el mejor chollo, hemos dividido los descuentos en portátiles reacondicionados en cuatro categorías: los que tienen procesador Intel Core i7 y son más baratos para gaming, los que equipan un i5 y los que tienen un i3. Por último hemos querido crear un apartado especial para todos esos ordenadores más asequibles con otros procesadores y peores especificaciones.¿Buscas un ordenador para jugar? ¿Que sea versátil? Asus tiene algo que ofrecerte en la sección de portátiles reacondicionados de Amazon. Los tres más destacados son de esta marca, aunque hay otros.El primero de ellos es el Asus de la línea GL, que está a la venta con descuento en dos variantes distintas. El más potente sale por unos 1.200€ actualmente, aunque merece y mucho la pena: pantalla Full HD de 15,6 pulgadas, procesador Intel Core i7 y 20 GB de memoria RAM, gráfica NVIDIA GeForce GTX960M y almacenamiento SSD.

Cierto, son 1.200€, pero este portátil reacondicionado es toda una máquina del gaming. Si quieres gastar un poco menos, está su hermano menor, que “sólo” cuenta con 8 GB de memoria RAM y almacenamiento HDD, aunque su pantalla aumenta hasta las 17,3 pulgadas. Se queda rozando los 800€.El otro miembro de la familia Asus también sirve para jugar, aunque de forma bastante más limitada. En lugar de la 960M equipa una tarjeta gráfica GT920M. Por lo demás, sigue contando con procesador i7 y 8GB de memoria RAM, aunque la resolución de su pantalla baja hasta el HD. Este equipo de Amazon es más básico, pero también más barato: 650€, apenas 100€ más que la versión que también está disponible con chip i5.Bonus track: ya sabemos que lo que buscáis son portátiles, pero en la sección de ordenadores de sobremesa también hay uno de segunda mano a un precio de escándalo. Es el Azirox Hercules con i7 y 8GB de RAM por sólo 369€.Los i7 son la élite de los procesadores, pero esto no significa que los demás sean malos ni mucho menos. Un buen i5 e incluso i3 ofrecen un rendimiento excelente, aunque quizás no a la altura del tope de gama de Intel. Sin embargo, como portátiles para trabajar estos reacondicionados de Amazon cumplen con creces.

  1. http://retrouve3.blog.wox.cc/
  2. http://dovendosi.allmyblog.com/
  3. http://dovendosi.blogas.lt/
<<prev | 最新 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 最初 | next>>