http://www.fr-batterie-portable.com

QRコード
カテゴリ
アクセスカウンタ
Total:27855
Today:4
Yesterday:422
<<prev | 最新 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 最初 | next>>
Akku HP Compaq HSTNN-FB18

"Im Segment ab 120 Euro gibt es oft zeitgemäße Ausstattung zu fairen Preisen", findet auch Falko Hansen vom Telekommunikationsportal "teltarif.de". LG, ZTE, Huawei, Acer, Alcatel oder Motorola – all diese Hersteller haben in der unteren Preisklasse Geräte mit vernünftiger Leistung im Angebot, sagt Hansen.Im Vergleich zu Topmodellen bleiben Abstriche bei der Ausstattung bei so günstigen Preisen nicht aus. "Die Kameras der billigen Geräte taugen meist nur für Schnappschüsse", erklärt Schreiber. Der interne Speicher liegt in der Regel nur bei vier oder acht Gigabyte (GB). Mit einer SD-Karte lässt der sich vielleicht erweitern. "Weil Apps einen Teil ihrer Daten immer auch im internen Speichers ablegen, ist der schnell einmal voll", erklärt Falko Hansen,Wer gerne mehrere Apps gleichzeitig nutzt, profitiert von einer höheren Kernzahl im Prozessor. Allerdings ist reine Menge nicht alles: Ein Quadcore mit vier Kernen und 1,2 Gigahertz (GHz) bringt es nicht auf mehr Leistung als ein höher getakteter Dualcore mit 2 GHz, sagt Hansen. "Obwohl der nur zwei Kerne hat." Je nach Anwendung können also mehr Kerne oder ein höherer Takt von Vorteil sein. Ohnehin ist der Prozessor nicht alles: Flüssig läuft es nur, wenn die restliche Hardware passt. Der Arbeitsspeicher sollte nicht unter 1 GB liegen, empfiehlt Christian Schlüter von Stiftung Warentest. Sonst stößt das Smartphone schnell an Grenzen und reagiert träge.

Auch der Funkstandard LTE für schnelles Internet über Mobilfunk ist sinvoll, sagt Schlüter. Dagegen muss der WLAN-ac-Standard für extrem schnelles WLAN nicht sein, findet er. "Chip"-Redakteur Schreiber teilt die Meinung: "Die meisten haben ohnehin noch einen WLAN-n-Router daheim." Da neue Router abwärtskompatibel sind, entstehen bei nicht unterstützten ac-Standard im Zweifel nur leichte Geschwindigkeitsnachteile. Internetzugang hat man aber sicher.Wer nicht allzu viele Abstriche bei der Ausstattung machen will, kann auch zu Vorgängermodellen aktueller Spitzen-Smartphones greifen. "Sobald ein neues Flaggschiff auf den Markt kommt, fallen die Preise für die Vorgänger-Modelle stark ab", erklärt Schlüter. Der Preissturz sei im Android-Bereich deutlich markanter als bei Apple, wo Vorgängermodelle nur geringfügig billiger werden.Älter muss dabei nicht schlechter heißen – manchmal sogar im Gegenteil: "Geräte, die schon bis zu anderthalb Jahre auf dem Markt sind, schneiden in unseren Tests mitunter besser ab als die Marktneuheiten", sagt Warentester Schlüter. Ein jüngeres Beispiel sei das Samsung Galaxy S5 (momentan ab rund 350 Euro), das insgesamt besser als sein Nachfolger S6 (kostet ab 500 Euro) bewertet wurde. Gründe: Beim S6 kann weder der Akku gewechselt noch der Speicher erweitert werden - anders als beim Vorgänger.Und es gibt noch mehr Sparpotenzial: "Wer wenig Geld für viel Leistung ausgeben will, sollte sich bei den unbekannteren Marken umschauen", sagt Schreiber. ZTE, Alcatel, Motorola, Huawei oder Honor bieten mit etwa dem Huawei G8 (rund 400 Euro) oder dem Honor 7 (etwa 350 Euro) ordentliche Geräte im Top-Segment, die in ihrer technischen Ausstattung durchaus nah an die Qualität der Flaggschiffe bekannter Marken heranreichen. Und dabei Hunderte Euro weniger kosten.

Der günstige Preis kann allerdings mit Serviceeinbußen verbunden sein - etwa bei der Updatehäufigkeit, wie Schreiber erklärt. "Unter Umständen werden Bugs nicht behoben, und Nutzer bleiben auf den alten Systemversionen sitzen." Er rät deshalb, vor dem Kauf im Servicebereich der Hersteller-Webseite und in Kundenforen zu recherchieren, wie es um die Update-Versorgung bestellt ist.Framingham/Stamford (dpa) - Der PC-Absatz ist im vergangenen Jahr laut Marktforschern um rund ein Zehntel auf den tiefsten Stand seit 2008 gefallen.Auslöser seien unter anderem die Dollar-Stärke und kostenlose Upgrades auf das neue Microsoft-Betriebssystem Windows 10 gewesen, erklärten die Analysefirmen IDC und Gartner am Mittwoch. Es ist das vierte Minus-Jahr in Folge, auch weil Verbraucher und Unternehmen stattdessen verstärkt zu Smartphones und Tablets greifen.Für 2016 erwarten die Marktforscher ein wieder etwas besseres Geschäft vor allem in der zweiten Jahreshälfte. Das Gratis-Angebot von Windows 10 läuft Mitte 2016 aus. Gartner prognostizierte für das gesamte laufende Jahr einen Rückgang um ein Prozent.IDC errechnete für 2015 einen Rückgang von 10,4 Prozent auf 276,2 Millionen Notebooks und Desktop-Rechner. Gartner kam auf ein Minus von acht Prozent bei 288,7 Millionen verkauften Geräten. 2014 hatte das Ende der Unterstützung von Windows XP dem Markt noch einen zusätzlichen Schub durch Ersatzkäufe gegeben.

Größter Anbieter blieb der chinesische Konzern Lenovo, der Marktanteil stieg nach IDC-Berechnungen von 19,2 auf 20,7 Prozent und Gartner zufolge von 18,8 auf 19,8 Prozent. Auf Platz zwei liegt recht dicht Hewlett-Packard mit 19,4 Prozent laut IDC und 18,2 Prozent nach Gartner-Rechnung. Dell sehen die Marktforscher bei rund 14 Prozent. Auf die drei größten Hersteller entfällt damit mehr als die Hälfte des Marktes.Apple verkaufte als einziger der führenden Anbieter mehr Computer im vergangenen Jahr. IDC sieht den Konzern mit seinen Macbooks und iMacs auf dem vierten Platz mit einem Marktanteil von 7,5 Prozent. Laut Gartner kam Apple auf 7,2 Prozent und Asus liegt noch knapp davor.Im Jahr 2011, bevor die rapide Talfahrt durch die Popularität von Smartphones und Tablets einsetzte, wurden noch rund 350 Millionen Personal Computer verkauft.Berlin (dpa/tmn) - Wer sein neues Smartphone auch beruflich nutzt, kann die Anschaffungskosten anteilig beim Finanzamt als Werbungskosten geltend machen. Steuerpflichtige müssen dann allerdings angeben, in welchem Umfang sie das Gerät für den Beruf verwenden.

Hinweise dazu kann beispielsweise das Berufsbild und die tatsächliche Tätigkeit des Arbeitnehmers geben. Darauf macht der Bundesverband der Lohnsteuerhilfevereine (BDL) aufmerksam. Wenn beides darauf schließen lassen, dass das Smartphone auch beruflich genutzt wird, ist nach ständiger Rechtsprechung von einer hälftigen beruflichen Nutzung auszugehen. Der Arbeitnehmer muss dann aber glaubhaft machen können, dass er das Smartphone in einem nicht unwesentlichen Umfang beruflich nutzt. Eine Bestätigung des Arbeitgebers, dass mit dem Smartphone auch berufliche Gespräche geführt werden, kann sinnvoll sein.Wer einen höheren beruflichen Anteil - also als mehr 50 Prozent - geltend machen will, sollte über einen Zeitraum von drei Monaten genau aufzeichnen, in welchem Umfang das Smartphone privat und beruflich genutzt wird. Hilfreich dabei kann ein Einzelverbindungsnachweis sein, sowie detaillierte Notizen zur Gesprächslänge und dem Zweck des Telefonats.Für die Abschreibung der Anschaffungskosten gilt: Wenn das Gerät nicht mehr als 487,90 Euro gekostet hat, können die Aufwendungen dafür in Höhe des beruflichen Nutzungsumfangs im Jahr der Anschaffung geltend gemacht werden. Ansonsten sind die Kosten über mehrere Jahre zu verteilen - entsprechend der AfA-Tabellen der Finanzämter können Steuerpflichtige von einer Nutzungsdauer von fünf Jahren ausgehen.

Wenn das Gerät vorher nicht mehr genutzt werden kann, weil beispielsweise der Akku nicht mehr funktioniert oder das Display defekt ist, gilt: Die noch nicht geltend gemachten Abschreibungsbeträge können in dem Jahr angegeben werden, in dem das Gerät ausgemustert wird.Neben den Anschaffungskosten können Steuerpflichtige auch laufende Kosten für das beruflich genutzte Smartphone anteilig beim Finanzamt angeben. Auch ohne Einzelnachweis können dann bis zu 20 Prozent des Rechnungsbetrags, jedoch höchstens 20 Euro, monatlich als Werbungskosten angesetzt werden.Detroit (dpa/tmn) - Einen Geländewagen fahren ohne schlechtes Gewissen - mit dieser Aussicht lockt Audi die SUV-Nation Amerika bei der Motorshow in Detroit (11. bis 24. Januar) und zeigt dort die Studie H-Tron Quattro.Der 4,88 Meter lange Wagen ist eine Weiterentwicklung des E-Tron Quattro, der auf der IAA im September gezeigt wurde. Anders als der in Frankfurt präsentierte Wagen verfügt der H-Tron aber nicht über Lithium-Ionen-Akkus sondern über eine Brennstoffzelle.Mit dem in einem kleineren Akku zwischengespeicherten Strom speist die Brennstoffzelle zwei E-Motoren von zusammen 230 kW/313 PS, die den H-Tron in weniger als sieben Sekunden von 0 auf 100 km/h beschleunigen. Das Spitzentempo ist auf 200 km/h limitiert. Die Reichweite des H-Tron soll laut Audi bei bis zu 600 Kilometer liegen, ein Tankvorgang etwa vier Minuten dauern. Ob der Brennstoffzellenantrieb Chancen auf eine Serienfertigung hat, ist aber noch nicht entschieden.

BMW setzt in diesem Jahr vor allem auf Hochleistung und zeigt sowohl das neue, 370 PS starke M2 Coupé (Foto) mit Reihensechszylinder als auch das Topmodell der X4-Baureihe, den X4 M40i, der 360 PS leistet. Beide erreichen eine (abgeregelte) Höchstgeschwindigkeit von 250 km/h, das für den M2 mögliche M Driver's Package ermöglicht bis zu 270 km/h, in 4,3 Sekunden beschleunigt das kompakte, betont extrovertiert gezeichnete Coupé von null auf 100 km/h.Detroit (dpa/tmn) - VW stimmt die Kunden auf dem wichtigsten SUV-Markt der Welt zur Motorshow in Detroit (Publikumstage 16. bis 24. Januar) mit einer markanten Studie auf das neue Tiguan-Modell ein. Tiguan GTE Active Concept heißt das Schaustück, das sich als Abenteurer für den Alltag positioniert.Die Studie verfügt laut VW über einen zusammen 165 kW/ 225 PS starken Hybridantrieb, der einen 1,4-Liter-Benziner mit 110 kW/ 150 PS, zwei E-Motoren mit 40 kW/ 54 PS und 85 kW/ 115 PS sowie einen 12,4 kWh großen Plug-in-Akku kombiniert. Damit kann der Tiguan wahlweise mit Heck- oder mit Allradantrieb im besten Fall knapp 40 Kilometer elektrisch fahren und kann dabei eine Spitzengeschwindigkeit von 120 km/h erreichen, teilt VW weiter mit. Geht der Strom zur Neige, oder hat es der Fahrer eiliger, kommt der Benziner ins Spiel. Dann beschleunigt die Studie in 6,4 Sekunden von 0 auf 100 km/h und erreicht eine Höchstgeschwindigkeit von 193 km/h.

Batterie Dell alienware m15x

Un Kindle de 8e génération « haut de gamme » est prêt à être annoncé la semaine prochaine, a déclaré le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, dans un tweet. Le modèle phare actuel de la société est le Kindle Voyage vendu 189,99 euros, suivi du plus abordable Paperwhite vendu 129,99 euros, et du modèle Kindle de base à 69,99 euros.Techniquement, il y a eu neuf Kindle, allant du Kindle d’origine le plus récent, au Kindle Paperwhite de 2015. Mais, la prochaine version semble être une partie de la « 8e génération » de produits Kindle.Heads up readers – all-new, top of the line Kindle almost ready. 8th generation. Details next week.Actuellement, la Kindle Voyage dispose d’un écran de 6 pouces d’une haute résolution avec une densité de pixels de 300 ppp, un éclairage frontal adaptatif vous permettant de lire sur votre Kindle Voyage en plein soleil et dans le noir total, d’une connectivité Wi-Fi ou encore de PagePress, une fonctionnalité qui vous permet de tourner les pages sans lever le petit doigt. D’une épaisseur de 7,6 mm seulement, Voyage est le Kindle le plus fin.Kindle Voyage Les liseuses Kindle n’ont pas été significativement mises à niveau depuis un certain temps, puisque l’entreprise a récemment préféré mettre l’accent sur ​​la multiplication de ses tablettes Kindle Fire d’entrée de gamme, ou encore des versions avec des écrans HD, et d’autres spécifiques dédiées aux enfants. Connaissant Amazon, la firme pourrait bien présenter un tout nouveau modèle Kindle qu’elle ajoutera à sa liste croissante d’appareils mobiles.Je vous tiendrais au courant dès que nous en apprenons davantage. Mais pour les amateurs de livres électroniques, cela pourrait être de bonnes nouvelles.

Microsoft nous a donné un avant-goût des changements qui sont prévus pour le menu Démarrer de Windows 10. Le menu Démarrer a été une zone sensible pour Microsoft depuis que Windows 8 a complètement foiré son retrait.Il est donc intéressant de voir un ingénieur logiciel de la firme de Redmond, Jen Gentleman, nous donner un aperçu de ce qui est dans les cartons, en affichant une animation GIF sur Twitter.Dorénavant, lorsque vous cliquez pour faire apparaître le menu Démarrer, vous obtenez la liste de toutes les applications affichée en plein dans le panneau de gauche (actuellement pour obtenir cela, vous devez cliquer dessus en bas à gauche du menu). D’autres options qui sont actuellement disponibles dans le menu, tel que les Paramètres, ont été cachées dans un menu hamburger. Néanmoins, ils sont encore assez faciles d’accès.

By popular request, to ease some concerns, and because @ZacB_ asked nicely, here’s the new start menu in action! 😃 pic.twitter.com/MiIPO8EpufPersonne ne sait quand les nouvelles caractéristiques que ReJig a décrites seront déployées à une preview pour que les membres du programme Insider puissent les tester. Mais, ce tweak va apparemment faire partie de la grande mise à jour Windows 10 Anniversary Update attendue cet été.Anniversary Update a été annoncée lors de la conférence Build la semaine dernière, avec des améliorations majeures prévues pour Cortana, ainsi que l’introduction de Windows Ink, qui est conçue pour rendre l’utilisation du stylet beaucoup plus intuitive avec le système d’exploitation. Nous devrions également voir beaucoup plus d’applications universelles.Edit : il s’agissait d’un poisson d’avril, que Fred (Fredzone) vient de me faire remarquer… désolé tout le monde !Nokia a déclaré qu’elle prendrait du recul sur le matériel afin de se concentrer sur ses services de navigation et son infrastructure réseau, après que Microsoft a acquis sa division mobile en 2013. Mais, la société finlandaise nous a surpris quand elle a dévoilé la Nokia N1, une tablette tournant sous Android.

Nous n’avons pas beaucoup entendu d’information sur la société depuis, mais il semble que Nokia se prépare à revenir dans le marché du mobile, celui qu’elle a dominé par le passé. Android Authority a reçu une information que la société se prépare au lancement du Nokia A1, son premier smartphone Android, pour l’été 2016.Le rendu, également reçu de la même source, montre un smartphone plutôt laid avec des boutons capacitifs qui rappellent les premiers jours d’Android. La coque arrière du smartphone semble avoir une conception en métal brossé, probablement en plastique. Le haut-parleur est également situé à l’arrière, avec une caméra circulaire centrée dans la partie supérieure, et un flash LED en dessous. Le bouton d’alimentation est sur le côté droit du smartphone, et les boutons de volume sur la gauche.Quoi qu’il en soit, le design est un peu différent des précédents smartphones Nokia Lumia avec une coque en plastique qui semble avoir une texture différente des derniers smartphones que la firme a lancés sous la marque Lumia.L’écran lui-même montre le Z Launcher de Nokia probablement sur Android 6.0 Marshmallow. La source de la fuite affirme que le dispositif de 5,5 pouces aura un écran full HD, et sera alimenté par le Snapdragon 652, positionnant clairement le Nokia A1 dans le marché du milieu de gamme.

Après avoir pris une pause sur le marché, le Nokia A1 est sûr d’attirer les foules. Mais, si cette rumeur est authentique, la société finlandaise joue la sécurité avec sa première incursion sur le marché des smartphones Android. D’ailleurs, avec tant de concurrents dans un marché sursaturé, il faudra du temps pour Nokia de trouver un moyen de se distinguer des meilleurs constructeurs.Gardez à l’esprit qu’il est impossible de vérifier cette fuite, et qu’il est donc important de prendre celle-ci avec des pincettes. Je vous tiendrais informé si l’on en apprend davantage sur ce Nokia A1.Alors que certaines personnes peuvent penser, les icônes sont plus que superficielles, ils ont en fait une importance énorme. Votre cerveau les utilise à des fins de rappel, ce qui vous permet d’accéder rapidement à vos applications préférées. Voilà pourquoi certains ne sont pas très fans des Live Tiles de Microsoft — ils sont contre-intuitifs, mais je digresse.http://www.batterie-tech.com

Aujourd’hui, la suite d’applications Google Play vient de connaître une métamorphose de ses icônes, qui a pour effet de les associer plus les uns avec les autres — comme si la composante « Google Play » ne suffisait pas. « Aujourd’hui, toutes nos icônes obtiennent une mise à jour pour fournir un aspect cohérent à l’ensemble des applications Play », indique Jonathan Chung, designer chez Google Play.Le nouveau look est certainement attrayant, et il résonne parfaitement avec l’idée du « Play » que Google tente d’évoquer. Tout d’abord, le logo Google Play est maintenant plus plat (flat), lui donnant un look plus propre et net. Il a également des couleurs plus vives, lui donnant un aspect plus rafraîchissant que la précédente version, qui par comparaison semble maintenant un peu plus confus.Si vous avez besoin de vous les remémorer, voici les nouvelles icônes suivies des anciens.Mis à part les triangles, le logo Play Store correspond au logo Play, mais toujours enveloppé dans un petit sac, qui est désormais de couleur blanc brillant, et pour lequel on ne retrouve pas le pli au milieu. Le reste des icônes se trouvent désormais dans le logo Google Play, et elles sont incrustées au-dessus de celui-ci. Le triangle correspond à la couleur de chaque service. Les logos sont similaires aux précédents, mais d’autres comme Play Newsstand (Kiosque) et Play Music (Musique) sont nettement différents.

De toute évidence, ils disposent également des couleurs nettes et brillantes comme avec le logo Play lui-même. Le changement d’icône pourrait signifier qu’une mise à jour du design est imminente pour certaines des applications. Nous allons probablement voir des changements à la Google I/O au mois de mai.Une publication sur le compte Google+ du Play Store montre probablement la pensée derrière ces nouvelles icônes. Comme on le voit dans le GIF ci-dessous, les différentes icônes d’applications s’enchaînent parfaitement dans le triangle en arrière-plan.La dernière génération du Raspberry Pi est encore plus puissante et plus polyvalente. Il embarque un processeur 64 bit, une meilleure puce graphique, et offre une connectivité sans fil Wi-fi et Bluetooth, le tout dans une carte qui reste très petite. Mais, il n’a pas beaucoup d’options de stockage.Dans la foulée du lancement du Raspberry Pi 3, arrive un astucieux disque externe de Western Digital. Le WD PiDrive est destiné à ceux qui veulent une bonne dose de stockage supplémentaire pour leur Raspberry Pi, et qui ne veulent pas se ruiner pour avoir ce privilège.Mise à jour : l’article vient d’être mis à jour suite à l’annonce que le WD PiDrive pour Raspberry Pi est désormais disponible en France.Basé sur le mince disque WD Blue, il offre une capacité de 314 Go, et est spécialement conçu pour le Pi, en le branchant par le port USB. Son énorme avantage est qu’il ne demande que très peu d’énergie.

En fait, Western Digital prétend avoir adapté la conception pour réduire la charge de l’alimentation du disque dur une fois connecté au Pi, tout en conservant des niveaux de performance pour permettre des taux de transfert de données maximales par le port USB. En d’autres termes, c’est un disque externe efficace qui fonctionne parfaitement avec les exigences de puissance du Pi sans sacrifier la performance ou même la fiabilité, précise l’entreprise. Et, à notre plus grand bonheur, il est également compact, avec une épaisseur de 7 mm.WD en a également profiter pour travailler avec l’équipe derrière BerryBoot, la solution logicielle qui facilite le stockage de plusieurs systèmes d’exploitation sur le même disque de stockage. Le but est de démarrer sur chacun d’eux depuis un disque externe. Avec plus de 300 Go d’espace disponible pour le stockage, vous pouvez installer autant d’OS que vous le souhaitez.Le meilleur pour la fin ? Le WD PiDrive est disponible dès à présent à la vente sur le WD Store au prix public conseillé de 49,99 euros. A l’occasion de son lancement, il est actuellement en promotion au prix de 34,28 euros. Il est également disponible avec un ensemble complet d’accessoires, comprenant une enceinte, une carte SD de 4 Go, et quelques câbles.

Lors d’un évènement spécial au mois de septembre de l’année dernière, Google a dévoilé la prochaine génération de ses dispositifs Chromecast, parmi lesquels on a trouvé le Chromecast Audio.Il est rare de pouvoir mettre quelque chose aux côtés d’un dispositif aussi révolutionnaire que le dispositif de streaming vidéo de Google, mais le Chromecast Audio a été positionné comme la clé de voute par l’entreprise pour envahir notre salon, et ouvrir la voie au monde audio multiroom — la solution idéale pour profiter de sa musique dans toute la maison.Pour l’instant, cette petite coupelle va déjà plus loin que ce que nous avons vu sur le marché, et est capable d’être le centre de votre de musique sans fil. Avec un minuscule prix de 39 euros, il se révèle être l’un des adaptateurs sans fil les plus abordables et intuitifs sur le marché.Fabriqué dans un élégant disque noir (51,9 x 51,9 x 13,49 mm) avec des rainures rappelant un vinyle sur la partie supérieure, l’appareil est livré avec un cordon d’alimentation et un câble audio 3,5 mm de 146 mm. Si c’est un mignon périphérique, le câble audio est court, et avec cette connectique particulière, celui-ci tient éloignées les enceintes Bluetooth, et autres qui n’ont pas une connectique RCA, jack ou optique. Néanmoins, la panoplie des enceintes sur le marché va répondre à ce besoin.

Si vous souhaitez que le Chromecast Audio soit votre solution idéale pour diffuser de la musique en Wifi, il faudra certainement opter pour un câble différent, tel qu’un câble jack 3,5 mm à RCA, ou un jack à un câble optique — qui est la méthode préférée pour une expérience sonore optimale. Évidemment, cela va faire grimper le prix du petit appareil.Il y a donc deux connexions possibles : un port micro-USB utilisé uniquement pour l’alimentation (un adaptateur mural est inclus dans la boite), et la sortie audio 3.5 mm.Son utilisation est essentiellement la même que les autres Chromecasts. L’appareil se connecte à votre réseau Wifi, va récupérer les données sur Internet et est contrôlé par les smartphones, les tablettes et les ordinateurs (iPhone, iPad, téléphone ou tablette Android, ordinateur portable Mac/Windows ou Chromebook).

Battery for Apple PowerBook G4 15inch

It’s now more than 25 years since New York’s statewide adoption of local recycling laws.

The measures were enacted on Sept. 1, 1992, State Department of Environmental Conservation officials said in a news release.

Local source-separation programs have captured and diverted more than 320 million tons of recyclable materials from disposal, resulting in an estimated net emission reduction of 1 billion metric tons of carbon dioxide, the equivalent of taking 211 million cars off the road for one year.
“Twenty five years of reducing, reusing, and recycling New York’s waste have proven the power of conservation in our fight to protect our natural resources for future generations,” said DEC Commissioner Basil Seggos. “Our recycling programs are putting thousands of New Yorkers to work in the state’s booming green economy while cutting the greenhouse gas emissions that cause climate change and preventing pollution from harming our air, waters and land.”

The New York State Solid Waste Management Act of 1988 required municipalities to adopt local laws or ordinances requiring the separation and segregation of recyclable or reusable materials from solid waste.

In addition, since its inception in 1994, New York’s Environmental Protection Fund has invested more than $155 million in funding to municipalities to support recycling infrastructure, recycling coordinators, and household hazardous waste management programs.

Under Gov. Andrew Cuomo’s leadership, the state has increased the EPF to $300 million and partnered with local governments, business, and environmental organizations to maintain, expand such practices.

tate agencies have also achieved significant waste reduction, recycling, and organics diversion efforts through state procurement and sustainability efforts.

Agencies have reduced the amount of solid waste generated by 51 percent over the past seven years and agencies currently report recycling rates of 70 percent.

Each year, the New York State Returnable Container Act, or “Bottle Bill,” recycles more than 4.5 billion plastic, glass and aluminum beverage containers. That includes more than 300,000 tons of recyclables, and eliminating approximately 200,000 metric tons of carbon dioxide, the equivalent of taking 9,000 garbage trucks off the road for one year.

Additionally, DEC is strengthening the state’s solid waste regulations. New York has adopted product stewardship laws using an extended producer responsibility model that require the take-back and reuse or recycling of electronic waste, rechargeable batteries, and mercury-containing thermostats.

Scientists have developed a thin flexible battery suited to implantable devices that does away with dangerous chemicals and replaces them with biologically compatible liquids.

The bendy batteries use sodium-based liquids – one a saline solution and another using cell cultures – and this innovation could change how we power wearable devices and even medical implants.

"Current batteries like the lithium-ion ones used in medical implants generally come in rigid shapes," says one of the researchers, Yonggang Wang from Fudan University in China.

"Additionally, most of the reported flexible batteries are based on flammable organic or corrosive electrolytes, which suffer from safety hazards and poor biocompatibility for wearable devices, let alone implantable ones."

The demand for wearable and implantable devices such as bracelets, wearable sensors and electronic pills has led to an increased research effort to create miniature batteries to power them.

We've all witnessed the mess and corrosion leaky batteries can cause in our precious electronic equipment. Miniaturised batteries using these chemicals need significant structural reinforcement and substantial sealing to ensure the hazardous chemicals don't leak out.

The best solution: get rid of the corrosive electrolyte altogether.

The research team swapped the corrosive chemicals for sodium-based liquids which are completely bio-compatible. One option used a normal saline solution and another a cell culture medium containing amino acids, sugars, and vitamins – a liquid that mimics the fluid around cells in the human body.

The EU requires a collection rate of 45 percent since 2016. Even if the EU Member States reach the quota, more than half of the batteries placed on the market are not collected separately. What makes it so hard to collect more batteries?
This question surely requires a more differentiated answer, because batteries are such a broad product group. Reasons for the lack of collection may not be easily generalized. Specifically very small batteries are often overlooked by consumers and it is so easy to dispose of small batteries in the residual waste, their environmental relevance and recycling potential is underestimated. Bigger batteries face similar challenges like in Waste Electrical and Electronic Equipment (WEEE) in general, hoarding of products in drawers, loss to unwanted and not compliant waste flows, product export, etc.

What would be the most important measure to improve the collection rate?
Small batteries like button cells and AAA or AA cells may require simply more customer-oriented communication and convenience to comply with the specifications of the take back systems. A long path to get there. Better inventories of the secondary raw material in the urban mine help to plan according measures.

For selected product groups, new business models would additionally help to increase the collection rate. If only the service of a battery or a battery containing product itself is sold but not the material or product as such, a battery would be returned to the reseller and possibly manufacturer after the use phase for recycling or remanufacturing. This model is in particular interesting for the wide variety of lithium based battery packs. An important aspect, with regard to the foreseen increasing relevance of battery-based technologies.

Where do you foresee the largest potential for the use of recycled materials in Europe?
The largest potential can be for materials with a high potential to be refined and purified during the recycling process itself by sorting and chemical or thermal processing, in order to achieve specified grades. This applies in particular to metals, paper, glass. Plastics and mineral waste, e.g. from construction, are surely more challenging fractions to meet the quality demands. Here we need clear design-for-recycling guidelines in terms of material design and additive choice.

The European Commission is claiming that EU leads the future for a global environmental protection policy? A myth or a reality?
I believe the EU has initiated a framework based on aligned definitions and clear targets for all MS and this surely contributes to harmonized environmental standards. With the Circular Economy package the EC wants to go one step beyond and to link classical waste policies with requirement for product design. A necessary but challenging task. Nevertheless, considering global markets both in products sale and in recycling we need to coordinate those policies internationally. High environmental standards inside the EU do not help if, as a consequence, pollution then largely will take place outside the EU. Additionally, measures need to prove that they contribute to the underlying environmental targets.

Batterie Dell latitude d610

Mais, les rumeurs ne s’arrêtent pas là. Amazon développe également un autre nouveau étui Kindle qui pourrait recharger la liseuse grâce au soleil. Cette coque ne sera probablement pas prête de sitôt comme l’a noté une source, même si du fait qu’Amazon essaie d’être plus proche de la nature – comme Apple, elle ne semble pas aussi farfelue que l’on pourrait penser.Le nouveau Kindle est connu sous le nom de code Whiskey, tandis que les nouveaux étuis sont nommés Soda et Sunkiss.Quant à gagner quelques millimètres sur le nouveau Kindle par rapport aux précédents opus n’est pas une mauvaise idée. Bien que le Kindle Voyage fait seulement 7,6 mm d’épaisseur et pèse 188 grammes, du fait que l’industrie du mobile prend énormément à réduire la taille et l’épaisseur des dispositifs, il est pas surprenant qu’Amazon pense à la minceur et à la légèreté pour ses nouveaux modèles.

L’étui rechargeable, et celui par le soleil sont de bonnes choses, mais comme des accessoires qui vont faire grimper le prix de liseuse, ils pourraient être acquis que par une petite clientèle.Il est également possible que le dispositif embarque une puce permettant de disposer du Bluetooth et du Wi-fi. Si cette information est réelle, ce sera le premier Kindle à offrir un support au Bluetooth, peut-être pour un casque sans fil, servir de modem à une tablette Fire, ou encore communiquer avec le Amazone Echo ?L’année dernière, Mozilla a lancé la version publique de son navigateur Web Firefox pour iOS, et aujourd’hui la Fondation déploie une mise à jour importante en matière de sécurité.La sécurité existe bien avant les révélations d’Edward Snowden, mais ce n’était pas aussi important qu’à ce jour. Et, ce n’est pas tout. Au cours des dernières semaines, les titres de presse se sont concentrés sur le différend qui oppose Apple et le FBI pour avoir recours aux données d’un iPhone sécurisé. Néanmoins, cette saga semble avoir récemment pris fin, après que le FBI a réussi à accéder aux données de l’iPhone sans l’aide du géant de Cupertino.

Cependant, cela n’est pas la seule sécurité qui doit faire partie de notre vie quotidienne. Les navigateurs Web représentent encore un autre problème, et la plupart travaillent à ajouter des couches de protection pour les clients.Aujourd’hui, la fondation Mozilla annonce « vouloir ajouter des fonctionnalités à Firefox pour iOS afin de protéger votre sécurité ». « Grâce à ces fonctionnalités, si votre smartphone se retrouve dans des mains non désirées, vos mots de passe auront une couche de protection supplémentaire », note Mozilla. Ces fonctionnalités visent donc à améliorer les protections disponibles dans l’application de sécurité.Qu’est-ce que cela implique ? Pour commencer, le Password Manager de Firefox, qui est la caractéristique qui stocke et remplit vos noms d’utilisateur et vos mots de passe à travers le Web, peut désormais être protégé par un mot de passe à 4 chiffres. Ainsi, pour quiconque récupère votre smartphone, sachant que les mots de passe ne seront pas accessibles par cette personne tierce en possession de votre appareil. Bien sûr, avant d’en arriver là, cette personne aurait eu besoin de contourner le propre code de verrouillage de l’iPhone ou la protection Touch ID.

Combiné avec le lecteur d’empreintes digitales et de la sécurité intégrée d’Apple, ceci est une addition bienvenue pour garder vos données en toute sécurité. Cependant, la sécurité va être effective uniquement si vous l’activez. Vous devez la configurer afin de l’utiliser, et aussi penser à utiliser un mot de passe robuste.Alors que les améliorations de sécurité vont être les caractéristiques phares de cette dernière version de Firefox pour iOS (version 3.0), il y a un certain nombre d’autres améliorations mineures arrivant sous le capot.Les versions natives de Docker pour Windows et Mac sont disponibles en une version bêta limitée. Docker est la technologie packagée ouverte très réussie qui permet d’exécuter une application sans avoir à se soucier du système, et est en mesure de récupérer toutes les dépendances nécessaires. Votre application va maintenant obtenir son propre environnement de système d’exploitation.La nouvelle version bêta fournit un environnement intégré pour construire, assembler et livrer des applications sur Mac ou Windows. Docker pour Mac et Docker pour Windows ont été adaptés pour être meilleurs que Docker Toolbox utilisé dans ces environnements.La société indique que les versions natives sont plus rapides et plus fiables que la version originale qui exigeait VirtualBox pour fonctionner. Le moteur de Docker s’exécute dans une distribution Alpine Linux en sus d’une machine virtuelle xhyve sur Mac OS X, ou sur une machine virtuelle Hyper-V sur Windows, qui est gérée par l’application Docker.

L’intégration des outils est un autre domaine qui a été amélioré. Les versions disposent d’une interface utilisateur native, qui sera mise à jour automatiquement, et sera livrée avec des outils groupés incluant Docker command line, Docker Compose et Docker Notary en ligne de commande.Les nouvelles versions offrent également un accès facile à des conteneurs en cours d’exécution sur le réseau local de l’hôte : Docker pour Mac et Windows incluent un serveur DNS pour les conteneurs, et sont intégrés au système de réseau Mac et Windows.Docker pour Mac peut être utilisé en même temps que Docker Toolbox sur la même machine, permettant aux développeurs de continuer à utiliser leur version actuelle de Toolbox, alors qu’ils testent Docker pour Mac. Sous Windows, vous devez arrêter Toolbox avant d’utiliser Docker pour Windows.

La version bêta est une version à disponibilité limitée, et vous allez devoir vous inscrire pour vous ajouter à une liste d’attente. Les produits en sont à différents stades de développement, et Docker pour Windows sera déployé aux utilisateurs à un rythme plus lent pour le moment. Il finira par offrir les mêmes fonctionnalités que Docker pour Mac. Docker pour Windows est actuellement disponible pour Windows 10 qui prend en charge la technologie Hyper-V.En février dernier, plusieurs informations ont émergé sur le fait que Microsoft pilotait un nouveau service Outlook Premium, qui fournit des adresses électroniques personnalisées à certains abonnés, grâce à un partenariat avec GoDaddy. L’idée était d’obtenir des noms de compte pour un domaine précis.Mary Jo Foley de ZDNet a trouvé des traces d’un tel service sur cette page de support. Elle a confirmé le service avec la société, partageant une conversation avec un porte-parole de la firme de Redmond.« Outlook Premium n’est pas une offre existante, c’est une expérience que nous mettons à l’essai. Nous sommes toujours à la recherche de nouvelles fonctionnalités basées sur les désirs et les besoins de nos utilisateurs, et nous n’avons rien à partager à l’heure actuelle ». « Nous évaluons l’intérêt des domaines personnalisés pour Outlook. À ce jour, nous testons la fonctionnalité avec un nombre limité d’utilisateurs aux États-Unis, et nous évaluerons l’expérience au fil du temps », poursuit la source. http://www.batterie-tech.com

Alors que Microsoft n’a pas encore fait une annonce, une nouvelle page a été découverte par TechCrunch, qui met en exergue le prix du service.Selon la page, Outlook Premium (Pilot) fournira cinq adresses mails personnalisées, une boîte de réception sans publicité, ainsi que la possibilité de partager des calendriers, des contacts et des documents entre ces comptes, et bien plus. Le tout sera gratuit pendant un an. Après l’année écoulée, le service vous coûtera 3,99 dollars par mois.Sur la page de support liée, Microsoft affirme qu’elle a établi un partenariat avec GoDaddy pour fournir les noms de domaine des e-mails, que les utilisateurs peuvent choisir pour alimenter leurs adresses e-mail personnalisées. Les noms de domaine sont donc soumis à une disponibilité et aux termes de GoDaddy.Pour moins de 4 dollars par mois, l’offre de Microsoft semble assez bonne pour les petites entreprises et les travailleurs indépendants. À titre de comparaison, Google Apps (avec un domaine personnalisé et divers outils) coûte 4 euros (5 dollars) par utilisateur et par mois.

Outlook Premium est actuellement seulement disponible sur invitation, de sorte que vous pourriez avoir à attendre un peu avant de pouvoir le tester.Avec une grande quantité de blanc reflétant sur tout l’écran dans Windows 10, tout ton sombre ajouté est un changement bienvenu pour le système d’exploitation. Si des efforts ont été faits pour mettre un thème sombre en apportant quelques changements non sollicités dans le registre du système, aucune solution officielle n’a été émise par Microsoft. Du moins, jusqu’à maintenant.Comme Thurrott le souligne, un thème sombre approprié fera son apparition sur Windows 10, accompagnant la première mise à jour de Redstone prévue pour arriver cet été — connue désormais comme l’Anniversary Update. En fait, sur les versions de l’OS que les employés de Microsoft utilisent en interne en ce moment, il y a une option « dark theme » (« » ») dans le menu Paramètres, probablement sous Personnalisation.

Peu importe votre choix sur la couleur de la personnalisation, l’intégralité de l’interface apparaît plus sombre avec du texte lumineux plutôt que ce qui est généralement l’inverse.Dans les précédentes builds de l’OS, le thème sombre pouvait être activé en appuyant sur Ctrl + T dans le Windows Store ou en changeant la valeur de la donnée AppsUseLightTheme dans le registre — passant de 1 à 0.Cette fonctionnalité a notamment été négligée à la Build 2016, mais une pléthore d’autres annonces ont été faites, telles que le support du stylet dans l’OS que Microsoft a appelé Ink pour les tablettes sous Windows, en plus du support de Windows Hello pour les applications tierces et de Cortana un peu partout dans l’OS.La fonctionnalité peut être utile pour tous ceux qui travaillent tard, et qui ont besoin d’un peu moins de luminosité. D’autre part, quelque chose comme f.lux qui est conçu à cet effet, pourrait être une meilleure alternative, étant donné que Windows 10 n’a pas un mode Night Shift préinstallé comme sur l’iPhone et l’iPad.On ne sait pas quand l’option de thème sombre fera son apparition aux membres Insider Preview, mais selon la déclaration de Gabe Aul sur Twitter, une nouvelle version de Windows 10 arrive « bientôt ».

Avez-vous tendance à vous asseoir sur votre smartphone ? Eh bien, si les récents tests de torture menés sur le nouvel iPhone SE signifient réellement quelque chose, il faudra peut-être chercher un smartphone autre que celui-ci.L’iPhone SE utilise la même conception générale que l’iPhone 5 et l’iPhone 5S, et il ressemble à un smartphone assez résistant avec son châssis en aluminium. Malgré cela, les tests de pliage menés par SquareTrade suggèrent que l’iPhone 6S est en fait un peu plus résistant que le nouveau smartphone de 4 pouces d’Apple, l’iPhone SE.Bien que l’iPhone SE soit plus épais que l’iPhone 6S, il n’est pas aussi solide. Que ce soit parce que l’iPhone 6S a un châssis aluminium plus résistant ou non est une énigme, mais les résultats sont ce qu’ils sont. Selon SquareTrade, l’iPhone SE a seulement eu besoin d’une pression de 160 livres (environ 73 kg) avant de plier. C’est 10 livres (4,5 kg) de moins que les 170 livres nécessaires pour plier l’iPhone 6S. Il a fallu atteindre une pression de 178 livres pour que l’iPhone SE atteigne le « point de non-retour », ou le moment où le smartphone est complètement ruiné et inutilisable.

Bien sûr, ce n’est pas la première fois que nous voyons l’iPhone être mis à rude épreuve. Lorsque l’iPhone 6 et l’iPhone 6 Plus ont été annoncés, les clients ont constaté que ces derniers se pliaient beaucoup plus facilement que les précédents iPhone. L’incident a rapidement déferlé sur la toile, et a été connu sous le nom « Bendgate ». Cela a incité Apple à renforcer ses iPhone 6S et 6S Plus, afin qu’ils résistent à une pression beaucoup plus élevée que leurs prédécesseurs.De plus, l’iPhone 6S est également capable de mieux résister à l’eau que le nouvel iPhone SE. Lorsqu’il est plongé dans l’eau, l’iPhone SE devient inutilisable en moins d’une minute. Cependant, l’iPhone 6S a résisté pendant près de 30 minutes, et même alors, seulement la partie audio du smartphone a été endommagée.Peu importe votre opinion au sujet de l’iPhone SE, une chose est implacable : si vous avez besoin d’un smartphone qui peut résister à certains abus, alors peut-être qu’il faudra opter pour un smartphone plus résistant à l’avenir.Nous y sommes ! Vous songez à acheter un Kindle ? Tenez bon jusqu’à la semaine prochaine, un nouveau Kindle est sur le point d’être annoncé par Amazon.

Batterie pour Acer UM09E36

Le cabinet commente : « En débutant à 499 dollars, l’iPad dépasse les attentes. Cependant avec un usage qui reste encore à prouver cela ressemble à une sortie avant que l’impact sur le monde ne soit réel.» Plus précisément, la question de l’usage se pose clairement : « L’iPad est ostensiblement un tablet PC mais qui joue dans la catégorie des notebooks. La nouvelle ardoise va se placer entre le smartphone, l’e-reader et le netbook. »iSuppli, confiant, précise : « Ce que cherche clairement à faire Apple c’est d’essayer de créer un nouveau marché en stimulant de nouveaux usages. » Reste donc à savoir si la demande en matière de livres numériques, notamment, sera suffisamment forte.De son côté, l’institut Forrester, un peu déçu, donne quelques conseils à Apple des décisions à prendre pour réussir son lancement : « Cette tablette est une odyssée : un ordinateur sans clavier, un lecteur avec une faible batterie et plutôt chère. De même, pour un livre numérique, il ne tient pas dans une poche. » Apple chercherait seulement à séduire une petite partie des consommateurs cherchant à se doter d’un lecteur numérique ou d’un netbook…

Ce qui ressemble de près à un gros iPod Touch n’a visiblement pas convaincu tout le monde. Si le marché des livres numériques doit encore faire ses preuves en Europe (en France notamment), celui des netbooks sera dur à concurrencer. Vendus entre 300 et 400 euros ils seront plus compétitifs si Apple conserve la parité dollars-euros pour son ardoise où qu’il peine à négocier sa distribution subventionnée par les opérateurs. Sinon l’iPad serait vendu autour de 350 euros. Un tarif qui peut pousser à choisir un produit Apple, plus fin et stylisé.Les modèles Wi-Fi de l’iPad seront disponibles dans 60 jours, et les modèles 3G dans 90 jours. De quoi laisser à chacun le temps de la réflexion.Steve Jobs a présenté la nouvelle ardoise électronique d’Apple. Dans un design propre à l’iPod, l’iPad se partage entre portable (sans clavier) tactile et liseuse électronique.

On attendait l’iSlate. Ce sera l’iPad. Mais le nom commercial de la deuxième tentative d’ardoise numérique d’Apple (après l’échec du Newton dans les années 90) que Steve Jobs a présenté ce 27 janvier ne change rien aux fonctionnalités du produit. L’iPad enferme une architecture proche de celle d’un ordinateur portable derrière un écran tactile multi points comme il se doit selon Cupertino.Equipé d’un écran LED de 9,7 pouces, avec affichage en 1024×768 en résolution 132 pixels/pouce (ce qui devrait considérablement renforcer la finesse de l’image comparé aux 72 ou 96 dpi des écrans traditionnels) mais ne supportant que la haute définition en 720p (et non 1080p), l’iPad embarque un système sur puce composé d’un processeur à 1 GHz et du moteur graphique (Apple n’est pas très explicite sur cet élément).

La mémoire de stockage se limitera à une capacité maximale de 64 Go sur disque Flash SSD. Interface de communication Bluetooth 2.1, Wifi n et 3G (en option) sont bien sûr au rendez-vous. Si l’iPad est bien doté d’un port USB, Apple n’a pas jugé utile de munir son ardoise d’un connecteur Ethernet nous refaisant ainsi le même coup qu’avec le MacBook Air. Il est vrai que, depuis, les réseaux Wifi se sont multipliés et que les haut débits de la 3G (quand ils sont là) remplacent allègrement une connexion filaire.Côté applicatif, Apple a vu les choses en grand. Outre les 140 000 applications iPhone disponibles depuis l’App Store, Cupertino a (re)développé 12 logiciels propres aux caractéristiques de l’iPad. Safari, Mail, photos, vidéos, iTunes, iPod, Maps, Calendar, Contact, Notes, Spotlight Search… sont tous adaptés à l’interface tactile et s’utilisent en mode vertical comme horizontal avec une détection automatique de l’orientation. Le lecteur de livres électronique iBooks fait son apparition et permettra, à l’avenir, de piocher des ouvrages dans la bibliothèque iBookstore qui l’accompagne. Apple n’a pas précisé le nombre et la nature des contenus disponibles si ce n’est qu’ils proviendront des «principaux éditeurs et des indépendants». Signalons également l’arrivée de versions dédiée de iWork, Pages, Keynote et Numbers proposées en option.

Autre surprise, le prix de ce (très) gros iPod Touch débute à 499 dollars (355 euros au taux du change mais la parité euro/dollars risque d’être maintenue) alors que les analystes l’attendaient autour de 1000 dollars. On s’en approche avec la version la plus complète (3G, SSD 64 Go) qui s’élève à 829 dollars. Entre les deux, pas moins de 4 configurations sont proposées pour répondre aux exigences et moyens financiers des futurs clients.Un petit exploit en regard de l’effort apporté à sa fabrication face aux normes environnementales. Selon Apple, sa tablette est exempte de mercure, arsenic retardateur de flamme et autres PVC polluants. Il restera néanmoins à vérifier que l’iPad restera compétitif face aux produits estampillés Windows 7 (comme la tablette HP présentée au CES 2010) voire ceux sous Linux ou Android que nombre de constructeurs asiatiques préparent dans leurs coins. 500 dollars, c’est le prix bas d’un portable de moyenne gamme pour un produit aux capacités similaires (si ce n’est supérieures avec la 3G) mais plus transportable.

Qu’on en juge : à peine plus épais qu’un boîtier de CD (1,27 cm) pour moins de 25 cm en hauteur et 19 de large, l’iPad pèse moins de 700 grammes (730 g. pour le modèle 3G). Et sa batterie embarquée lithium-polymère de 25 W/h assure une autonomie de 10 heures avec l’usage du Wifi, aux dires d’Apple.L’iPad n’est cependant pas exempt de défauts. Outre sa mémoire de stockage un peu légère qu’il est impossible d’augmenter faute de lecteur de carte SD, l’iPad n’embarque apparemment pas de caméra (webcam). Impossible de faire des photos ou de se voir en vidéo lors d’une visioconférence. A défaut d’image, micro et les hauts-parleurs embarqués pourvoiront au son. Il restera aussi à vérifier que l’ensemble processeur et moteur graphique supporte correctement l’affichage des vidéos ou des jeux 3D. Autant d’éléments qu’Apple se fera un plaisir d’introduire dans de futures versions de son ardoise. A condition que l’iPad, contrairement au Newton, rencontre cette fois son public. A vérifier à partir de mars prochain, date de disponibilité officielle du nouveau bijou d’Apple.

Chrome OS est un système d’exploitation estampillé Google, qui se concentre sur les applications web. Il conjugue les qualités du navigateur de la firme (Chrome) et de Linux. Ce produit pourrait voir le jour dans le courant de l’année. Il sera probablement intégré à des ordinateurs et à des terminaux dédiés au web. Il pourrait également faire son apparition sur des machines plus classiques, en tant que système d’exploitation secondaire.Une version open source de ce projet existe ; il s’agit de Chromium OS. Hexxeh propose des moutures prêtes à l’emploi de ce système, qui pourront prendre place sur une clé USB ou être utilisées au sein de VMware. Nous nous sommes empressés d’effectuer un tour d’horizon de cette version préliminaire de Chromium OS. Elle s’appuie sur une Ubuntu et le noyau Linux 2.6.30. Le système de fichiers est formaté en ext3.

Premier bon point, le temps de chargement de l’OS est incroyablement court : 15 secondes sur notre machine de test (qui n’est pourtant pas un foudre de guerre). Malheureusement, aucun pilote adapté à VMware n’est inclus dans cette image disque : notre carte son n’est ainsi pas reconnue et l’affichage demeure poussif. Bien évidemment, les moutures officielles de Chrome OS ne souffriront pas de ces défauts.Pour nous connecter, nous utilisons les noms et mots de passe facepunch, comme indiqué dans la documentation fournie par Hexxeh. Toutefois, tout compte Google sera supporté par la suite. Nous pouvons donc présumer que se connecter au système permettra de ne pas avoir à saisir à nouveau vos données d’identification lorsque vous tenterez d’accéder aux applications web de la firme.Actualité riche pour LG Electronics au Consumer Electronics Show (CES 2010). L’entreprise coréenne a annoncé de nombreuses innovations et lancements prochains de ses produits. A commencer par Windows Mobile 7 dont LG pourrait être le premier constructeur à intégrer l’OS de Microsoft dans ses smartphones comme il vient de l’annoncer à Las Vegas. Ce qui indiquerait que les développements du successeur de Windows Mobile 6.5 sont biens avancés et pourrait bien être dévoilé au prochain Mobile World Congress de Barcelone le mois prochain. Aucune date de lancement d’un smartphone sous Windows Mobile 7 n’a cependant été avancée.

LG a également profité du CES 2010 pour présenter nombre de nouveautés. A commencer par le LG-GW990, un smartphone innovant à plus d’un titre. L’appareil inaugurera la plate-forme Moorestown (pourtant annoncée dès 2007) dédiée aux terminaux Internet et sera combiné à l’environnement Linux Moblin 2.1, tous les deux mis en œuvre par Intel. Paul Otellini a d’ailleurs présenté le terminal de LG lors de sa conférence à Las Vegas. Le GW990 sera également l’un des premiers terminaux à supporter les réseaux 4G LTE (long Term Evolution), gage de confort d’utilisation pour les futurs services (domotique, vidéoconférence, vidéo HD…) de l’Internet mobile à très haut débit.
Akku Dell Latitude E6520

Vor zehn Jahren wurde in Niedersachsen die Einführung des elektronischen Rechtsverkehrs (ERV) eingeläutet, jetzt nimmt die gewaltige Umwälzung im Justizwesen Fahrt auf. Ab dem Jahresende 2017 werden am Fachgerichtszentrum Hannover (mit Arbeits-, Verwaltungs-, Sozial- und Finanzgerichten) jeweils zwei Pilotkammern bzw. -senate die praktische Alltagsarbeit mit den digitalen Akten aufnehmen.

Zum 1. Januar 2018 muss dann die gesamte niedersächsische Justiz beim sogenannten fakultativen ERV mitmachen, heißt: Es ist möglich, mit allen Gerichten elektronisch zu kommunizieren, aber - noch - nicht verpflichtend.

Elektronische Akte folgt später

Nach und nach soll das elektronische Verschicken von Klageschriften, Stellungnahmen, Widersprüchen und sonstigen Schriftsätzen zwischen Gerichten, Rechtsanwälten und Behörden obligatorisch werden. Das niedersächsische Justizministerium strebt diese verpflichtende Einführung an den Fachgerichten zum 1. Januar 2020 an, laut Gesetz müssen alle Gerichte - also auch Zivil- und Strafkammern der ordentlichen Gerichtsbarkeit - spätestens zum 1. Januar 2022 in den obligatorischen ERV einbezogen sein. Am Ende steht die elektronische Akte, die das Verschicken, Ausdrucken, Einscannen oder Abheften von Papieren aller Art überflüssig macht. „Laut Gesetz ist die Einführung der elektronischen Akte aber erst bis zum 31. Dezember 2025 vorgeschrieben“, sagt Marika Tödt, Pressesprecherin im Justizministerium.

Momentan, das sagen alle Gerichte, ist die Einführung des ERV noch mit viel zusätzlicher Arbeit verbunden. Dokumente, die die Posteingangsstellen in Papierform erreichen, müssen eingescannt, andere Dokumente, die auf elektronischem Wege bei Gericht landen, ausgedruckt werden. Beim Verwaltungsgericht etwa erfolgt der Datenaustausch mit dem Bundesamt für Migration und Flüchtlinge (BAMF) bereits vollelektronisch. Dies bedeute, so Sprecher Burkhard Lange, alle eingehenden Papiere zu digitalisieren - was erheblichen Mehraufwand bedeute. Zudem kranke der digitale Austausch mit dem BAMF daran, das dies ineffizient und fehlerhaft arbeite.

Neue Drucker kosten viel Geld

Die Umstellung beinhaltet auch, dass die Justiz hinsichtlich der Hardware aufrüsten muss. Es gibt Schätzungen, dass zwischen 2018 und 2021 allein für die Miete der Hochleistungsdrucker bei niedersächsischen Gerichten und Staatsanwaltschaften zusätzlich 430 000 Euro pro Jahr aufgewendet werden müssen - eine Zahl, die stark davon abhängt, wie viele Anwälte wann in das System einsteigen. Einige Fachgerichte in Hannover sind bereits mit zusätzlichen Druckern und Scannern bestückt; Ende 2017 soll an der Leonhardtstraße eine Scannerstraße installiert werden, wo eingehende Papiere zentral eingelesen und den Adressaten zugeordnet werden.

Das Landgericht sieht - etwa aufgrund vieler umfangreicher Arzthaftungs- oder Baurechtsprozesse - ganz besondere Belastungen auf sich zukommen: Hier fallen in einzelnen Verfahren oft mehrere hundert Seiten an Dokumenten an. Diese in der Summe gewaltige Zahl von Schriftstücken muss in den Übergangsjahren von Justizbediensteten mal eingescannt, mal ausgedruckt werden. Im Herbst bekommt das Landgericht zwei neue Hochleistungsdrucker, das Amtsgericht gar vier. Viele Beschäftigte fürchten eine erhebliche Zusatzbelastung: So sollen die Drucker von Wachtmeistern oder Servicekräften bedient werden, ohne dass die Zahl der Stellen steigt.

An anderer Stelle hat die niedersächsiche Justiz zur Planung und Umsetzung von ERV und elektronischer Akte durchaus aufgerüstet. So wurden für den Zentralen IT-Betrieb zwischen 2014 und 2016 nach und nach 20,5 Stellen geschaffen, im nächsten Jahr kommen noch einmal sieben hinzu. „Die Bereitstellung dieser personellen Ressourcen ist aber mit der klaren Erwartung verbunden“, so Sprecherin Tödt, „dass diese Investitionen durch spätere Einsparungen vollständig refinanziert werden.“

Wie geht die Richterschaft in Hannover mit den Neuerungen um? An vielen perlt das Thema ERV ab, sie sehen noch keine Notwendigkeit, sich intensiv damit zu befassen. Andere wollen den Schatz, die Kommunikation zwischen den Verfahrensbeteiligten zu beschleunigen und riesige Mengen von Papier und Kosten zu sparen, so schnell wie möglich heben. So hat sich der digitale Fax-Verkehr (hier werden eingehende Faxnachrichten sofort digitalisiert) an etlichen Fachgerichten bereits etabliert. „Am Arbeitsgericht haben wir das Digifax 2015 eingeführt“, sagt Direktor Kilian Wucherpfennig. „Das ist extrem arbeitssparend und funktioniert völlig problemlos.“

Was an den Gerichten unisono moniert wird, ist die bislang spärliche Resonanz der Anwaltschaft auf das neue System. Das mag damit zusammenhängen, dass viele Anwälte bis zum letzten Moment abwarten, welche Software tatsächlich vonnöten ist. Derzeit jedenfalls gibt es bei den elektronischen Postfächern noch einige Programme, die sich nicht gut verstehen.

Sorgen um Datensicherheit

Auch treibt viele Juristen die Frage der Sicherheit um: Wie lässt sich verhindern, dass Hacker in die riesigen Datenbanken mit sensiblen Informationen eindringen? Kann das Steuergeheimnis gewahrt werden? Und reichen die elektronischen Signaturen zur Authentifizierung aus, um Unbefugte aus dem System fernzuhalten? Das Ministerium spricht bei der Digitalisierung von „Herausforderungen“.

Und dann ist da noch der nächste Schritt im Systemwandel: der virtuelle Prozess. Das Landgericht führte Ende Juli testweise ein erstes Zivilverfahren durch, bei dem eine Richterin per Videoschaltung eine Verhandlung mit zwei in Hamm und Düsseldorf sitzenden Anwälten leitete. „Solche Prozesse sparen enorm viel Zeit und Ressourcen“, lobt Landgerichtspräsident Ralph Guise-Rübe. Er spricht davon, dass sich im Gerichtswesen eine „kulturelle Revolution“ anbahnt und der Video-Prozess - zumindest in Zivilsachen - in einigen Jahren die Regel sein wird. Finanzgerichts-Sprecher Jörg Grune kennt Interessengruppen, die solche Verfahren herbeisehnen: „Der Steuerberaterverband hat bereits bekundet, dass viele Mitglieder Videokonferenzen begrüßen würden.“

Herr Källenius, Ihre erste IAA als Forschungs- und Entwicklungschef wird überschattet von der Dieselkrise und der Debatte über drohende Fahrverbote. Freuen Sie sich trotzdem auf die Messe?

Natürlich freue ich mich drauf. Frankfurt ist immer etwas ganz Besonderes. Das ist ja so eine Art Heimspiel für die deutsche Autoindustrie. Das wird sicherlich ein Highlight des Jahres.

Etliche Autohersteller wie etwa Nissan oder Tesla verzichten in diesem Jahr auf den Auftritt in Frankfurt. Verliert die Messe an Attraktivität?
Die IAA ist für uns nach wie vor eine sehr wichtige Messe. Wir gehen hier in diesem Jahr neue Wege. Wir nutzen die IAA wie gewohnt, um viele neue Produkte und Innovationen zu präsentieren, zugleich erweitern wir das Informationsangebot über das Auto hinaus. In Kooperation mit dem Veranstalter der alljährlich in Texas stattfindenden Konferenz South by Southwest geht in der Frankfurter Festhalle die erste „me convention“ über die Bühne. Dort wird der Blick in die Zukunft gerichtet: Welche Techniktrends gibt es, welche gesellschaftlichen Entwicklungen sind damit verbunden?
In der Debatte über den Diesel und drohende Fahrverbote fordern zahlreiche Politiker und auch das Kraftfahrzeuggewerbe, dass die Autohersteller nicht nur Software-Updates durchführen, sondern auch technische Nachrüstungen bei der Hardware vornehmen, um den Schadstoffausstoß zu senken. Muss Daimler da nicht nachlegen?

Wir haben beim Dieselgipfel in Berlin einen sehr wichtigen Schritt nach vorn gemacht. Über drei Millionen Fahrzeuge mit Euro 5 und Euro 6 erhalten ein Software-Update. Dafür können wir auch Erkenntnisse nutzen, die wir bei der Entwicklung unserer neuen Motorenfamilie gewonnen haben. Damit senken wir den Stickoxid­ausstoß im Durchschnitt aller Fahrzeuge um 25 bis 30 Prozent. Hinzu kommen Umtauschprämien für ältere Diesel. Zudem rollen wir unsere neue Motorengeneration schnellstmöglich aus. Auf den Vierzylinder in der E-Klasse folgt nun der Sechszylinder in der S-Klasse. All dies greift Hand in Hand und bringt erhebliche Verbesserungen im Rahmen des technisch Möglichen.

Batterie Dell inspiron mini 12

D’une part, si vous avez déjà une PS4 connectée à votre téléviseur, vous aurez probablement une meilleure expérience assise en face de cet écran pour jouer. Mais, si vous voulez être en mesure de jouer à des jeux sans déranger d’autres personnes en utilisant la seule télévision de votre maison (ou en débranchant et déplaçant votre console de jeu), le streaming pourrait être utile.La mise à jour logicielle de la PS4 ajoute également quelques fonctionnalités sociales, y compris la possibilité d’apparaître hors ligne, recevoir des notifications quand vos amis se connectent, voir à quels jeux vos amis jouent, et les événements de votre agenda.Il semble qu’Apple prévoit de dévoiler une Magic Mouse avec la technologie Force Touch incorporée, ou au moins la société a déposé un brevet pour un tel périphérique. Pour ceux qui l’ignorent, la technologie Force Touch fonctionnera comme elle le fait avec le trackpad qui a été introduit avec le MacBook Pro de 13 pouces à écran Retina qui a fait ses débuts au printemps dernier.En d’autres termes, chaque fois que vous appuyez sur la surface de la Magic Mouse, vous obtiendrez le même clic uniforme avec retour haptique — une rétroaction qui reproduit parfaitement un clic, comme je peux le constater au quotidien sur mon MacBook Pro.

La force appliquée sur la souris sera également enregistrée, ouvrant ainsi plus de possibilités pour l’interface utilisateur. En effet, en fonction de la pression exercée, celle-ci déclenchera différentes fonctionnalités, comme cela a toujours été l’idée avec la technologie Force Touch depuis qu’elle a été révélée sur l’Apple Watch.Que ce soit le MacBook Pro de 13 pouces ou de 15 pouces, ce dernier a reçu un trackpad Force Touch l’année dernière. De plus, la technologie est également arrivée sur le Magic Trackpad 2 à l’automne dernier.Il semble que ce soit un choix assez naturel de la part d’Apple d’étendre la technologie Force Touch à sa Magic Mouse, et l’on peut espérer que nous verrons certains cas d’utilisation de la technologie dans Mac OS X. En effet, l’une de mes principales critiques de la technologie sur le MacBook Pro est le fait qu’elle semble plus être un gadget qu’une caractéristique utile. Mais, Apple va sans doute travailler dur pour changer cela.Le brevet de Cupertino a été repéré par Apple Patently, et a été publié aujourd’hui, même s’il a été initialement déposé au cours du premier trimestre de 2013.

Bien sûr, comme avec tous les brevets, il est intéressant de noter que beaucoup de ces plans ne font jamais réellement leur apparition en production. Cependant, avec celui-ci, une Magic Mouse Force Touch semble inévitable.HP est de retour sur le marché de l’ordinateur portable ultra-mince. Après avoir introduit le très mince EliteBook Folio G1, on pouvait penser que la firme n’arriverait pas à produire quoi que ce soit encore plus petit. Mais, il vient de le faire avec son dernier ultrabook, le Spectre 13. En effet, annoncé à l’occasion de la New York Times International Luxury Conference, le nouveau HP Spectre 13 est le PC portable le plus fin au monde.Ce HP Spectre de 13 pouces mesure simplement 10,4 mm d’épaisseur, ce qui est aussi fin qu’une pile AAA. À titre de comparaison, la dernière prouesse dans ce secteur émanait déjà de HP, avec son ultrabook EliteBook Folio G1 qui mesurait 12.4 mm d’épaisseur. Bien sûr, cela signifie à son tour qui relègue loin derrière le MacBook d’Apple, qui mesure 13.1 mm d’épaisseur.Concernant son poids, ce nouvel ordinateur portable n’est pas l’appareil le plus léger, car il fait pencher la balance à 1.11 kg. Comparativement, l’EliteBook et le MacBook sont des machines plus légères, pesant respectivement 0,99 kg et 0,92 kg. Le Spectre 13 a néanmoins une base en fibre de carbone, le rendant à la fois robuste et léger. Les notes de cuivre évoquent quant à elle la finition d’un bijou poli à la main.

Ceci est en grande partie dû au fait que le HP Spectre 13 est alimenté par des processeurs Intel Core i5 ou i7, plutôt que les puces Intel Core M à l’intérieur de plus en plus d’utrabooks ultra-minces. D’autre part, HP n’a pas sacrifié le pad et le clavier tactile avec une course de 1.3 mm.Bien qu’ayant besoin d’embarquer dans un ventilateur sous le capot, HP affirme avoir réinventé le refroidissement avec Intel pour créer un système de caisson hyperbare. Ce nouveau système de refroidissement est incrusté à l’intérieur du Spectre 13, va éviter à la machine de chauffer, même en présence de puissants processeurs dans un boîtier compact. Mais, il utilise encore deux ventilateurs pour évacuer l’air chaud par l’arrière.HP a également conçu une innovante charnière à piston, invisible, qui complète l’impression de luxe du produit. Elle permet de solidement maintenir l’écran vers le haut, tout en rétractant proprement le châssis principal de l’ordinateur portable.

Du côté des spécifications, les utilisateurs seront en mesure d’équiper le HP Spectre 13 avec processeur Intel Core i5 et i7 ainsi que jusqu’à 512 Go de stockage SSD et 8 Go de mémoire vive (RAM). Les seules choses que les utilisateurs ne seront pas en mesure de mettre à niveau est l’écran IPS d’une résolution full HD (1080p), car il n’y a malheureusement pas d’options pour un panneau tactile, ni une résolution qui va au-delà du full HD.Une batterie hybride, séparée en deux parties plus minces, fournit la même puissance en watts qu’une batterie monobloc, pour une autonomie pouvant atteindre 9 heures et demie. Les haut-parleurs stéréo signés Bang & Olufsen, associés à la technologie HP Audio Boost, forment une combinaison matérielle et logicielle pour offrir aux utilisateurs une profondeur sonore optimale. On retrouve également trois connecteurs USB Type-C aux fonctionnalités complètes, dont deux compatibles Thunderbolt, et offrent des interfaces rapides et polyvalentes.Si vous êtes un utilisateur de WhatsApp, vous serez heureux de savoir que tout ce que vous faites dans l’application est maintenant protégé par un chiffrement de bout en bout.« À partir de maintenant quand vous et vos contacts utilisez la dernière version de l’application, tous les appels que vous passez, et chaque message, photo, vidéo, fichier, message vocal envoyé, sont de bout en bout chiffrés par défaut, y compris les chats en groupe », a déclaré son fondateur, Jan Koum, sur le blog de ​​WhatsApp.

Cela signifie que plus d’un milliard de personnes, si elles utilisent un iPhone, un appareil Android, un appareil Nokia, un BlackBerry ou un Windows Phone, sont protégées contre les hackers, les cybercriminels, les gouvernements, et toute personne intéressée par l’écoute de vos conversations. WhatsApp, qui est détenue par Facebook, affirme qu’elle ne peut pas lire les messages.Il est encore difficile de savoir si WhatsApp sera en mesure d’aider les juges à avoir accès aux données dans le cadre d’enquêtes criminelles. Koum a évoqué les avantages et l’importance du chiffrement, notamment depuis qu’Apple a été confronté à une ordonnance du tribunal pour fournir une porte dérobée pour déverrouiller l’iPhone du terroriste de San Bernardino.« Le cryptage est l’un des outils les plus importants que les gouvernements, les entreprises et les particuliers doivent promouvoir la sécurité et la sécurité dans la nouvelle ère numérique », a déclaré Koum dans sa publication. « Récemment, il y a eu beaucoup des discussions au sujet des services cryptés et de leur fonctionnement avec la loi. Même si nous reconnaissons le travail important des lois pour garder les gens en sécurité, les efforts visant à affaiblir le risque de chiffrement exposent l’information des gens aux cybercriminels, aux hackers », peut-on lire.

Le chiffrement de bout en bout a été disponible pour les messages de WhatsApp depuis 2014 sur Android, et la société a conclu un partenariat avec Open Whisper Systems pour offrir une expérience complète à tous ses services. L’application avertira les utilisateurs si une conversation est cryptée, ou non.Sachez que pour disposer de cette fonctionnalité, vous n’êtes pas obligé de faire quoi que ce soit. C’est simplement une évolution de l’application.Twitter vient d’annoncer un changement à son service visant à accroître la fonctionnalité et l’utilisation de ses messages directs (messagerie privée). En effet, à partir d’aujourd’hui, la société a ajouté un nouveau bouton « Message » aux tweets sur iOS et Android qui permettront aux utilisateurs de plus facilement lancer une conversation privée.Autrement dit, lorsque vous cliquez sur ce bouton, vous serez en mesure de partager le tweet par un message direct (DM) à partir de votre timeline Twitter. Pour être clair, la possibilité de partager des tweets privés n’est pas nouvelle, mais cela est désormais facilité.

En fait, cette fonctionnalité a été introduite à la fin de l’année 2014 avec le support sur le Web et sur mobile. Mais à cette date, l’option n’a pas été quelque chose que les utilisateurs de Twitter ont réclamé. Mais, Twitter voit maintenant un besoin de promouvoir ce type d’interaction — le passage des conversations publiques en privés.Twitter précise que le nombre de tweets partagés en privé a augmenté de 200 % dans la seconde moitié de l’année 2015. C’est plus rapide que la croissance de la messagerie privée en général, qui a grimpé de 60 % en 2015.Selon la compagnie, l’ajout du bouton est en réponse aux besoins des utilisateurs. Ces derniers voulaient que ce soit plus facile de partager des tweets. Avant, l’option était disponible en appuyant sur le bouton « Plus », puis en choisissant « Partager par message direct ». Maintenant, le bouton est directement accessible, sur le tweet lui-même.

Le changement est aussi l’un des nombreux réglages que Twitter a poussés pour son service de messagerie au cours des derniers mois. La société a également mis en place le support pour les GIF et les emojis, la messagerie de groupe et a supprimé la limite de 140 caractères.Beaucoup ont pensé que Twitter allait séparer son service de messagerie privée en une application autonome, mais ce n’est pas encore arrivé. Pourtant, les initiés de Twitter ont continué à lancer cette idée en interne, selon Re/code. Ce changement montre que Twitter examine attentivement l’importance de la messagerie privée dans un monde où son application est en concurrence avec des services comme Facebook Messenger, Snapchat et d’autres.Alors que les rumeurs d’un Surface Phone surgissent avec une certaine régularité ces jours-ci, une nouvelle publication affirme que nous ne verrons pas le tant smartphone phare de Microsoft cette année.À la lumière de la marque Lumia maintenant défunte, les précédentes rumeurs avaient fixé le lancement d’une nouvelle gamme de Surface Phone pour cette année. Mais, les sources évoquant le sujet à Windows Central rapportent que le Surface Phone ne sera pas réellement lancé avant 2017 — ce qui risque d’être un peu long, même pour les fans de la marque.

Bien que cette déclaration ne soit pas encore confirmée par une source officielle, cette chronologie tombe en phase avec une autre publication relayée le mois dernier, qui laissait entendre que Microsoft n’allait pas introduire de nouveaux dispositifs Surface avant la prochaine mise à jour majeure de Windows 10, qui est également attendue pour 2017.L’article du jour souligne également que Microsoft va lancer trois versions différentes du Surface Phone : un modèle dédié aux consommateurs, un modèle pour les professionnels, et un modèle en édition premium.Ce ne serait pas la première entreprise à lancer des versions différentes du même smartphone — il suffit de regarder le Galaxy S7 et le Galaxy S7 Edge — mais trois est un peu surprenant. Cependant, quelles différences les appareils vont avoir pour répondre aux besoins des différents consommateurs reste une énigme.Nous ne connaissons pas grand-chose actuellement sur le nouveau Surface Phone, autre qu’il est développé par la même équipe derrière les tablettes Surface, et pourrait être alimenté par les processeurs de nouvelle génération Intel Core, connue sous le nom de code Kaby Lake.Nous avons appris qu’un nouveau Kindle était sur le point d’être annoncé par le géant du commerce en ligne il y a un peu plus de 24 heures, et déjà les premières rumeurs de ce que la liseuse de 8e génération apportera envahissent la toile.Des sources évoquant le sujet avec le Wall Street Journal affirme que Amazon a décidé d’amincir ses tablettes, grâce une autonomie prolongée par un étui de protection rechargeable. Autrement dit, l’idée est d’embarquer des batteries plus petites à l’intérieur de la tablette, permettant de disposer d’un châssis plus mince, alors que le coup de pouce de la couverture serait consolider la vie plus longtemps lecture.

Batterie Dell inspiron 1000

Les appareils sont la dernière salve de l’entreprise pour devenir une véritable référence sur les marchés européens — une stratégie qu’elle mène depuis 2010. Dans le cadre de cette mise au point, les dispositifs européens et à destination de la France offriront une liste de spécifications légèrement différente des modèles commercialisés en Asie.Du côté des spécifications, le Huawei P9 dispose d’un écran full HD de 5,2 pouces, de 3 Go de mémoire vive (RAM), de 32 Go de stockage interne, d’une batterie d’une capacité de 3 000 mAh et un processeur octa-core Kirin 955, comprenant 4 puces cadencées à 2,5 GHz, et 4 puces cadencées à 1,8 GHz. La version dirigée vers l’Extrême-Orient est également double-SIM, mais le modèle européen aura un seul port SIM. Il y a aussi un modèle P9 avec 128 Go de stockage, mais il n’est pas destiné à l’Europe.Le modèle Huawei P9 Plus offre 4 Go de mémoire vive (RAM), un écran plus grand de 5,5 pouces toujours d’une résolution full HD, et un stockage interne en standard de 64 ou 128 Go. Il a également une plus grande batterie d’une capacité de 3 400 mAh.

Cependant, les deux appareils prennent en charge les cartes micro-SD, afin d’ajouter plus d’espace pour vos photos, vidéos, applications ou toute autre chose. Les dispositifs gardent la même approche du châssis en aluminium que les précédents smartphones de la marque, comme le P8, mais disposent désormais d’un port USB Type-C pour se connecter à d’autres périphériques, et pour le recharger.Bien sûr, l’aspect le plus notable des dispositifs est la caméra — ou plus précisément, les caméras. Plutôt que d’utiliser un seul capteur, comme la plupart des smartphones, la collaboration avec Leica a donné lieu à une configuration à deux capteurs de 12 mégapixels — l’un avec un capteur traditionnel RGB et un autre monochrome. La société affirme que cette configuration permet de prendre des photos de qualité supérieure, que ce soit en couleur ou en noir et blanc.Le partenariat a également stimulé la refonte de l’interface utilisateur de l’application Caméra, bien qu’une grande partie du reste de la surcouche EMUI de Huawei semble inchangée au premier coup d’œil. Vous trouverez également des fonctionnalités Leica « traditionnelles » liées aux photos, comme un mode Pro (qui est arrivé en premier sur le Mate S) et d’autres choses comme les réglages des couleurs, et une gamme d’options de post-capture.Néanmoins, bien que Leica ait « co-conçu » les lentilles, Huawei a pris soin de s’occuper de toute la fabrication, ce qui sera probablement décevant pour certains lecteurs. Cela ne veut pas dire que les caméras ne fonctionneront pas admirablement bien, mais ce ne sera pas une lentille ou un module Leica que vous utiliserez.

En plus de dévoiler le nouveau ultrabook Spectre 13 qualifié comme le plus mince dispositif dans le monde, HP a levé le voile sur un trio de nouveaux ordinateurs portables ENVY, mettant en exergue le ENVY x360.Par rapport à la version précédente, le nouveau ENVY x360 est 21 % plus mince, avec une épaisseur de 18.8 mm. En dépit d’être plus mince, le constructeur parvient également à renforcer la longévité de la batterie. Le nouveau modèle embarque une batterie dont l’autonomie est estimée à 11 heures, ce qui est 3 heures de plus que l’ancien ENVY x360, soit un coup de pouce considérable dans ce domaine.L’ordinateur portable est équipé de processeurs Skylake d’Intel, avec un choix de Core i5 ou Core i7 avec une puce graphique Iris intégrée, ou si vous préférez une puce AMD, il y a aussi une option pour le processeur quadricoeurs FX 9800P. Le HP ENVY x360 dispose d’un écran Full HD de 15,6 pouces, ou d’une résolution 4K si vous préférez. Il a jusqu’à 16 Go de mémoire vive (RAM), et un ou deux disques pour le stockage, avec un SSD jusqu’à 256 Go ou un disque dur mécanique jusqu’à 2 To.La connectivité comprend un port USB Type-C, et un son « premium » est promis grâce à l’intégration de la technologie HP Audio Boost optimisé par Bang & Olufsen. L’ordinateur portable bénéficie également d’une construction entièrement métallique et pèse 2,04 kg.

La grande caractéristique définissant le ENVY x360 est bien sûr la charnière. Celle-ci lui permet de se replier à 360 ​​degrés, vous fournissant ainsi une tablette quand vous en avez besoin, ou un mode tente pour vos présentations, ou toute autre configuration en fonction de l’angle que vous souhaitez.Il y a aussi de nouveaux HP ENVY de 15,6 pouces et 17,3 pouces, qui sont des ordinateurs portables qui offrent un châssis ultramince fait de métal et d’une dalle en verre bord à bord, lui donnant un look premium. Ils ont un port USB Type-C, qui gère le transfert de données pour faciliter l’ajout ou la connexion d’accessoires, et sont plus légers que les anciens modèles, pesant respectivement 1,99 kg, et 2,99 kg.En comparaison du ENVY x360, les modèles 15,6 pouces et 17,3 pouces standard ont une charnière plus traditionnelle, même si elle a été soulevée pour fournir un périphérique plus stable à des angles différents, et offrant une meilleure circulation de l’air sous le châssis.

Avec le HP ENVY de 15,6 pouces vous obtenez un choix de processeurs Intel Core jusqu’au Core i7 avec 16 Go de RAM, avec option de stockage double, avec un choix de SSD ou un disque dur mécanique, respectivement avec une capacité maximale de 256 Go ou 1 To. Le modèle de 17,3 pouces dispose d’un processeur Intel Core i7 couplé à une puce graphique GeForce 940m, et un SSD d’une capacité maximale de 512 Go ou d’un disque dur mécanique de 1 To, avec un lecteur optique.En 1996, ce qui a commencé comme un projet de recherche pour Telenor, la plus grande entreprise de communications norvégienne dans le monde, a évolué en une société à part entière, Opera Software. Dès lors, le navigateur Web d’Opera est devenu extrêmement populaire, et est particulièrement apprécié par tous les défenseurs de la vie privée.

Maintenant, l’un des créateurs originaux d’Opera, et co-fondateur de Opera Software, Jon von Tetzchner, travaille avec une équipe à la construction d’un nouveau navigateur, Vivaldi 1.0. Il s’agit d’un nouveau navigateur qui « l’un des plus puissants », selon Tetzchner. Opera a cessé de développer son propre moteur de rendu il y a quelques années, et est passé au moteur Blink de Google – qui est un fork de WebKit. La société a également laissé tomber un certain nombre de fonctionnalités qui étaient fréquentées par power users, mais jugées inutiles pour la plupart des utilisateurs. Cela a laissé certains fans de longue date mécontents d’Opera.Ainsi , alors que Opera tente de faire un navigateur qui va satisfaire le grand public, von Tetzchner a décidé d’en construire un pour les gens qui veulent de puissantes caractéristiques.« Vivaldi 1.0 s’adapte à vous, et non l’inverse », écrit-il dans un communiqué de presse. « Nous avons fait de Vivaldi le navigateur le plus personnalisable à ce jour, en fonction des commentaires fournis par des millions d’utilisateurs. En fait, il y a plus d’un million de façons de faire de Vivaldi votre navigateur parfait », poursuit-il.

Ce nouveau navigateur est doté de fonctionnalités que les geeks vont fortement apprécier, comme une interface utilisateur fortement personnalisable, un support pour empiler les onglets du navigateur en groupes, et le support à des dizaines de raccourcis clavier, de commandes rapides, et de gestes de la souris.Vivaldi vise à atteindre cet objectif en imbriquant diverses caractéristiques, comprenant des choses attendues au sein d’un navigateur Web, comme un gestionnaire de signets et de téléchargements, qui se retrouve condensé sur le côté gauche de l’écran. Il y a même un espace pour prendre des notes à la volée, ce qui pourrait être utile pour les étudiants et les chercheurs qui cherchent à économiser des extraits de texte ou des captures d’écran pour une utilisation ultérieure.Bien qu’il semble être un peu gadget dans la pratique, Vivaldi 1.0 propose également des gestes de souris vous laissant « transférer d’un mouvement du poignet presque toute action », en effectuant un clic droit sur la souris. Cela vient en sus du support traditionnel des raccourcis clavier.

Avec l’aide de Chromium, qui alimente Vivaldi, non seulement le navigateur est extrêmement fluide pour afficher des pages Web, mais il prend aussi beaucoup moins de mémoire que Chrome, Firefox et Safari. Dans une comparaison directe avec les quatre navigateurs affichant seulement la page d’accueil du BlogNT, Safari occupé plus de 390 Mo de RAM, tandis que Firefox et Chrome ont pris respectivement 332 Mo et 86,6 Mo. Pendant ce temps, Vivaldi a utilisé 64 Mo de RAM lors de l’exécution de la même tâche.« Des millions de personnes ont déjà convenu qu’ils veulent un meilleur navigateur, celui qu’ils peuvent contrôler », continue von Tetzchner . « Tout ce que nous construisons est au service de l’utilisateur. Nous n’avons pas d’investisseurs et leurs agendas pour dicter nos progrès. Il n’y a aucune stratégie de sortie et nous sommes ici pour rester. Tout ce que nous voulons est de donner aux gens un navigateur qu’ils sont fiers d’utiliser et que nous sommes fiers d’appeler Vivaldi », poursuit-il.Bien que je ne m’attendais pas grand-chose le concernant, après avoir testé Vivaldi par moi-même, il faut dire que la seule chose qui ne m’a pas impressionné était la position de Bing comme moteur de recherche par défaut. Tout le reste était très ergonomique, rapide et moins consommateur que ses rivaux.

L’année dernière, Microsoft a déployé une fonctionnalité qui permet aux propriétaires de la Xbox One de streamer les jeux de leur console sur un ordinateur sous Windows 10 connecté sur le même réseau, vous permettant de jouer à des jeux dans toutes les pièces de la maison.Maintenant, Sony lance une fonctionnalité de streaming pour les propriétaires de la PlayStation 4. Elle est nommée Remote Play, et elle fonctionne avec les ordinateurs Mac ou Windows exécutant OS X 10.10 ou une version ultérieure, ou Windows 8.1 ou une version ultérieure.Remote Play fait partie de la mise à jour logicielle PlayStation 3.50 qui est poussée aux utilisateurs dès aujourd’hui. Après l’installation de la mise à jour 3.50 sur la console, les joueurs doivent télécharger l’application Sony Remote Play Installer afin de mettre en place un PC connecté pour PlayStation 4 streaming logiciel. Le procédé nécessite également une manette DualShock 4, qui doit être connecté à l’ordinateur hôte par un câble USB.Cette fonctionnalité permettra aux utilisateurs de streamer des jeux à des résolutions en 360p, 540p ou 720p à 30 ou 60 images par seconde. Vous devrez donc connecter une manette DualShock 4 à votre ordinateur pour jouer à des jeux, puisque les titres de la PS4 ne sont pas conçus pour le clavier et la souris.

Battery for Toshiba PA3729U-1BAS

Hollywood studios have always limited distribution to a local country inside the EU, believing they can get more money by licensing movies exclusively in each territory.This was the perfect trigger for 21st Century Fox, which owns programming assets in the US, India and Australia, as well as the UK. Since the European Commission made this order, Sky, 39 per cent controlled by 21st Century Fox, has moved to sell service to British viewers who live overseas within Europe, and has pushed its Now TV service in Spain, but only in English for the many UK viewers there who have watched Sky with impunity, from the satellite feed by buying access in the UK and taking their decryption card to Spain.Now that activity has been legitimized, and Sky is on a global quest to grow its OTT businesses as broadly as possible in a pre-emptive strike on local pay TV businesses.It had already helped fund iFlix in May 2015 with a $45m investment to chase Asia Pacific SVoD domination, in partnership with the Catcha Group and Philippine Long Distance Telephone Company and iFlix has tied up deals with Hollywood and most of the local telcos to push into markets ahead of Netflix.And in September it bought into French OTT service Molotov for $4.5m, which might help with the marketing of its News services to French speakers, contained in this announcement.Sky’s European prowess currently spans the UK, Ireland, Germany, Italy and Austria, but previously it had no presence in France or Spain; aside from its loyal legion of expats with huge satellite dishes and those getting Now TV via a VPN.

Back in October Cisco moved to take control of the 1Mainstream assets, just a few months after Sky had put its last tranche of cash into the fledgling OTT start up and it looks now like Sky saw the chance to take control of its underlying OTT technology by partnering with one of its all-time favorite technology firms.Remember Cisco bought NDS for $5.0bn in 2013, a company which had been hived off only a year earlier from 21st Century Networks, and which originally had its relationship with Sky in the UK, managing encryption for it.Cisco bought 1Mainstream in October last year, not only to please Sky, but also because it needed a more flexible, more recently written, end to end OTT system.1Mainstream has always written pure iOS, Android and TV apps, and has existing DRM relationships with Widevine and PlayReady, and already plugs into multiple CDNs. It comes with its own subscriber management and entitlements databases, and offers an online promotions system and its own CMS based analytics engine. In the past, it has worked with Envivio encoders although Sky is now pretty much exclusively Elemental, and it uses the Wowza streaming engine, and offers support for the Freewheel programmatic advertising system.

1 Mainstream was acquired by Cisco alongside (in the same week) ParStream, a big data analytics firm, and Lancope, a cloud security firm, but we’re not sure if either of those are significant to OTT delivery.Prices of the OnPrime services vary from the lowest at around £8.99 ($11.50) in Hindi, to £17.99 ($22.75) and each come with a free month trial. We suspect now that Sky will partner with local MNOs and operators to do the marketing on these, in operator partnerships right the way across Europe and even beyond. It is even possible that Sky could engineer their sale in the US, although we imagine that such a move would come directly from Fox.In the meantime, the UK’s BBC has teamed up with the UK independent broadcaster, ITV to bring a British based service to US viewers, based on much the same logic. They are calling it Brit-Box, and it is advertising-free, paid SVoD, which will launch early next year. AMC Networks, which operates BBC America in the US, as a joint venture with BBC Worldwide, is likely to take the lead in bringing this to US viewers. BritBox will make British TV available as soon as 24 hours after being first broadcast in the UK.

On-call Welcome again to On-Call, our weekly column in which we recount readers' tales of jobs gone wrong, often at times or for reasons that are just plain wrong.This week, meet “Aaron”, who once worked for a construction company he says “didn't need in-house IT but had delusions of grandeur and so employed me.”The company had just one server and about 30 users. Aaron says “most were former builders and mostly clueless when it came to technology.”“One such user had climbed the ranks from bricklayer to contract manager and was constantly finding fault with IT where there was none. Then one day he came in to the office declaring that he could solve all of his problems. He had seen something on TV that he claimed would make him much more efficient.”“Said item was the IBM Transnote, which our very own Lucy Sherriff covered at the time of its launch in the year 2001.

It has a digital notepad attached, for making handwritten notes. IBM says that the digital pad can be used to fill in customised forms so will be marketed at industries where there is a lot of form filing - for example, insurance firms. "Anywhere where there is a lot of duplication," an IBM spokeswoman said. Lucy quoted the price of the machine at £2,059. Aaron remembers that price tag as rather excessive at the time, so when the chap asked for one “I laughed and said that there was no chance of us purchasing this for him.”But this user had leverage and “the call came from above that he absolutely needed this and we were to order it in immediately.” So Aaron swapped it for his perfectly functional laptop and got on with other things.Until a couple of months later when “the magical machine was placed before me with the claim that it was faulty and its fan must be broken as it was so noisy.” Aaron was pretty sure the user just couldn't figure out how to work IBM's magic digital notepad, but assured the user he would take a look at it immediately.Two weeks later Aaron told the user he'd sent the machine to IBM for repairs. But it was really still on the shelf.

But the many disadvantages of the Tandy 200 included slow operation, a liquid crystal screen that was hard to see, and minimal storage capacity. Articles which had not yet been used by the paper - and could therefore still go astray - had to be deleted to make room for the next one.It was tempting, then, to contemplate the next generation of portables. They had virtually limitless memory compared with the Tandy, their backlit screens were easy on the eye and they ran much faster. But they were power-hungry: they had hard disks and built-in fans to keep the works cool, not to mention fancy software such as Windows. They needed heavy nickel-cadmium battery packs, but could not do without mains power for long.If you avoided using the hard disk too often, and switched off the machine while you thought, a battery pack could last four hours. That might seem plenty of time to finish one's work, but it was never that simple.Unless nickel-cadmium batteries are charged up fully, then drained fully, they lose their ability to retain any charge at all. Short of carrying a battery charger and spare packs, the peripatetic computer-user sooner or later has to use the mains to power the machine in the middle of a work session, with the kind of consequences described above.

Batterie pour ACER AP13D7F

Dernier point, Kevin Wen, président de D-Link Europe, signale que « les produits 3G de D-Link peuvent être utilisés avec n’importe quelle carte SIM, indépendamment de l’opérateur ».La firme Apple annonce mettre en ligne une nouvelle mise à jour pour ses produits mobiles. Baptisé 3.1.3, le Patch corrige certains bugs rencontrés par les utilisateurs.Au sommaire des corrections apportées, le problème d’affichage du niveau réel de la batterie sur les iPhone 3GS. Il était courant que le niveau de charge ne corresponde pas exactement à l’état de la batterie.

Autres bugs corrigés, celui qui pouvait parfois empêcher les applications tierces de démarrer mais les développeurs de chez Apple ont tenu à corriger une faille qui pouvait entraîner un plantage de certaines applications en cas d’utilisation du clavier virtuel en mode japonais Kana (écriture différente du traditionnel Kanji).Concernant le déploiement de la mise à jour, il suffit de brancher son iPhone ou iPod à son poste de travail qu’il soit Mac ou PC. Via iTunes, la mise à jour devrait se télécharger afin d’installer les composants nécessaires. Pour autant, à l’heure de l’écriture de ces lignes, la mise à jour rencontre quelques problèmes de charges sur certains postes. Un contretemps probablement dû à l’affluence des demandes de mises à jour. Comme souvent avec les mises à jour de l’iPhone.

 

Dell vient de lancer deux nouveaux ordinateurs portables, dédiés à des marchés opposés : d’un côté nous trouvons un produit très léger, le Latitude 13, et de l’autre une station de travail mobile puissante, la Precision M6500. Ces deux notebooks nous ont été présentés par Franck Bernard, responsable portables professionnels chez Dell France.« Le Latitude 13 est avant tout un produit professionnel, robuste et design. Il réduit l’écart de prix constaté entre les ultraportables professionnels précédents et les CULV [Consumer Ultra-Low Voltage,NDLR] actuellement disponibles sur le marché. L’accueil de la part de nos clients est excellent. »

Épaisseur de 16,5 mm, poids de 1,5 kg, dessus du châssis en aluminium, écran de 13,3 pouces proposant une résolution de 1366 x 768 points; cet ultraportable à de quoi séduire. Il est aussi très professionnel : processeur Intel ULV, gestion à distance, module TPM en option, disque dur classique, disque dur avec puce de chiffrement ou volume flash et large choix de systèmes d’exploitation (Windows XP, Windows Vista, Windows 7 et Ubuntu Linux).

 

Une belle machine, dont l’autonomie est comprise entre quatre heures trente minutes et cinq heures. Notez que l’unité de stockage optique est externe.« Nous passons de la belle à la bête. L’ordinateur portable Precision M6500 se veut une référence pour les ingénieurs et les designers. Il sera également très apprécié par les télétravailleurs. Cenotebookest conçu avec des technologies issues des PC fixes. Il intègre exclusivement des processeurs Intel Core i5 ou Core i7 et il sera possible d’ajouter jusqu’à 16 Go de mémoire vive(NDLR, quatre emplacements sont disponibles). »L’affichage est confié à un écran de 17 pouces HD (1440 x 900 points) ou Full HD (1920 x 1200 points). Les infographistes apprécieront son gamut de 100 %. Cette dalle est pilotée par des cartes graphiques disposant de 1 Go de mémoire dédiée : NVIDIA Quadro FX 2800M, NVIDIA Quadro FX 3800M ou ATI FirePro M7740. Côté stockage, vous pourrez installer deux disques durs 2,5 pouces (configurables en Raid !) et même un SSD complémentaire. Enfin, l’offre en terme de systèmes d’exploitation est pléthorique : Windows XP (via un downgrade) Windows Vista 32 bits ou 64 bits, Windows 7 32 bits ou 64 bits et la Red Hat Enterprise Linux 64 bits.

Le tout pèse 3,8 kg et proposera une autonomie limitée (mais une station de travail mobile n’est pas conçue dans ce but).« Le Dell Precision M6500 est livré avec la technologie Latitude On. Un processeur ARM permet d’utiliser la machine pour des tâches de base, avec une bonne autonomie sur batterie… limitée toutefois par la consommation de l’écran. En plus d’outils d’accès au web, Latitude On est livré avec des clients VMware et Citrix. Le M6500 pourra ainsi se transformer enthin client. »Notez que Latitude On est accessible au démarrage de la machine, mais aussi lorsque le système d’exploitation principal est en veille. Les OS de type « instant on » utilisant le processeur principal (par exemple, Latitude On Flash) ne proposent pas cette fonctionnalité.Les Dell Latitude 13 et Dell Precision M6500 seront disponibles courant février. Leurs tarifs restent à préciser. Ils devraient se situer entre 500 et 800 euros HT selon la configuration, pour le Latitude 13, et autour de 2000 euros pour le Precision M650.

Selon la firme chinoise Shenzhen Great Long Brother Industrial, l’iPad d’Apple ne serait qu’un clone de son produit, le tablet P88. Après l’accusation de plagiat du terme « iPad », Apple subit un feu nourri.La « tradition » veut que certaines entreprises chinoises clonent certains appareils tels que l’iPhone ou des téléphones Nokia pour le marché intérieur. Pour autant, cette fois la tendance semble s’inverser avec la plainte d’une société chinoise pour plagiat contre Apple.La firme Shenzhen Great Long Brother Industrial explique avoir déjà déposé un brevet de son tablet P88 en mai dernier. Un tablet déjà présenté voilà 6 mois et au design très proche de l ‘iPad d’Apple. Interrogé parLeMonde.fr, un responsable de la société s’est exprimé : « Je ne comprends pas. Pourquoi ont-ils fait le même produit que nous ?»

ourtant, les deux appareils sont quelque peu différents. Disque dur de 160 gigas côté chinois contre disque Flash

 

SSD (64 Go maximum), présence de ports USB, processeur plus puissant, utilisation de Windows et une batterie de moindre qualité (une heure et demie contre dix heures pour le modèle d’Apple). Reste à savoir ce que va donner une éventuelle action en justice. De l’aveu même des responsables chinois, une action sur le sol américain sera plus que difficile.Pour autant, Apple a toujours maille à partir avec certaines entreprises. L’iPad est déjà dans la ligne de mire de STmicroelectronics qui revendique le nom d’iPad. Une propriété également revendiquée par Fujitsu. Le constructeur japonais commercialise un produit sous la marque « iPAD » depuis 2002 aux Etats-Unis. Un terminal numérique portable pour les commerces, destiné à faciliter la consultation des prix d’un magasin.Apple doit répondre avant le 28 février s’il s’oppose à la demande d’enregistrement du nom par Fujitsu. La firme japonaise n’aurait pas encore décidé si elle compte lancer une action en justice contre Apple. Un choix qui pourrait dépendre de la popularité de l’ iPad…

L’iPad profite des atouts d’un iPod Touch pour proposer la lecture de livres numériques. Reste à savoir s’il existe une place sur le marché. Les analystes sont partagés sur la question.La presse a plus que relaté la sortie de l ‘ardoise tactile d’Apple, l’ iPad. Pour autant, l’appareil doté d’un écran 9.7″, d’une autonomie de 10h et d’un poids d’environ 700 g (selon les configurations) a-t-il un avenir dans le secteur des contenus numériques, plus particulièrement, les livres électroniques? Point de vue d’iSuppli et de Forrester.Proposé au tarif de 499 dollars sous sa version d’entrée de gamme, l’ ardoise dévoilée hier par Steve Jobs nourrit les interrogations des observateurs. ISuppli se pose ainsi la question de savoir si l’arrivée de l’iPad va provoquer un changement des règles comme celles que l’informatique a connu avec l’arrivée de l’Apple II, du Macintosh, de l’Ipod ou de l’iPhone. Plus précisément, l’iPad est-il une révolution ?

<<prev | 最新 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 最初 | next>>
カレンダー
<< 09 月 >>
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
最近の記事
フォトアーカイブ