http://www.fr-batterie-portable.com

QRコード
カテゴリ
アクセスカウンタ
Total:27856
Today:5
Yesterday:422
<<prev | 最新 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 最初 | next>>
Batterie pour HP Compaq NC6120

De plus, la prochaine génération de Skype va vous aider à garder une trace de vos conversations, en particulier sur les mobiles. Par exemple, tout en discutant avec un ami, Cortana peut souligner des mots-clés relatifs à des personnes ou des entreprises. Vous pouvez cliquer sur ces derniers pour obtenir plus d’informations.Mais ce n’est pas tout. Skype est maintenant disponible pour le casque HoloLens. Cela pourrait être très utile pour montrer à un ami une nouvelle maison, obtenir de l’aide sur une tâche, et bien d’autres possibilités.Les bots apparaîtront sur les applications Windows, iOS et Android de Skype, bien que l’on ne sache pas exactement quelles fonctionnalités seront disponibles au lancement. Les développeurs auront également accès à un SDK. D’ailleurs, ces derniers sont encouragés à intégrer le bot de Microsoft dans leurs applications, augmentant ainsi la portée des applications supportées dans un proche avenir. À l’heure actuelle, on ne connait pas les partenariats que Microsoft a réalisés.Microsoft vient d’arriver dans une nouvelle étape dans la construction de sa technologie holographique, les HoloLens. Annoncé lors de la Microsoft Build 2016 à San Francisco, Alex Kipman, de Microsoft, a indiqué qu’un modèle HoloLens serait expédié aujourd’hui à tous les développeurs.

Le Developer Kit, qui a été annoncé le mois dernier, coûte actuellement la lourde note de 3 000 dollars.Outre l’expédition des premiers HoloLens aux développeurs, Microsoft a publié son outil nommé « Galaxy Explorer », à la fois sur le Windows Store et Github. Ainsi, les développeurs qui sont intéressés pour développer de nouveaux concepts, que ce soit pour la cartographie spatiale ou la gestuelle, peuvent récupérer le code source, et comprendre comment faire pour développer une application pour les HoloLens.Afin de faire décoller son projet, Microsoft a signé quelques partenariats pour les HoloLens, avec notamment Lowe, Stryker, Audi ou encore la NASA. Peut-être que le plus impressionnant est le potentiel des HoloLens en dehors du jeu et du divertissement. En fait, Microsoft a invité deux médecins sur scène juste pour montrer comment le dispositif peut être utilisé pour « enseigner la médecine ». En effet, la capacité de réaliser des expériences dans les salles d’opération pourrait bien être un must-have dans de telles situations.

Build 2016 : Microsoft commence à expédier ses HoloLens aux développeurs Bien que le développement soit en cours, ne vous attendez pas à avoir un casque HoloLens dans vos mains de sitôt. Ceci est la première étape d’une route, qui va s’avérer très longue !Eh bien, voici une annonce que nous n’avions pas vu venir, et ce malgré les différentes fuites entourant Windows 10, et sa future itération connue jusqu’ici sous le nom de code Redstone, mais depuis quelques minutes comme l’Anniversary Update (qui sera disponible cet été).Annoncé par Microsoft à la BUILD 2016 aujourd’hui, le géant de Redmond apporte le très célèbre Bash shell du projet GNU pour Windows 10. Bash, acronyme de Bourne-Again shell, est depuis longtemps un standard sur de nombreux systèmes de distribution Linux et OS X, tandis que le terminal par défaut pour les développeurs sur Windows a été le propre Microsoft PowerShell. Évidemment, pour de nombreux développeurs, cela a été un véritable manque — bien qu’il a été porté sous Microsoft Windows par le projet Cygwin, cela restait une émulation.Plus important encore que de pousser le bash dans Windows, les développeurs vont également être en mesure d’écrire leurs scripts Bash.sh sur Windows (ou utiliser emacs pour modifier leur code). Microsoft a noté que cela va fonctionner grâce à un nouveau sous-système Linux sous Windows 10, sur lequel Microsoft a travaillé avec Canonical.

L’idée ici est clairement de positionner Windows 10 comme un meilleur système d’exploitation pour les développeurs qui veulent cibler d’autres plates-formes en dehors du propre écosystème Microsoft. En vertu de son nouveau PDG, Satya Nadella, la société a rapidement adopté l’idée de vouloir cibler tous les développeurs et les plates-formes — pas seulement son propre écosystème.En effet, voir Microsoft se rapprocher d’un système d’exploitation rival comme Linux était impensable il y a seulement quelques années. Aujourd’hui, la société a fait tomber les frontières, et propose désormais le support de Linux sur Azure, tout en ouvrant le code source de nombreuses de ses technologies. Et, la firme va jusqu’à proposer sa très célèbre plate-forme SQL Server sous Linux.Malheureusement, il faudra patienter pour en profiter. Le Bash arrivera dans le cadre de la Windows 10 Anniversary Update cet été. Néanmoins, rassurez-vous, elle sera disponible à tous les membres du programme Windows Insider avant cela.Microsoft a annoncé aujourd’hui la prochaine mise à jour majeure de Windows 10 lors de sa conférence dédiée aux développeurs, la BUILD 2016, à San Francisco. La « Windows 10 Anniversary Update » est prévue d’arriver vous l’avez deviné — pour l’anniversaire des un an du lancement de Windows 10, soit au plus tard cet été. Pour rappel, Windows 10 a été lancé le 29 juillet, de sorte que ce sera probablement la date de sortie de l’OS.

Baptisée Redstone, et maintenant simplement nommée « Anniversary Update », la version comprend plusieurs nouvelles fonctionnalités pour rendre le système d’exploitation plus puissant qu’auparavant, ainsi que de nombreux commentaires de la part des utilisateurs.Bien sûr, beaucoup de nouvelles fonctionnalités ont été, et seront poussées aux membres du programme Windows Insider avant la date de lancement. En effet, la plupart d’entre eux vont commencer à être poussés aujourd’hui, de sorte que nous devrions rapidement savoir ce que Microsoft souhaite pousser dans les mains des consommateurs dans un proche avenir. La mise à jour, tout comme les previews avant elles, sera disponible gratuitement et arrivera sur tous les périphériques Windows, y compris la Xbox One et le fameux casque HoloLens de la firme de Redmond.BUILD 2016 : Microsoft annonce Windows 10 Anniversary Update pour cet été Microsoft indique qu’elle offrira de nouvelles fonctionnalités pour sa fonctionnalité Windows Hello, Cortana et d’autres parties du système d’exploitation. Microsoft a également vanté l’authentification biométrique, et qu’avec la « Anniversary Update », les utilisateurs seront en mesure d’utiliser Windows Hello pour vous connecter à certaines applications.Microsoft a grandement amélioré le support du stylet. Il y a un nouvel « Ink Center » auquel vous pouvez facilement accéder à chaque fois à l’aide d’un stylet. Il comprend un Sticky Notes amélioré, qui peut maintenant automatiquement reconnaître votre écriture et vos notes et les liens hypertextes avec des informations importantes. Par exemple, vous pouvez créer des rappels pour Cortana depuis vos notes, ou rechercher des adresses que vous avez écrites à la main.

BUILD 2016 : Microsoft annonce Windows 10 Anniversary Update pour cet été Puisque Microsoft a opté pour des mises à jour régulières, ces mises à jour majeures ressemblent presque à un anachronisme. Mais, avec une telle sortie prématurée, cela permet à Microsoft de mieux cerner les attentes des utilisateurs, et surtout sortir une version de Windows 10 qui sera stable.En adoptant une telle approche, Microsoft se rapproche des mises à jour annuelles poussées pour OS X de la part d’Apple, et pourrait aider à affiner le système d’exploitation au lieu d’avoir à radicalement le changer tous les ans.Au cours de sa durée de vie, WordPress a évolué en partant d’une simple plate-forme de blogging, en un système de gestion de contenu avancé et complet. Aujourd’hui, la plate-forme représente 25 % de tous les sites à l’échelle mondiale, et environ 50 000 d’entre eux sont quotidiennement ajoutés. WordPress pourrait être le CMS le plus populaire dans le monde.La plupart d’entre nous ont un ou plusieurs sites WordPress, et presque tout le monde gère ses sites un par un sur leurs emplacements respectifs en ligne. Si vous avez seulement un ou deux sites WordPress, cela pourrait être tenable. Mais, si vous en avez plus d’une douzaine, vous avez besoin d’une meilleure façon de gérer l’ensemble de vos sites.

Batterie pour lenovo IdeaPad Z570

Au cours des dix dernières années, l’informatique a été divisée en deux camps : Windows, et tout le reste avec un suffixe *nix. Vous voulez un paradigme informatique où tout est fichier ? C’est Linux. Vous voulez facilement exécuter un script shell depuis une ligne de commande ? Linux. Vous voulez un registre et voir des dollars ? Ce sera Windows. Vous voulez exécuter des applications plus professionnelles pour le design et l’ingénierie ? Malheureusement, c’est également Windows.*nix existe depuis longtemps, et a été sur les 500 premiers supercalculateurs dans le monde. Il est l’environnement de prédilection pour de nombreux développeurs non-Windows. Pourtant, Windows est le système d’exploitation le plus populaire. Le fossé entre Windows et *nix n’est pas tellement une rivalité, d’autant que les gens qui se réfugient derrière Microsoft vous le diront. C’est juste que l’informatique a évolué. Mais, cette grande fracture dans le monde de l’informatique se referme lentement.Si Microsoft a fortement axé Windows 10 pour les consommateurs au mois de juillet 2015, la firme de Redmond avait néanmoins des idées dans la tête pour la suite. En effet, il semblerait que Microsoft veut vraiment que les développeurs utilisent Windows 10 pour créer des applications… et pas seulement des apps Windows.

La société positionne son OS comme une solution alternative à tous les environnements de développement actuels, afin que les développeurs puissent travailler sur des applications Web, des applications mobiles et des applications pour toutes les plates-formes. Et, Microsoft reconnaît que certains développeurs préfèrent utiliser d’autres systèmes d’exploitation, tel que Linux ou OS X.Ainsi, lors de sa Build 2016, la société a annoncé un partenariat avec Canonical pour apporter un sous-système Ubuntu à Windows 10, vous permettant d’exécuter le shell Bash sur Windows 10. Microsoft précise que cela est complètement open source, et permet de disposer des outils de ligne de commande sur Windows, y compris les éditeurs de texte comme Emacs. Bash sera disponible en téléchargement à partir du Windows Store. Est-ce que cela signifie que vous serez en mesure d’exécuter d’autres applications Ubuntu ? Un certain nombre d’outils de ligne de commande sont disponibles, mais il est un peu difficile de savoir si vous serez en mesure d’utiliser des applications de bureau à part entière. Néanmoins, ce développement pourrait aider certaines personnes qui veulent utiliser des outils Linux de le faire sans avoir besoin d’installer Ubuntu ou d’autres systèmes d’exploitation GNU/Linux dans une machine virtuelle.

Dustin Kirkland, de Canonical, explique un peu plus en détail les tenants et aboutissants de ce « partenariat ». Les utilisateurs seront en mesure de taper « bash » dans le menu d’accueil de Windows 10 pour ouvrir un terminal que les utilisateurs Ubuntu connaissent comme le /bin/bash.Le système dispose d’un support complet à certains outils d’Ubuntu, tels que ssh, grep, wget, curl, python, mysql, rubis, php, vim, et plus encore.Kirkland précise que le bash pour Windows 10 diffère des outils comme Cygwin, car c’est plus qu’un ensemble d’outils qui ont été recompilés pour fonctionner sur Windows. Au lieu de cela, le sous-système Ubuntu est disponible, ce qui en fait une véritable couche d’émulation. C’est un peu l’opposé de WINE, qui vous permet d’exécuter quelques applications Windows sur Linux.Dans le cas de Windows 10, les appels au système Linux sont convertis en temps réel en appels Windows, vous permettant d’exécuter certaines applications Ubuntu sur Windows sans apporter de modifications à celles-ci. Actuellement, les outils sont basés sur Ubuntu 14.04, mais bientôt tout sera mis à jour pour Ubuntu 16.04.

Ce n’est pas un euphémisme de dire que c’est le développement le plus important dans les systèmes d’exploitation au cours des dix dernières années. Durant la dernière décennie, tous les développeurs qui ne sont pas axés sur du développement Windows ont opté pour un MacBook (à moindre mesure un ordinateur sous Linux) pour la seule raison d’avoir BSD sous le capot. Si vous recherchez une raison pour laquelle Apple est populaire auprès des développeurs, c’est tout simplement que l’on retrouve une couche Unix sous le capot. Cette annonce de Microsoft change tout !Build 2016 : le Bash peut-il attirer les développeurs sur Windows 10 ? Est-ce que cela va permettre à Windows 10 d’être une alternative plus attrayante à OS X pour le développement d’applications cross-plate-forme ? Fort probable. Reste maintenant à Microsoft de bien communiquer dessus, et nous verrons dans quelques mois si la tendance s’inverse. Quoi qu’il en soit, je dois dire que cette annonce m’a fortement réjoui, et j’attends avec impatience de pouvoir le tester.Skype a longtemps été l’application de chat préférée, en particulier pour les utilisateurs de Windows. Cependant, l’application est sur le point de devenir beaucoup plus intelligente.

Vous allez bientôt être en mesure d’utiliser Skype pour planifier des voyages, des événements dans votre agenda, effectuer des achats dans une boutique, simplement en discutant avec Cortana. Au cours de sa conférence Build 2016, Microsoft a démontré comment les utilisateurs de Skype pourront commencer une conversation avec Cortana et avancer sur certaines choses, tout en restant sur le populaire service de messagerie. Autrement dit, la prochaine génération de Skype va embarquer un certain nombre de fonctionnalités intelligentes qui sont alimentées par l’intelligence artificielle.« Cortana va interagir avec un bot tiers », a indiqué Lilian Rincon, responsable du programme de Skype. Dans les grandes lignes, Skype va savoir quel est l’entreprise ou le service auquel vous voulez parler, grâce à un nouveau bot dans votre chat. Ce dernier va vous aider avant de disparaître lorsque vous en avez plus besoin.Les nouvelles fonctionnalités rappellent fortement ce que Facebook fait avec Messenger. Le but est de permettre à des tiers de construire des robots qui peuvent aider leurs clients à travers le système de chat. Facebook a également un assistant, nommé M, qui peut intervenir en plein milieu d’une conversation pour gérer les interactions avec les tiers. Contrairement à Cortana, Facebook fait parfois appelle aux « humains » pour apporter une réponse adéquate.En plus de discuter avec des bots, Rincon a également déclaré que Skype va améliorer l’expérience vidéo. « Nous allons également apporter de l’intelligence dans la vidéo en temps réel », dit-elle.

Batterie pour Fujitsu LifeBook SH761

Mais, tandis que la voix de Google est assez facile à comprendre, cette dernière avait encore un ton un peu robotique.Cependant, la semaine dernière, certains utilisateurs ont remarqué que la voix de Google Recherche a commencé à être un peu plus humain. Et, il se trouve qu’il y a une bonne raison à cela : Google a travaillé pour construire une meilleure voix pour son application de recherche. Les Googlers, Nat et Lo, ont produit des courts métrages documentaires de certaines des choses qui se passent dans les coulisses de Google, et leur dernière vidéo permet de jeter un coup d’œil, et surtout d’entendre, la nouvelle voix de Google (vous ne verrez pas son visage en revanche).En un mot, Google a enregistré une nouvelle voix pour toutes les réponses apportées aux recherches sur Google, impliquant l’enregistrement de milliers de phrases. Certaines de ces phrases sont lues dans leur intégralité lorsque vous demandez à l’application Google de faire quelque chose de commun, comme envoyer un SMS. Mais, le but est d’enregistrer assez de contenu afin que les différents sons puissent être assemblés selon les besoins.L’une des principales différences entre la nouvelle voix et celle assez robotisée est que Google a apporté une attention toute particulière à la prosodie et l’intonation, ce qui signifie que la nouvelle voix est bien meilleure dans le ton, la tonalité, l’intonation, l’accent, la modulation qu’elle donne.

Microsoft a lancé sa conférence dédiée aux développeurs à San Francisco avec un accent sur Windows 10, les robots, et des outils de développement, mais quelque chose manquait : Windows Phone. En effet, tous ceux qui ont suivi la keynote d’ouverture de la Build 2016 auront probablement remarqué que Windows 10 Mobile a été à peine mentionné. Hormis une simple démo de Skype sur un Windows Phone, cela a été la seule fois où un smartphone fonctionnant sous Windows 10 Mobile est apparu pendant plus de quelques secondes – la firme préférant axer son discours sur Windows 10 pour Xbox et le HoloLens.Maintenant, Microsoft a précisé que le système d’exploitation mobile sera peu abordé durant les sessions de cette Build. Cependant, il y a une lueur d’espoir que l’OS mobile ne soit pas totalement délaissé.Comment le chef de Windows, Terry Myerson, l’a mentionné dans l’heure de questions accordée aux journalistes, Windows 10 Mobile se retrouve reléguer en second plan dans la hiérarchie des priorités du géant de Redmond. En effet, Microsoft veut d’abord concentrer l’attention de nombreux développeurs de logiciels là où l’on retrouve le plus grand nombre de périphériques Windows, à savoir les ordinateurs de bureau, et les tablettes.

Dans une interview accordée à The Verge, Myerson a indiqué que si la firme continue à être pleinement engagé dans les petits écrans de quatre pouces, Windows 10 Mobile est seulement une « partie de la famille, mais n’est pas le noyau » de ce que Microsoft veut voir en 2016, préférant cibler les développeurs vers d’autres axes. C’est tout à fait logique que Windows ne s’intéresse pas forcément au premier abord aux smartphones, puisque c’est un « point faible » pour Microsoft dans la recherche d’une position de leadership.Si la stratégie de la firme est d’atteindre le plus grand nombre de clients, Windows Phone (ou Windows 10 Mobile si vous préférez) est clairement la mauvaise façon d’y parvenir, et Myerson semble honnête sur ce point. Toute personne qui veut atteindre le maximum de client doit le faire en fonction du nombre d’appareils déjà sur le marché. Et, les écrans de 9 à 30 pouces sont clairement ceux qui inondent le marché à ce jour, à contrario de ceux de moins de 6 pouces. Cependant, toute personne qui veut mettre en œuvre de nouvelles et passionnantes choses doit attirer son attention sur la Xbox ou encore le casque HoloLens.

Néanmoins, bien que le « fer-de-lance » dans l’arsenal de Microsoft ne soit pas les smartphones, cela ne signifie pas que la firme va abandonner la partie mobile de son OS. Ce n’est tout simplement pas une priorité pour cette année. « Nous avons des choses cool pour les smartphones », a annoncé le patron de Windows, tout en restant assez vagues sur ce que la firme a dans ses cartons. Il y a quelques mois, Microsoft avait elle-même attiré l’attention sur ce secteur lorsqu’elle avait fait venir une horde de journalistes au siège de l’équipe Surface, et que certains fraisages de châssis métalliques sur les lignes de production laissaient penser qu’elle travaillait sur un smartphone.Puisque Windows 10 Mobile devrait passer à « Redstone » — ou le soi-disant « Anniversary Update » qui est le nom de la prochaine mise à jour majeure — des changements sont attendus, comme l’a laissé entendre un employé espagnol de Microsoft, sur Twitter. Il a mentionné qu’un autre événement concernant Windows Mobile se tiendra plus tard.Alors que Microsoft a tenté de rallier les développeurs à sa cause de multiples façons lors de sa Build 2016, Apple a profité de ce moment pour annoncer une nouvelle étape dans le domaine du développement Web, avec le lancement d’une nouvelle version de son navigateur Web Safari, conçu spécifiquement pour les développeurs.

Nommé Safari Technology Preview, la compagnie précise que ce navigateur permettra aux développeurs d’obtenir un premier aperçu des technologies Web à venir dans OS X et iOS, notamment en ce qui concerne les dernières technologies de mise en page, d’effets visuels, et d’autres outils de développement.L’idée est de permettre aux développeurs de facilement mettre la main sur ces technologies, et d’être en mesure d’expérimenter, puis offrir une rétroaction à Apple plus tôt, afin que l’entreprise puisse apporter les améliorations nécessaires.Bien sûr, Apple a depuis longtemps offert des nightly builds de WebKit, le moteur open source du navigateur qui aujourd’hui fonctionne sur des centaines de millions d’appareils. Cependant, pour avoir accès à ces builds cela demande un peu plus d’efforts que simplement utiliser le nouveau navigateur Safari Technology Preview. Au lieu de cela, avec le nouveau navigateur, ses mises à jour sont distribuées toutes les deux semaines par le biais du mécanisme d’une mise à jour logicielle du Mac App Store. Cela signifie moins de tracas pour lancer un navigateur qui intègre les dernières technologies Web, que ce soit

De plus, le navigateur permet aux développeurs d’accéder aux dernières versions de l’inspecteur Web et du mode responsive design — ce dernier est utilisé pour aider les développeurs à créer des sites Web qui fonctionnent à travers de multiples dispositifs, de l’ordinateur de bureau au mobile.L’autre avantage de cette version de Safari offre par rapport aux nightly builds est qu’il est signé et validé par Apple, et fonctionne avec iCloud. En fait, le manque de support à iCloud a été un réel manque pour les développeurs Web qui voulaient utiliser une version nightly comme navigateur principal. Maintenant, ils auront une autre option, tout en étant en mesure d’utiliser leurs signets, d’accéder à leur liste de lecture et d’accéder aux onglets qu’ils ont ouverts sur d’autres appareils.En outre, Safari Technology Preview est une application autonome, ce qui signifie qu’elle peut fonctionner côte à côte avec la version « standard » de Safari, facilitant le passage de l’un à l’autre. Pour les différencier, la version Technology Preview aura une icône pourpre.

Batterie pour toshiba Tecra R840

Depuis un certain temps maintenant, les Chromebooks de Google ont été vendus comme une alternative abordable aux plus chers PC sous Windows. Simpliste par la conception, ils ont toujours sembler cibler ceux qui sont moins familiers avec les tenants et les aboutissants d’un système d’exploitation de bureau approprié.En conséquence, lorsque Google a lancé sa première génération de Chromebook Pixel en 2013, beaucoup ont été déconcertés par le prix d’entrée des 1 300 dollars. Bien sûr, maintenant il est plus abordable puisque vous allez pouvoir l’acheter pour la « modique » somme de 999 dollars, mais quand même, il n’a rien avoir avec ce que l’on retrouve aujourd’hui sur le marché dans la même gamme de prix. Mais, il semble qu’une version mise à niveau du Chromebook Pixel plus robuste soit sur le point de voir le jour.Ces nouvelles informations émanent de Jacob Gwiazdzinski qui a découvert un fil de discussions autour de Chromium OS de Google, le nom de code « chell », qui semble être un modèle de Chromebook Pixel de nouvelle génération, où l’on va retrouver la bande de LED — un composant phare dans chaque dispositif Pixel commercialisé à ce jour.

Du côté des spécifications, le périphérique connu sous le nom de code « shell » dispose d’une impressionnante quantité de 16 Go de mémoire vive (RAM), un processeur Intel Skylake, et un clavier rétroéclairé.Bien que tout cela semble tout à fait fascinant, ce qui est plus intéressant est la question de savoir si oui ou non ce Chromebook Pixel offrira quelque chose d’un peu plus appétissant qu’un système d’exploitation complet basé autour d’un navigateur Web. Cela est particulièrement intéressant après les innombrables rumeurs suggérant une convergence entre Android et Chrome OS.Si ces informations sont authentiques, un Chromebook vendu plus de 1 000 dollars pourrait finalement correspondre à la réelle valeur du produit. Mais là encore, tout dépend de ce que le système d’exploitation est, et comment il fonctionne sur un ordinateur portable classique. La Pixel C était un pas en avant pour dynamiser le marché du Chromebook de Google, mais n’a pas été exactement une solution portable idéale en soit.Le nouvel iPhone SE de 4 pouces d’Apple est maintenant en vente. C’est donc une excellente nouvelle si vous avez envie de mettre la main sur le petit smartphone d’Apple. Si ce nouvel iPhone ne va pas réussir à convaincre tout le monde, il est une bénédiction pour les fans d’Apple qui ne veulent pas acheter l’un des plus grands modèles disponibles, à savoir l’iPhone 6, 6S, 6 Plus et 6 S Plus.

Comme vous avez pu le lire sur le BlogNT lors de son annonce, l’iPhone SE emprunte le même design, l’écran, la caméra face de 1,2 mégapixel et le capteur Touch ID que l’ancien iPhone 5S. Mais, il a été remis au goût du jour.Apple a également réussi à caser son processeur Apple A9, son coprocesseur de mouvement M9 et sa caméra iSight de 12 mégapixels que l’on a découverts sur l’iPhone 6S dans l’iPhone SE — lui donnant ainsi un petit coup de pouce par rapport au modèle qu’il remplace.Un autre « point fort » de cet iPhone SE est son prix. Bien qu’il ne soit pas le prix que l’on pourrait avoir sur un smartphone d’entrée ou de milieu de gamme sur Android, le nouveau smartphone d’Apple reste très abordable, comparé à ses modèles les plus chers.En effet, si vous optez pour un modèle nu, c’est-à-dire sans abonnement à un opérateur mobile, vous allez devoir débourser 489 euros pour le modèle de 16 Go, tandis que la variante de 64 Go vous coûtera 589 euros — je vous laisse vous faire votre propre idée si le prix est raisonnable ou non. À noter que si vous optez pour un achat chez un opérateur, le smartphone devrait être beaucoup plus abordable.

Outre l’iPhone SE, le nouvel iPad Pro dévoilé lors de la dernière keynote d’Apple est également en vente. Bien que cet iPad Pro de 9,7 pouces ait un certain coût, il est plus abordable que son homologue de 12,9 pouces. Disponible en différentes options, 32, 128 et 256 Go, la tablette est respectivement disponible pour 695, 875, et 1 055 euros, et un supplément de 150 euros si vous voulez un modèle équipé de la 4G.L’iPad Pro de 9,7 pouces offre des spécifications similaires à sa grande sœur, mais elle introduit une nouvelle technologie d’affichage True Tone pour ajuster dynamiquement la balance des blancs. La tablette dispose également d’une puce Apple A9X 64, une caméra iSight de 12 mégapixels pour prendre des Live Photos et capturer de la vidéo au format 4 K, une caméra FaceTime de 5 mégapixels, et un support pour les accessoires d’Apple — Apple Pencil, Apple Keyboard.Dans une annonce mêlée de cris de joie de la part de développeurs en furie lors de la Build 2016, Microsoft a introduit « Centennial ». Cette annonce faite aujourd’hui permet de dévoiler un important outil pour les développeurs Windows de la vieille école : l’App Converter Desktop.Fondamentalement, il transforme automatiquement les vielles applications Win32 et .NET en dans des applications modernes Universal Windows Platform qui peuvent fonctionner sur des appareils de différents facteurs de forme. En effet, la principale caractéristique de cette plate-forme UWP est de veiller à ce que l’expérience de l’application soit appropriée, indépendamment du fait que vous êtes sur un appareil mobile, un ordinateur, un dispositif semblable à une Surface, ou des périphériques sans écran, ou ayant un écran passif, le cas échéant.

Bien que l’outil ne va pas automatiquement et soudainement faire ressembler une application conçue pour Windows 98 en une application moderne avec un design flat, les développeurs plutôt « novices » auront beaucoup moins de travail pour rendre leurs applications compatibles avec les API Universal Windows Platforms — pour ne pas mentionner être listé sur le Windows Store.En effet, bien que l’outil simplifie le portage des vieilles applications Windows sur le Windows Store, les développeurs devront encore mettre les mains dans le cambouis pour optimiser la compatibilité. Pourtant, c’est une avancée notable pour rendre la Universal Windows Platform le principal moyen de développer des applications pour PC à l’avenir.Ce convertisseur devrait grandement accroître la disponibilité des applications dans le Windows Store. Dans la présentation de la Build, Microsoft a révélé avoir travaillé avec la très célèbre société développant la suite logicielle de comptabilité Sage, afin d’apporter son logiciel Sage 200 sur le Windows Store.Les applications de recherche de Google ont été en mesure d’écouter votre voix et de répondre à vos questions depuis des années. Vous voulez que le géant de la recherche vous guide vers votre prochain rendez-vous ? Google Maps peut lire les directions à haute voix pour vous. Vous vous demandez quelle est la météo de votre destination ? Demandez à Google Recherche, et l’application va vous la détailler.

Batterie pour Toshiba Dynabook TX/65C

Jusqu’ici, le navigateur Web de Microsoft, Internet Explorer, utilisait les listes de protection contre le tracking pour protéger votre vie privée lorsque vous naviguez sur le Web. Cette fonctionnalité permet aux utilisateurs de choisir les sites tiers qui peuvent recevoir ou non leurs informations, et les suivre en ligne. Lors de l’ajout d’un site à cette liste, les utilisateurs bloquent le contenu qui peuvent compromettre leur vie privée, ainsi que les ennuyeuses publicités incluses. Opera a quant à lui annoncé son bloqueur de publicités natif. Puisque le blocage des publicités a lieu au niveau du moteur, le processus est beaucoup plus rapide que lors de l’utilisation d’une extension du navigateur. Cette fonctionnalité est désactivée par défaut (car, après tout, l’Internet se développe sur les revenus publicitaires). Les utilisateurs ont simplement besoin de cliquer sur l’icône représentant un bouclier pour activer ou non le blocage des publicités pour un site dédié. Apple a introduit la possibilité d’installer des extensions dans Safari avec la sortie d’iOS 9. Les développeurs tiers sont désormais autorisés à développer et vendre des plug-ins pour le navigateur mobile sur l’App Store. Ce fut un énorme changement de la part d’Apple.

La suppression de la publicité dans l’expérience de navigation signifie un environnement potentiellement plus sûr, tout en consommant moins de données sur les appareils mobiles. Et bien sûr, les temps de chargement sont plus rapides. Bien que ne pas voir Microsoft Edge arriver avec un bloqueur de publicités puisse être un peu décevant pour certains, les bonnes nouvelles sont que les extensions pour le blocage de publicités arrivent. Nous allons probablement en entendre plus sur les extensions prochainement.Le 30 mars, lors de l’ouverture de la keynote Build 2016, le PDG de Microsoft, Satya Nadella a évoqué les « conversations comme une plate-forme ». Cela signifie que les conversations entre deux personnes ou plus, entre les personnes et les assistants numériques, et entre les personnes et les bots, qui sont des applications intelligentes où les humains peuvent converser avec.Finalement, cette plate-forme comprendra la communication entre les bots et des assistants numériques.Dans sa présentation, Nadella a également rappelé que Cortana est centré sur l’utilisateur, et non les appareils. Cela dit, Marcus Ash, de l’équipe Cortana, est monté sur scène et a révélé qu’un million de questions vocales sont ingurgitées quotidiennement par Cortana. Les bonnes nouvelles sont que l’assistant personnel de Microsoft recevra une mise à niveau « Anniversary Update » prévue cet été (aka Redstone 1), qui va notamment vous permettre de fonctionner plus étroitement avec Office.

En plus d’améliorer l’intégration d’Office, Cortana aura également la possibilité de suivre les détails de la géolocalisation sur les appareils compatibles Cortana. Ash a expliqué que Cortana va aussi compter sur une « équipe d’experts » qui sont essentiellement des apps fonctionnant dans l’écosystème Cortana. Ash a également partagé que la version de Cortana dans la mise à jour « Anniversary Update » sera disponible dans 13 pays cet été. Cependant, Cortana Developer Preview est disponible dès maintenant, afin que les développeurs puissent commencer à travailler avec les nouvelles fonctionnalités.Dans la présentation de Skype, Cortana va également jouer un rôle majeur dans l’avenir du populaire client de messagerie instantanée de Microsoft. L’assistant virtuel sera situé dans le coin supérieur droit de l’application.Dans une démonstration, Cortana a envoyé à l’utilisateur un message privé sur Skype pour demander où un livreur doit déposer un colis. Depuis Skype, la démo a également montré que l’utilisateur a pu réserver un créneau dans l’agenda d’un ami lors d’un voyage à Dublin. Elle était même capable de réserver un hôtel en utilisant un bot du Westin Hôtel sur Skype, et a reçu une suggestion de Cortana pour aller voir un autre ami également à Dublin.En s’éloignant de Cortana, la keynote Build 2016 a révélé que l’intelligence est également injectée dans la vidéo en temps réel grâce aux bots Skype Video. Cela dit, les développeurs ont désormais accès au Skype Bot Platform SDK. En outre, la dernière application Skype pour le grand public donnera accès aux bots Skype.

Aussi mentionné au cours de la session, le Microsoft Bot Framework SDK. Ce dernier permettra aux développeurs de créer plus facilement des bots sécurisés qui peuvent communiquer entre eux. Le SDK fournit un chat réutilisable qui peut être inséré dans des pages Web pour tester le bot. Il y a aussi le Bot Builder SDK, qui va accélérer le processus de développement.Dans une démonstration, Lili Cheng a révélé quelques outils du Bot Framework pour la construction de règles en langage naturel. D’un simple clic de souris, les développeurs peuvent développer un dictionnaire pour un simple verbe. Ils peuvent même enseigner à un bot de comprendre l’argot. Si le bot ne comprend pas ce que l’utilisateur final tente de communiquer, il peut faire appel à une personne réelle pour résoudre le problème afin qu’il puisse correctement terminer la commande. À titre d’exemple, si le bot ne comprend pas ce que vous voulez sur la pizza, il peut alerter un employeur pour corriger la commande avant de la passer.La plate-forme contient un langage naturel en back-end qui vous aidera à comprendre ce que l’utilisateur final demande. Il peut également présenter aux développeurs ce qu’il sait au sujet d’une demande d’un l’utilisateur, afin que le développeur puisse modifier ce que le bot reconnaît et comment il répond en temps réel. Cette plate-forme sera disponible pour des applications telles que Slack, SMS, Skype, et plus encore.

Enfin, Cornelia Carapcea est montée sur scène pour parler des services cognitifs de Microsoft disponibles depuis ce lien. À ce jour, 22 API Cognitive Services sont disponibles pour les développeurs, parmi lesquelles on retrouve Search, Vision, Language et bien d’autres. Cette plate-forme permettra de relier un certain nombre de capacités de Microsoft, et des services de « machine learning » (apprentissage automatique).Dans un exemple fourni par Carapcea, l’API Vision a été utilisée pour reconnaître des images dans une photographie juste capturée. Dans une autre démo, un CaptionBot était capable d’ajouter une drôle de légende à toute image récupérée depuis Bing sans aucune connaissance préalable de cette image. Une autre démonstration a permis depuis une piste audio de mauvaise qualité de correctement traduire les paroles dans un fichier texte en utilisant un processus nommé CRISP.La keynote a pris fin sur une bonne note, montrant une vidéo d’un développeur londonien nommé Saqib Shaikh. Ce dernier a conçu une application qui est capable de décrire de manière audible les gens et les lieux qui l’entourent. Ce dernier a été aveugle depuis l’âge de 7 ans, et cette application est conçue non seulement dans une paire de lunettes, mais également sur son smartphone. Cela signifie qu’il peut prendre des photos de ses environs, et l’application va automatiquement reconnaître ce qui l’entoure pour décrire ce qu’elle voit.

Battery for Apple A1495

Besides, there’s little chance of Siri being able to hear me over the noisy racket of my MacBook’s fans going apeshit crazy so as to prevent my keycaps from melting. This must be what it feels like for Ontarian hipsters teleworking from a cafe at Niagara Falls, except with less humidity and better tea.Honestly, if the fans blew any harder, my MacBook could technically be classified as a drone.If only I could do something about its 2kg payload, I could hire my aluminium Apple drone out to run errands, delivering lightweight goods such as paperbacks and condoms. I could even get it to spy on my dickhead neighbour who has spent the last 12 years of weekends in his back garden noisily assembling a gigantic rotting wooden shed that looks like Santa’s chalet shitehouse.So, great. I’ve updated my laptop to an operating system that guzzles a full battery charge in less than half an hour. To my horror, I discovered that it does this even when asleep. Perhaps Sierra gives it nightmares.This not a good thing for a computer supposedly designed to be used away from a mains power source. Need. Solution. Now.I checked the user forms at Apple and elsewhere, but found only the same old suggestions that never work such as zapping SMC and NVRAM.

Oh for the love of gaaahd. Who are these helpful souls who go around the forums insisting that every Mac issue ever encountered can be solved by restarting the computer with your fingers held down on keys at opposite ends of the keyboard like a double-jointed cellist? You may as well hold another finger in the wind and thrust one up your arse for all the good it’ll do.Indeed, on my forum visits, offers of solutions were far outweighed by posts by people like me, asking why their MacBooks have suddenly begun blowing sheets of paper off their desks. Some of them didn’t even know that laptops had fans until now, and boy do they know now.Another suggestion is that the updated OS is indexing itself, as if my MacBook was constructed by Heath Robinson and that the indexing process isn’t done in software at all but by fans, and probably a host of cogs, string and spoons holding eggs.Look, if it hasn’t finished indexing my 14 photographs by now after a week, it never will. Time to take the solution into my own hands.A quick peek into Activity Monitor and there it is: the culprit is my old friend, the Safari web browser.Safari is apparently chomping its way through “99%” of my CPU resources. Er, and open web pages are eating up another “105%”... each.Something tells me that either Safari is a jolly demanding mistress or Activity Monitor doesn’t quite understand the concept of percentages.I close a web tab. The fans become quieter. I close all my web tabs. The fans are quieter still. I quit Safari. The fan noise fades away to silence.

Uh-oh, later in the day, the fans are back with a whoosh! What’s up, Activity Monitor? I see, this time it’s iTunes, which launched automatically when I began recharging my phone, and is now taking up “103%” of the CPU. Within seconds of me quitting iTunes, the fans die away again.So I’ve discovered the fix all by myself: under macOS Sierra, make sure you don’t launch any Apple software and you’ll be fine. Bang, solved.Last month’s Mr Chow ransomware attacks serve as a timely reminder that security should be at the top of any business IT strategy. Ransomware is on the increase, at least according to the FBI and while it is not all email borne, it is an example of how sophisticated hackers and criminals are getting with technology.Certainly the recent spear phishing attack at sports anti-doping agency WADA was a clear indication of the lengths attackers will go to creating detailed and personal emails to hoodwink targets. Clearly, email is still one of the biggest threats to business security and will continue to be so for a very long time.In some ways it’s no surprise. Email use is as healthy as ever. According to research company Radicati Group’s Email Statistics Report (PDF) 2015-2019, over 205 billion emails were sent and received every day last year. A six percent increase is expected this year and although numbers vary dramatically from report to report, it seems to average out that around one billion of those emails are spam or malicious emails.In security terms email is of course just the delivery vehicle but it has history. Computer viruses date back to the days of the mainframe and early IBM PCs in the 70s and 80s but it wasn’t until the increased proliferation of email in the late 90s and 2000s that email started to really kick off as a security threat. The Michelangelo virus, Melissa worm and Anna Kournikova virus all became synonymous with computer security threats during the internet boom and dotcom years. Spam email was rocketing too.

In fact, according to Professor Alan Woodward from the Department of Computer Science at the University of Surrey, all that we see on email is exactly what has happened on regular snail mail. The big difference is that it can be done on a massive scale, and you can deliver electronic payloads that once opened are harmful, unlike the normal spam mail you get through the letterbox.“I have to say I think things have become a great deal better. In many ways junk mail filters on corporate mail servers like Exchange are something of an unsung success story,” he says. “Sadly it takes only a few to get through to cause problems but these servers are routinely blocking vast amounts of junk, spam, phishing and malware.”It’s a good point. We often forget about the good work and how quickly security firms react to new threats. Of course, email is not about to disappear from business either. It’s too useful and is a good way of storing a messaging dialogue but as Woodward points out, it’s not the only messaging form that can be open to abuse.“I’ve seen scams only this week using WhatsApp, and phishing using SMS,” he says. “If anything I suspect people who have learned about the dangers of email will end up learning all over again (probably the hard way) that other messaging vehicles can be used to deliver a variety of attacks as well.”

For businesses this is a perennial problem. Threats from email are as old as, well email and keeping pace with any technology change is a constant challenge. Security is however a unique challenge with increased remote working, a variety of devices with an ability to roam networks and an increasingly sophisticated cybercriminal.Prevention, as security firms have been saying for years, is better than cure. Ask US presidential candidate Hillary Clinton. She is something of an email security expert now, especially when it comes to understanding the consequences of not taking email security seriously. After being caught using a personal email server for official communications while acting as the US Secretary of State, Clinton has also been hacked, supposedly by the Russians.She is not alone of course. Large businesses and government departments, as well as well-known names, are consistent targets for hackers.Consequently, says Joe Diamond, Director of Cybersecurity Strategy at Proofpoint, “Customers demand more from their security solutions today more than ever before. That’s why we see security in board level conversations. Visibility about who is attacking you, what they are using, who in the organization they are targeting… and even understanding whether your organization is being singled out or caught in the crossfires of a broad attack campaign, are all insights to help organizations respond.”“I think companies can do only more of what they are already doing,” says Woodward. “Use of up to date mail servers, anti-virus and so on is an obvious point. Education is equally important, especially with BYOD muddying the waters. One has to be careful to educate users that not all mail clients are the same.”

Education or lack of it has of course led to human error enabling threats to sneak through cyber defences. Interestingly the number of security breaches reported to the Information Commissioner’s Office (ICO) has doubled this year, up to 2,048 from 1,089 in 2015. Around 70 per cent of these reports were due to human error.“It does suggest that the protection is best done at the server but that is not always possible,” adds Woodward. “Plus if one person is hacked their system can send emails that will appear perfectly valid to any automated system, so the human in the loop has to be on guard. I don’t think any technology is leading the charge but what you are seeing is a more sophisticated scoring system for spam emerging and some of that is being supplemented by heuristics. The systems are learning from what you delete, what is junk.”“Giving away budget never felt so good." Those were the words of an IT manager attending one of our roundtables recently. But why was he so happy about losing control of a chunk of his IT funding?The topic of the roundtable was end user computing, and he was explaining how the annual budget negotiations around desktop equipment were becoming so miserable. For many years, his IT department had defined a range of standard desktop and laptop machines to meet the needs of different types of user, refreshing a subset of kit on an annual basis. It’s a familiar model that many will recognise, and from an IT perspective it’s not a bad way of making sure everything stays manageable.

Batterie pour Samsung AA-PB2VC6W

Cette annonce signifie que chaque version de Visual Studio, allant de l’édition gratuite Community jusqu’à l’édition Enterprise, a désormais accès à l’ensemble des outils de Xamarin afin que les développeurs puissent créer des applications pour Android et iOS (bien que le développement sur iOS continue d’avoir besoin d’accéder à une machine sous OS X) en utilisant les outils .NET et C# qu’ils aiment.Et, il n’y a aucune restriction à cette inclusion. En tant qu’entreprise indépendante, Xamarin avait jusqu’ici une version gratuite fournissant aux développeurs un aperçu de ce qu’il offre. Mais, le produit a été historiquement limité à offrir un support à de petits exécutables, avant de passer à une licence payante — 25 dollars/mois pour l’option la moins chère pour les développeurs indépendants, 999 dollars/ans et 1 899 dollars/an pour la version Entreprise. Cela n’est donc plus le cas aujourd’hui. En effet, même avec la version Visual Studio 2015 Community, il n’y a aucune restriction. Néanmoins, certaines fonctionnalités de Xamarin axées sur l’entreprise sont encore limitées, et les développeurs auront besoin d’un abonnement à Visual Studio Enterprise pour utiliser celles-ci.En effet, le Xamarin Test Cloud qui permet aux développeurs de tester à distance leurs applications sur de véritables appareils restera un produit autonome. Le prix de ce service ne change pas, mais les clients de Visual Studio Enterprise bénéficieront d’une réduction de 25 %.

Xamarin offre également un support au développement sur OS X en utilisant Xamarin Studio. Cette version aussi est maintenant disponible gratuitement en édition Community pour les petites équipes, et est incluse dans les abonnements MSDN.Microsoft va également ouvrir en open source le Xamarin SDK au cours des prochains mois. Ce changement signifie que le runtime Xamarin ainsi que les bibliothèques, ainsi que tous ses outils de build, seront publiés sur GitHub, et ils vont être gérés par la .NET Fondation. Ce que l’on va retrouver dans le packaging open source est la bibliothèque Xamarin Forms qui fournit une boîte à outils multi-plate-forme pour la création d’interfaces utilisateur.Visual Studio est un environnement de développement bien-aimé par les développeurs Windows qui, jusqu’à récemment, était presque entièrement pour développer des applications Windows. L’inclusion de Xamarin par défaut signifie que Visual Studio peut être utilisé pour développer des apps Windows, Android et iOS en un seul endroit.Cette décision est sans doute l’une des principales choses que les développeurs espéraient après l’acquisition de Xamarin. Les outils et ses capacités sont bien aimés, mais son prix était un frein pour certains développeurs. Cela devrait changer à partir d’aujourd’hui.

Inutile de dire que la frontière entre Xamarin et Visual Studio va disparaître au fil du temps, et que Microsoft va déployer la plupart des IDE Xamarin dans Visual Studio au fil du temps.Apple nous a donné beaucoup de raisons de mettre à jour notre iDevice vers iOS 9.3, comme le fait d’apporter le mode Night Shift pour mieux dormir, mais vous devez à nouveau retourner dans le menu de mise à jour pour passer à la dernière itération de l’OS mobile d’Apple.Apple a publié aujourd’hui iOS 9.3.1 pour corriger un bug qui empêchait des applications de répondre après avoir touché des liens dans Safari et d’autres applications. Les problèmes ont été causés par certaines applications ayant des implémentations « non traditionnelles » de la fonctionnalité « Universal Links » introduite dans iOS 9, que j’ai détaillé plus tôt dans la semaine.Si vous utilisez un iDevice plus âgé et que vous n’avez pas encore mis à jour ce dernier à iOS 9.3, la version 9.3.1 devrait également inclure un correctif pour un problème où certains appareils ne peuvent pas être activés et utilisés si l’utilisateur avait oublié son mot de passe iCloud.La mise à jour ne contient pas d’autres changements majeurs. Elle est disponible pour tous les appareils qui prennent en charge iOS 9, y compris l’iPhone 4S et les modèles plus récents, l’iPad 2 et les plus récents, tous les iPad Pro et iPad Mini ou encore l’iPod Touch de 5e et de 6e génération.

L’iPad Pro de 9,7 pouces et l’iPhone SE arrivent avec iOS 9.3 préinstallé, donc iOS 9.3.1 devrait aider les consommateurs à avoir une expérience harmonieuse avec leur nouveau dispositif. La mise à jour iOS 9.3 n’était pas parfaite, malgré les multiples versions previews poussées aux développeurs.En plus des bugs identifiés sur l’ouverture des liens, de nombreux utilisateurs ont eu des problèmes d’activation avec d’anciens iPhone et iPad. Et, l’échec de la mise à jour rend tout simplement inopérant l’iPad 2, conduisant Apple à retirer temporairement iOS 9.3 pour ce périphérique.Le fait qu’Apple publie déjà une mise à jour comme iOS 9.3.1 n’est pas une surprise, car ses principales mises à jour n’ont jamais été complètement exemptes de bugs, en particulier iOS 8. Espérons qu’Apple continue d’améliorer son processus de test. On s’attend à ce que la société lance iOS 10 bêta lors de sa keynote au WWDC au mois de juin pour cette raison.Il était plutôt décevant de constater que lors de la première keynote de la Build 2016, le navigateur Web de la firme, Microsoft Edge, n’avait pas été mentionné par le géant de Redmond. Cependant, Microsoft Edge a finalement obtenu une certaine attention lors d’une apparition dans une séance intitulée « Microsoft Edge : quel avenir pour le nouveau navigateur de Microsoft et Web Platform ». Et, ZDNet a réussi à capturer une diapositive de la présentation qui révèle la feuille de route du navigateur Microsoft Edge.Le quatrième élément de cette liste est celui qui a excité tout le monde sur la toile : « la construction d’une fonctionnalité de blocage de publicités dans le navigateur ». Si l’on en croit la diapositive, cette fonctionnalité aurait été ciblée comme étant disponible pour la prochaine version de Microsoft Edge, et rendrait la nécessité pour la prochaine extension AdBlock plus qu’inutile. Et, il était supposé que le bloqueur de publicités et les extensions feraient leurs débuts dans la version Anniversary Update (Redstone 1) prévue pour cet été.

NON, Microsoft Edge ne va pas arriver avec un bloqueur de publicités Malheureusement, pour ce qui est du bloqueur de publicités, ce ne sera pas le cas. Peu de temps après la publication de ZDNet, l’ingénieur de Microsoft Edge, Jacob Rossi, est allé sur Twitter pour démystifier celle-ci. « Nous ne construisons pas un bloqueur de publicités en natif au sein de Microsoft Edge, mais nous allons offrir un support aux bloqueurs de publicité tiers comme AdBlock et AdBlock Plus », dit-il.En plus des extensions du navigateur, la diapositive de la Build 2016 révèle que Microsoft Edge va voir Bing Translator poussé dans le navigateur. Le géant de Redmond travaille également en permanence sur les problèmes de rendu des sites Web au sein du navigateur. L’entreprise travaille également pour faciliter la gestion et l’organisation des favoris dans la nouvelle version.

Akku für Dell Alienware M14x R2

Wer sich die technischen Daten in Werbeprospekten durchliest, wird mit Fachbegriffen wie Leuchtkraft, Kontrast und Helligkeit konfrontiert. "Helligkeit und Geräuschentwicklung sind im Kino oft die entscheidenden Kriterien. Gerne wird aber vergessen, dass Helligkeit häufig zulasten der Farbwiedergabe geht", sagt Raphael Vogt, Experte im Bereich Beamer-Kalibrierung aus Worms.Damit das Gerät während des Filmabends nicht stört, sollte es nicht lauter als 26 Dezibel sein. Denn als Faustregel gilt: Je billiger und kompakter ein Projektor ist, desto mehr Lärm macht er. "Alle Beamer, die deutlich kleiner sind als eine Aktentasche, nerven nach einer gewissen Zeit mit fauchenden oder surrenden Kühlventilatoren", warnt Vogt. Große, gedämmte Gehäuse erlauben Vogt zufolge eine leisere Kühlung.Prinzipiell gilt es beim Kauf abzuwägen, welche Aufgabe der Videoprojektor erledigen soll. Beamer werden entweder auf hohe Helligkeit bei Standbildern oder auf flüssige Videowiedergabe hin optimiert - je nachdem ob sie im Büro und der Uni oder im Wohnzimmer zum Einsatz kommen. "Deshalb hat der Cineast wenig Freude an den besonders hellen Bürobeamern, und der Büroleiter wird für Video optimierte Modelle meiden. Denn deren Kontrastumfang und flüssige Videowiedergabe braucht er nicht", erklärt Peter Knaak von der Stiftung Warentest.

Bei der Ausstattung darf ein HDMI-Eingang am Beamer nicht fehlen, ebenso ist eine Fernbedienung mit beleuchteten Tasten sinnvoll. Als teuerstes und wichtigstes Bauteil nennt Vogt das Objektiv, das für Schärfe, Kontrast und Geometrie sorgt. Die Brennweite muss zum geplanten Projektionsabstand, zur Bildgröße und zur Leinwand passen."Da helfen nur Geodreieck, Millimeterpapier und ein Blick in die Datenblätter der infrage kommenden Modelle", sagt der Experte. "Hier entstehen die meisten Fehlkäufe, weil das Bild schlicht nicht auf die Leinwand passt oder zu klein ist."Ein neuer Beamer sollte außerdem die Full-HD-Auflösung mit 1920 mal 1080 Bildpunkten unterstützen. Das ist sinnvoll, weil Zuspieler wie TV-Sender, Blu-ray-Player, Spielekonsole oder Notebook meistens genau diese Pixeldichte zur Verfügung stellen. Am 16:9-Seitenverhältnis führt ebenfalls kein Weg vorbei, so Vogt, auch wenn speziell in den unteren Preisklassen noch immer 4:3-Modelle angeboten werden.Wer bei Spielen, Filmen und Fußballübertragungen auch Wert auf ein akustisches Erlebnis legt, muss seinen Beamer mit externen Lautsprechern bestücken. "Nur wenige Geräte liefern Sound wenigstens auf dem Niveau eines Küchenradios", klagt Vogt. "Die meisten integrierten Lösungen sind kaum besser als der Freisprechmodus eines Telefons."

Nicht sparen sollte man auch bei der Leinwand. Eine billige Rolloleinwand verliert schnell ihre Form, bekommt eingefallene Seiten und verzerrt womöglich sogar das Bild. Am besten sind Rahmenleinwände, die ein Leben lang plan bleiben.Apple hat eine eigene Batteriehülle für das iPhone 6 und 6S im Angebot. Das Smart Battery Case (119 Euro) zaubert einen kleine Buckel auf die Rückseite des Smartphones, verlängert dafür aber die Nutzungsdauer nach Herstellerangaben auf rund 18 Stunden Netzzugang oder 20 Stunden Videowiedergabe.Außerdem steckt in der Silikonhülle mit Mikrofaserfutter noch eine passiv gekoppelte Antenne, ein Ladeanschluss und ein 3,5-Millimeter-Stecker für Kopfhörer. Geladen wird der in Weiß und Anthrazit erhältliche Reservetank per Lightningkabel. Das fehlt im Lieferumfang allerdings ebenso wie nähere Angaben zur Kapazität oder zum Gewicht das Smart Battery Cases.Gigasets SL450HX ist ein DECT-Telefon für den Hausgebrauch, das sich nicht nur mit der eigenen Basisstation, sondern auch mit Routern verschiedenster Hersteller versteht. Per DECT-Protokoll oder CAT-iq kann es auch mit anderen Voice over IP-Routern wie der Fritzbox oder den Speedport-Modellen der Telekom betrieben werden. Über Bluetooth oder Micro-USB können Adressdaten synchronisiert oder Headsets angeschlossen werden. Das SL450HX kostet rund 140 Euro.Inlines Tastaur BT-Quick verbindet sich per Bluetooth drahtlos mit Smartphones oder Tablets (Android/iOS/Windows), kann aber noch mehr. Ihre Schutzhülle lässt sich zu einem Tabletständer umklappen, zum Transport wird die 185 Gramm schwere und knapp acht Millimeter flache Tastatur zusammengeklappt. Der eingebaute Akku (bis zu 85 Stunden Betriebszeit) wird per Micro-USB geladen. Die Inline BT-Quick kostet im Handel rund 50 Euro.

Meerbusch (dpa-infocom) - Nach dem Upgrade auf Windows 10 funktioniert manchmal das in vielen Notebooks eingebaute Touchpad nicht mehr richtig, das eigentlich als Mausersatz fungieren soll.Meistens liegt das an einem inkompatiblen Treiber. Am besten, man schließt eine USB-Maus an, um das Problem schnell zu beheben. Als Erstes die Tastenkombination [Win]+[R] drücken, danach "devmgmt.msc" eingeben und mit [Enter] bestätigen.Danach den Bereich "Mäuse und andere Zeigegeräte" aufklappen und auf den Eintrag für das Touchpad doppelklicken, sodass dessen Eigenschaften angezeigt werden. Als Nächstes oben zum Tab "Treiber" umschalten. Ist der Button "Vorheriger Treiber" verfügbar, klickt man ihn an und folgt dann den Anweisungen, um zum früher verwendeten Treiber zurückzukehren.Wenn der obere Button ausgegraut ist, kann man stattdessen über "Treiber aktualisieren..." versuchen, eine neue Version herunterzuladen, die mit Windows 10 zusammenarbeitet. Kann das Betriebssystem den neusten Treiber nicht von selbst finden, auf der Website des Hardware-Herstellers nachsehen, um den neuen Treiber von dort herunterzuladen.

Berlin (dpa/tmn) - Verbraucher investieren inzwischen nicht mehr nur bereitwillig ins Smartphone selbst. Sie greifen auch zum Zubehör. Doch welche Accessoires sind wirklich nützlich und können im täglichen Umgang punkten?Smartphones bekommen immer größere, hochauflösendere Displays und schnellere Prozessoren. Damit wächst oft auch der Energiebedarf, aber leider nur selten die Kapazität der Akkus. Deshalb sind transportable Stromtankstellen eine sinnvolle Anschaffung. Die oft als Powerbanks bezeichneten externen Akkus machen das Smartphone noch mobiler, selbst wenn Ladegerät und Steckdose verfügbar sind. "Denn während der Ladephase ist man immer an eine Steckdose gebunden, ergo nicht mehr mobil", erklärt "Tablet PC"-Chefredakteur Thomas Johannsen.Powerbanks werden über ein kurzes USB-Kabel mit dem Smartphone verbunden und schon fließt der Strom. Besonders kompakte Varianten lassen sich sogar mit einem Gummi oder einem Klettband am Mobiltelefon befestigen und stören damit kaum noch. Die Kapazität der Powerbank hängt vom Einsatzzweck ab.

"Im Urlaub oder auf längeren Geschäftsreisen empfiehlt sich ein Akku mit deutlich mehr Kapazität als der des internen Akkus", rät Johannsen. "Diese haben meist 2000 bis 3000 Milliamperestunden (mAh), man könnte also mit einer Powerbank von 5000 mAh das Smartphone mindestens einmal komplett aufladen und hätte für brenzlige Situationen sogar noch etwas Restkapazität."Als reiner Notfall-Akku reichten um die 2000 mAh oder weniger, um wenigstens noch die wichtigsten Anrufe erledigen zu können. Entscheidend sei, dass die Powerbank immer aufgeladen ist. Preislich sind Powerbanks mit 10 000 mAh bereits für rund 20 Euro zu haben.Der Zubehör-Bedarf ist immens, wenn man sich den Smartphone-Boom hierzulande vor Augen führt. Mit 25,56 Millionen verkauften Geräten könnten die mobilen Alleskönner dieses Jahr einen neuen Absatzrekord aufstellen, prognostizieren die Marktforscher EITO und GfK.Aber es geht nicht nur darum, Smartphones mit zusätzlichem Strom zu versorgen, sondern auch um Zubehör, das nicht zuletzt zum Werterhalt beiträgt: Um die empfindlichen Smartphone-Displays in Hosen, Taschen und Rucksäcken vor Schlüsseln, Münzen und anderen harten oder scharfkantigen Gegenständen zu schützen, führt an einer Folie oder einem dünnen Schutzglas kein Weg vorbei. "Folie bricht beim Sturz nicht, Glas schützt tendenziell besser vor Kratzern", erklärt Dirk Waasen, Chefredakteur der Fachzeitschrift "Connect", die Vor- und Nachteile. "Folien sind aber keinesfalls schlecht."

Batterie pour Lenovo IdeaPad S10-3

Xamarin sera disponible pour les utilisateurs de Visual Studio sans supplément — et sera même gratuit pour les utilisateurs disposant de l’édition Community ! Tout cela sera open source.Microsoft a également fait monter sur scène un représentant de BMW pour parler de certaines intégrations entre le constructeur automobile et Microsoft elle-même, allant jusqu’à présenter un concept vidéo sur l’avenir avec une voiture dans laquelle vous pouvez interagir par la voix – oui comme Apple, Google et d’autres. Au moins dans la vidéo, la voiture intelligente est capable de vous dire les chemins à éviter, etc.Si les voitures ne sont pas votre truc, Microsoft va également bientôt lancer un kit Azure IoT qui sera commercialisé avec une carte de développement d’Adafruit. Ainsi, vous pourrez coder votre propre t-shirt à LED ! Oui oui, vous avez bien vu �Microsoft a annoncé un nouvel outil nommé Power BI Embedded, qui permet la visualisation des données directement dans vos propres applications. L’outil sera gratuit jusqu’au 1er décembre. D’autres produits tels que Azure Container Service et Service Fabric sont disponibles dès aujourd’hui en version preview, et vous pouvez dès à présent connecter DocumentDB en utilisant des outils ou les bibliothèques de MongoDB.Après avoir passé la première heure et demie sur Azure, Microsoft a ensuite évoqué la productivité avec Office. La suite bureautique dispose aujourd’hui près de 1,2 milliard d’utilisateurs rassemblés autour des produits Office.

Dans une petite annonce, les compléments Office pour Mac arrivent, ajoutant à la gamme un support pour Windows, iOS et iPad. Microsoft a même demandé à Starbucks de se joindre à eux sur scène pour montrer comment ajouter une extension dans Outlook. Le géant américain a démontré que vous pouvez acheter une carte-cadeau et l’envoyer directement à votre destinataire à partir de votre client de messagerie.Vous pouvez même l’envoyer à plusieurs personnes de sorte que vous pouvez arroser toute votre équipe ou votre famille d’une carte cadeau par un simple e-mail.

Microsoft a également annoncé ses Office 365 Group Connectors et Skype for Business SDK afin que les développeurs puissent intégrer ces fonctionnalités nativement aux outils Microsoft. Encore une fois, c’est le même concept que ce que Facebook tente avec Messenger pour consolider les applications dans un seul endroit par des bots. Les développeurs peuvent créer leurs propres « connecteurs » et le soumettre pour qu’ils fassent partie du catalogue de Microsoft.iPhone SE est enfin arrivé, mais un désossage de Chipworks montre qu’il n’est pas quelque chose de nouveau.Cela fait quelques années qu’Apple a réorienté sa stratégie vers des smartphones plus grands, mais ses téléphones de 4 pouces sont encore très populaires, surtout à l’étranger. Apple a révélé que plus de 30 millions d’iPhone de 4 pouces ont été vendus l’an dernier, et déjà plus de 3,4 millions de précommandes pour le SE ont été enregistrées en Chine.Mais, Chipworks a ouvert le petit iPhone SE métallique, et a constaté qu’il est surtout constitué de composants que l’on retrouve dans les précédents iPhone comme le 6S et le 5S. Par exemple, l’écran utilise la même dalle tactile que l’iPhone 5S, ce qui est logique étant donné qu’ils sont tous deux de la même taille. C’est également la raison pour laquelle l’iPhone SE ne dispose pas des capacités 3D Touch, comme le 6S. Ce choix a probablement été fait pour maintenir le coût de l’appareil vers le bas.

Cependant, le processeur A9 est le même que celui que vous trouverez dans l’iPhone 6S, avec le même contrôleur NFC et les 2 Go de mémoire vive (RAM). Toshiba a apporté quelque chose de nouveau dans l’iPhone SE avec la puce flash de 16 Go, et le dispositif semble aussi avoir une nouvelle puce intégrée pour la gestion de l’alimentation, ce qui pourrait signifier que l’autonomie du dispositif peut être amélioré. Attendons de voir les premiers tests.« Ces nouveaux dispositifs comprennent un amplificateur de puissance Skyworks SKY77611, un circuit qui gère cette consommation Texas Instruments 338S00170, le module THGBX5G7D2KLDXG NAND flash (stockage), le module qui gère les changements d’antenne EPCOS D5255, et un microphone AAC Technologies 0DALM1 », selon Chipworks.Dans l’ensemble, il n’y a presque rien d’inattendu dans l’iPhone SE. Malgré le changement de nommage, c’est juste un petit smartphone à « faible coût » pour tous ceux qui ne veulent pas acquérir un appareil de 5,5 pouces.Microsoft a acquis, le populaire environnement de développement multi-plate-forme qui permet de travailler sur Android, iOS, Mac OS X et Windows avec le même code C#, le mois dernier. Lors de sa conférence réservée aux développeurs, la Build 2016, la société a annoncé le premier grand pas pour sa nouvelle acquisition : Xamarin est maintenant inclus dans toutes les versions de Visual Studio, et ce gratuitement !

Batterie pour Acer AS09A75

Les propriétaires de tablettes Surface, mais également tous ceux qui ont le plaisir d’utiliser une tablette ou un périphérique hybride avec un stylet, vont être ravis de cette mise à jour « Anniversary ». En effet, Microsoft espère que les gens vont prendre l’habitude d’écrire avec des stylets sur les périphériques sous Windows 10.Non seulement l’Anniversary Update embarque une application de bloc-notes adaptée, mais elle va également offrir de nouveaux gestes pour la saisie, tels que la suppression de texte ou l’application d’un surligneur. Il sera également possible de tracer des lignes avec une règle virtuelle, et de disposer d’innombrables autres outils pour laisser place à votre imagination. Les développeurs de logiciels tiers pourront ajouter facilement ces capacités dans leurs applications grâce à un kit de développement pour Windows Ink.Windows Hello permet déjà à tous les possesseurs d’un périphérique sous Windows 10 de se connecter « biométriquement » à leurs machines avec la reconnaissance faciale, la reconnaissance de l’iris, les empreintes digitales ou d’autres façons personnelles de s’authentifier. Mais, la nouvelle technologie Windows Hello va avoir la capacité de se connecter à des sites Web sur le navigateur Web Microsoft Edge, et à des applications tierces.

Windows 10 Anniversary Update : Windows Hello va être intégré dans Edge Les développeurs de sites Web peuvent ainsi utiliser l’API JavaScript pour utiliser efficacement la méthode d’authentification sécurisée avec leurs sites. Après que Hello ait identifié l’utilisateur, Microsoft Passport utilise le chiffrement à clé publique pour débloquer certaines ressources.Sans surprise, la plupart des nouvelles concernant l’univers du gaming à la Build de cette année ont porté sur la Xbox One. Mais, le PC a également obtenu quelques nouvelles caractéristiques, comme le support de plusieurs GPU et la possibilité de désactiver VSync et activer à la place GSync et FreeSync (les joueurs de PC connaissent ces modes graphiques). Le nouveau Desktop App Converter permettra aux développeurs de jeux de porter leurs anciennes versions vers une application Windows universelle.Windows 10 Anniversary Update : Dev Mode pour la Xbox One Peut-être que la plus grande annonce concernant les jeux à la Build 2016 a été le Dev Mode pour la Xbox One. Ce dernier permet aux développeurs de facilement transformer toute Xbox One en un kit de développement. Cela signifie que davantage de gens seront en mesure de créer des jeux. Bien sûr, ce dernier élément est sur la Xbox plutôt que le jeu sur PC, mais rappelez-vous, la Xbox finira par être un autre périphérique sous Windows 10 exécutant des applications Windows universelles…

Si l’on peut prendre beaucoup de plaisir à démonter un périphérique pour en connaître ses entrailles, quand on parle de quelque chose d’aussi cher qu’un casque Oculus Rift CV1, l’excitation n’est plus la même. Heureusement, les gars d’iFixit étaient plus qu’heureux de démonter l’Oculus Rift CV1, nous permettant de jeter un œil au désossage complet et ainsi obtenir toutes les informations nécessaires sur les composants internes.Avant de démonter entièrement le casque de réalité virtuelle, iFixit note que cette version semble être une édition « soyeuse du Rift », et que le casque est léger et très confortable. Oculus et Facebook ont ​​clairement pris le temps d’améliorer la forme du produit, ainsi que ses fonctionnalités, par rapport aux précédents kits de développement DK2 et Crescent Bay.Afin de retirer la plaquette et les écouteurs, exige juste un peu bidouillage, puisqu’il est nécessaire de retirer deux ou trois vis. Et, les artistes du démontage suggèrent que cela est une véritable amélioration par rapport aux nombreux autres produits qui ont des écouteurs, et qui sont ne sont pas réparables ou remplaçables.Après avoir retiré le lycra sur les lentilles, il a été noté que les écrans sont en fait groupé, et sont entièrement rattachés aux lentilles. Ils vont également se déplacer en tandem lorsque vous ajustez l’écart pupillaire — la distance entre vos pupilles.

Ils ont également repéré un capteur de luminosité, qui doit fonctionner comme un détecteur de proximité, de sorte que le casque sait quand il est porté. À l’intérieur des entrailles du casque, iFixit note que les câbles sont parfaitement organisés. Il y a aussi un microphone « caché » à proximité de tous les capteurs LED.En matière de composants réellement utilisés dans la construction du Rift, le double convertisseur DSI est fabriqué par Toshiba, et le contrôleur de hub USB 3.0 par Cypress. Et, il y a un microcontrôleur ARM Corex-M0 de 32 bits, avec 54 Mo de mémoire flash Winbond.Un des moments les plus intéressants concerne le moment quand iFixit a pris en main les lentilles Fresnel du Rift, qui sont très différentes des anciens modèles que nous avons vus par le passé. Elles sont conçues sur mesure pour le Rift, en utilisant des prismes concentriques Fresnel « traditionnels », mais avec une couche inclinée à l’arrière, ce qui permet « de faire varier la mise au point le long de l’axe vertical ».Dans l’ensemble, le casque Oculus Rift CV1 a reçu une impressionnante note de 7 sur 10 en matière de réparabilité, ce qui est une note supérieure à la plupart des appareils électroniques modernes. Et pendant ce temps, Palmer Luckey, fondateur de Oculus VR, a encouragé iFixit à aller plus loin :

Vous pensiez que la keynote d’ouverture de la Build 2016 a été longue ? Celle de la deuxième journée n’a pas été différente. Si vous avez manqué cette deuxième journée, réservée aux développeurs en chair et en os, voici un bref récapitulatif.Aujourd’hui, nous allons davantage voir la plate-forme de cloud computing de Microsoft, Azure. Bien que le géant de Redmond n’ait pas fait trop d’annonces la concernant, il a néanmoins effectué beaucoup de démos pour que les développeurs puissent comprendre comment ils peuvent mieux utiliser les services de Microsoft.La compagnie a mentionné qu’elle est en train de construire un gigantesque centre de données (data center) pour accueillir sa base d’utilisateurs de plus en plus conséquents, avec « 85 % des 500 premières entreprises américaines » qui utilisent Azure, telles que NBC, Ford, 3 M, Heineken, Samsung, et bien d’autres.Microsoft a également brièvement parlé de son acquisition Xamarin pour stimuler le développement multi-plate-forme, et elle a présenté le fonctionnement de celle-ci aux côtés de Visual Studio. Il y a même un émulateur pour voir à quoi ressemble une application sur un écran de smartphone, et c’est plutôt réussi. Vous pouvez utiliser Xamarin Test Cloud pour tester des applications sur près de 1 000 dispositifs, et utiliser HockeyApp pour surveiller les performances de tous vos utilisateurs.

<<prev | 最新 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 最初 | next>>
カレンダー
<< 09 月 >>
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
最近の記事
フォトアーカイブ